Encyclopédie Wikimonde

Tenez enfin vos promesses !

Aller à : navigation, rechercher

Erreur de script : le module « Formatage du titre » n’existe pas.

Tenez enfin vos promesses !
Auteur Roland Cayrol
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Fayard
Date de parution
Nombre de pages 224
ISBN 2213663165
Chronologie

Tenez enfin vos promesses est un essai du sociologue Roland Cayrol sur les rapports complexes entre les hommes politiques, les électeurs et l'opinion publique, paru aux éditions Fayard en janvier 2012.

Présentation et contenu

Roland Cayrol, fondateur et ex-directeur de l’institut de sondage CSA, actuel directeur du Centre d’Études et d’Analyse -le Cetan- , conseil en stratégie et en communication, porte son regard d’homme d'expérience sur les relations difficiles entre les Français et leur classe politique. Des politiques, écrit-il qui sont « craintifs du peuple et vivant trop souvent à l’écart de ses préoccupations, dans une bulle pour privilégiés et selon des règles qui les mettent à l’abri du regard de leurs mandats ». Le jugement est sévère.

Selon son analyse, le système français est mal en point et éloigne les citoyens de la politique [1] : les problèmes sont récurrents, on en parle beaucoup sans jamais les traiter vraiment comme le cumul des mandats, les conflits d'intérêts, les privilèges, la mainmise des élites sur le pays, qui perpétuent la domination d'une caste à caractère fortement masculin et bourgeois[2].

Les Français n'ont plus guère confiance et constatent les liens étroits entre l'argent et la politique, les privilèges dont bénéficient leurs représentants. Mais la méfiance est à double sens, les politiques reprochant aux citoyens de rejeter des réformes pourtant nécessaires dans un monde en pleine évolution. Les élections qui approchent en ce début d'année 2012 seront-elles à la hauteur pour répondre à ces interrogations et définir des programmes qui sachent rassurer et apporter des solutions opérationnelles allant au-delà des promesses électorales par nature difficiles à tenir.

Roland Cayrol pense que cette fois pour la présidentielle de 2012, les Français dans le contexte de la crise et parce qu'ils ont encore en tête l'épisode de 2002, préféreront voter utile dès le premier tour[3]. Mais les électeurs veulent aussi des réponses à leurs préoccupations immédiates, donc à la crise économique actuelle et ne se satisferont plus de promesses électorales comme ils en ont l'habitude[4].

Dans L'Express, Philippe Alexandre constate que Roland Cayrol regrette que les Français « optent majoritairement pour une dictature à la romaine mâtinée de suffrage universel ». Il n'apprécie guère la primauté d'un système présidentiel dont il dénonce les dérives et des hommes politiques qui parlent de rigueur et d'austérité mais « n'ont pas l'air de s'appliquer à eux-mêmes ce vertueux discours ».

Au fil des élections, Les Français ont pris plus d'autonomie, ce qui ne facilite pas la tâche des organismes de sondage, ce fonds réactif, surtout dans le vote de rejet, qui dit-il, « est dans nos tripes mais que condamnent notre intelligence et notre sensibilité,  » dilemme qui complique le choix de l'électeur. Aussi préconise-t-il des projets "sérieux", précis et chiffrés, dans des domaines comme la santé et les mécanismes de l'Assurance maladie, pour « savoir où l'on va. » [5]

Notes et références

  1. Il ajoute ce sous-titre significatif : "Essai sur les pathologies politiques françaises"
  2. Voir son livre "Le grand malentendu : les Français et la politique", où déjà en 1994, dans un contexte fort différent, son analyse rejoignait celle qu'il développe dans cet ouvrage
  3. Voir l'article du Parisien du 3 mars 2012 : « Le vote utile pèse beaucoup »
  4. Voir l'article de Joël Aubert du 24 mai 2012 paru dans Aqui.fr
  5. Philippe Alexandre, l'Express du 16 mars 2012

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).