Encyclopédie Wikimonde

The Goddess Bunny

Aller à : navigation, rechercher
The Goddess Bunny
Description de cette image, également commentée ci-après

The Goddess Bunny, en 2007.

Nom de naissance Johnnie Baima[1]
Surnom Crisp Sandy.
The Goddess Bunny.
Obedece a la morsa.
Juan Benedetti.
Naissance (57 ans)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Films notables The Goddess Bunny (1998).
Site internet http://www.goddessbunny.com

The Goddess Bunny (« la déesse Lapin »), née Johnnie Baima le 13 janvier 1960 à Santa Monica (États-Unis), aussi connue sous le nom Crisp Sandy (« Sandy la croustillante ») et Obedece a la morsa (« obéissez au Morse ») sur Internet, est une drag queen et actrice cinématographique américaine[2] notoire dans le milieu underground[1]. Il est notamment connu grâce à son film autobiographique le montrant alors qu'il est sévèrement atteint de la poliomyélite, et connaît un regain d'intérêt en devenant un phénomène Internet avec une vidéo satirique lui donnant un aspect ésotérique et démoniaque[3].

Biographie

Vie personnelle

Johnnie Baima a vu le jour le 13 janvier 1960 dans la ville californienne de Santa Monica. Née sous ce nom et de sexe masculin[1], son état civil reste officiellement constitué de ce patronyme et de ce genre, ne voulant pas procéder à un changement administratif ni d'ailleurs recourir à une transformation sexuelle génitale[4]. Placé en famille d'accueil après avoir été abusé par son père, il subit d'autres violences sexuelles durant son enfance[2], notamment des harcèlements récurrents et violents dans ce cadre, ainsi qu'un viol commis par plusieurs hommes dans un van. À l'âge adulte, il s'implique dans le milieu LGBT. surtout à partir du moment où il se travestit, et se fait connaitre sous le nom de « Crisp Sandy[2] » (de l'anglais, « Sandy la croustillante »). C'est à ce moment-là qu'il se transforme en femme, bien qu'ayant évolué en ce sens durant son adolescence.

Il est touché depuis toujours par la poliomyélite, mais la maladie se développe particulièrement après sa majorité et provoque de multiples déformations, qui lui donnent une apparence monstrueuse à son apogée[2]. Les négligences médicales dont il a été victime ont particulièrement aggravé son cas, puisque le spécialiste qui a tenté de renforcer sa colonne vertébrale étant petit, avec une tige en acier boulonnée aux extrémités de celle-ci, a conduit son métabolisme à adopter la taille de ce système qui n'a jamais été ajusté au fil de sa croissance, ayant pour conséquence de graves troubles physiques[4] et un développement limité (atteignant 1,58 m). Il fut marié à un ex-détenu nommé Rocky, et vivait dans une maison mobile avec la mère de ce dernier, fervente chrétienne, avant leur séparation suite aux violences conjugales perpétrées par l'épouse[4]. Avec la perte de son autonomie et devant se servir d'un fauteuil roulant, il réside désormais dans un foyer médicalisé d'Inglewood[5]. Il partagerait aujourd'hui sa vie avec un certain « Hombre Ganjah » de son vrai nom Nicolás Musmano.

Vie publique

Avec sa maladie, il suscite l'attention de certains corps artistiques, notamment la photographie, lorsqu'il pose comme modèle pour Joel-Peter Witkin en 1986 à Los Angeles, et est exposé lors de salons dans le monde entier[4]. La prise la plus discutée fut celle nommée Leda[6] où il se dresse debout, nu, le corps maigre, le sexe et la poitrine en évidence, les yeux bandés, entourée de deux bébés au sol, d'un cygne posé sur un énorme coussin à sa hauteur qu'elle saisit au cou, dans un contexte sombre peinturluré[7]. Puis il tourne dans plusieurs films et apparaît également dans le clip d'une chanson de Marilyn Manson, The Dope Show[8],[1] de l'album Mechanical Animals. Il fut d'ailleurs deux fois nominé au Festival international du film de Carthagène pour l'œuvre sur sa vie, dans la catégorie meilleur court-métrage indépendant. Grâce à ce succès, il crée l'association « Morsis » pour aider les personnes et particulièrement les enfants souffrant de toutes les formes de polios.

À partir de 2007, une vidéo de Goddess Bunny nommée « Obedece a la morsa » (de l'espagnol, « obéissez au Morse ») ou « Evil Version of Goddess Bunny tap dancer » (en anglais « version maléfique de la danse en claquette de Goddess Bunny ») le fait apparaître dans un montage rapidement repris et diffusé sur la toile[3]. Le document mêle des parties de son film autobiographique, lors d'une scène de danse en claquette dont la tenue vestimentaire chic et aguichante tranche avec son état physique pénible, entrecoupées d'images parfois insoutenables de cadavres se terminant avec une exposition de symboles mystiques, sur fond de musique enfantine trafiquée et de pleurs de bébé[3]. Ce clip est posté dans le but de la présenter comme adepte d'une organisation satanique de travestis et/ou transsexuels, et devient réputé dans le monde Internet[3],[9],[10]. Elle apparait encore régulièrement lors d'interviews et prises vidéos[5],[11],[12] et radios[13] locales anglophones et hispanophones, et a dernièrement enregistré une chanson du nom de The Golden one[14] (la première en or).

Filmographie

Aperçu général

The Goddess Bunny a tourné dans huit productions cinématographiques, le plus souvent comme rôle secondaire dans de petits films sans grand succès. Il a cependant joué son propre personnage à quatre reprises, notamment dans trois films autobiographiques. On peut citer Hollywood Vice Squad en 1986, son premier film autobiographique nommé The Goddess Bunny Channels Shakespeare en 1989 puis The Drift la même année, son rôle de Ma Barker dans The Ma Barker Story en 1990, son second film autobiographique Sugar & Spice en 1995 suivi de son troisième et plus célèbre The Goddess Bunny en 1998, S en 2002 ainsi que The Three Trials en 2006. I devait également apparaitre dans King shot (anciennement The Sons of El Topo puis Abel Cain (en)), production du scénariste et réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky en suite d'El Topo décrite comme un « film de gangster métaphysique », en tant que petite-amie du pape ; mais le projet fut finalement annulé[15].

Année Titre du film Personnage interprété Type de film Référence(s)
1986 Hollywood Vice Squad Rôle secondaire (la secrétaire Charlène) Film de production indépendante [16]
1989 The Goddess Bunny Channels Shakespeare Son propre rôle Vidéofilm [17],[18]
1989 The Drift La comtesse Vidéofilm [19],[18]
1990 The Ma Barker Story Ma Barker Film de production indépendante [18]
1995 Sugar & Spice Son propre rôle Film documentaire [20]
1998 The Goddess Bunny Son propre rôle Vidéofilm de production indépendante [21],[22],[18]
2002 S Son propre rôle Court métrage [23]
2006 The Three Trials Rôle secondaire Film de production indépendante [24],[25]

The Goddess Bunny

The Goddess Bunny est un film indépendant, tourné en 1998[26]. Sa réalisation fut orchestré par Nick Bougas, avec la collaboration de Glen Meadmore (acteur et chanteur de country travesti, qui apparait dans plusieurs scènes) et l'utilisation d'une chanson de Sheena Easton[27]. L'œuvre a été distribuée par Wavelength Videos en format V.H.S. standard N.T.S.C.1[26], mais classé en catégorie R c'est-à-dire interdit aux moins de dix-sept ans non-accompagnés d'un parent ou d'un majeur, le contenu ayant été jugé sensible. Le film raconte une histoire imaginée par The Goddess Bunny, basée sur sa vie personnelle mais avec un scénario de fiction. Le fil suit un périple qui commence par un voyage dans le métro de Los Angeles, avant d'arriver dans une boite de nuit L.G.B.T. dont il est le gérant[27]. Des scènes particulières apparaissent, notamment une danse en claquette en ne cachant rien de ses déformations, des récits sur ses expériences sexuelles dont ses orgasmes, ou encore un passage dans le ranch où les assassins de Sharon Tate ont été capturés[27]. Lors des entrevues entourant la sortie de ce film, il décrit son œuvre comme une volonté de rompre les stigmatisations et de raconter les nombreuses péripéties qu'il a subi et surmonté, voulant ainsi enseigner une certaine forme de lutte et d'appréciation du monde du show business[27].

Références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 (en) Présentation de The Goddess Bunny sur Reflektmag.com (consulté le 4 février 2015).
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 (en) Présentation du film et biographie de The Goddess Bunny sur the Internet Movie Database (consulté le 22 octobre 2011).
  3. 3,0, 3,1, 3,2 et 3,3 (en) Analyse de la vidéo 'Evil Version of Goddess Bunny tap dancer sur Experienceproject.com (consulté le 4 février 2015).
  4. 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 (en) Interview de Nick bougas à propos de The Goddess Bunny sur Goddessbunny.com (consulté le 24 octobre 2011).
  5. 5,0 et 5,1 (en) Interview with Goddess Bunny par Jessica Jewell (consulté le 4 février 2015).
  6. (en) Liste des œuvres de Joel-Peter Witkin sur Art-Forum.org (consulté le 4février 2015).
  7. Aperçu de la photographie Leda sur Art-Forum.org (consulté le 4février 2015).
  8. (en) Clip officiel « The Dope Show » de Marilyn Manson sur YouTube où apparaît The Goddess Bunny à 3 min 39 (consulté le 22 octobre 2011).
  9. (en) « Evil Version of Goddess Bunny tap dancer » sur YouTube (consulté le 23 octobre 2011).
  10. (en) Le phénomène Goddess Bunny sur Alterati.com (consulté le 29 octobre 2011).
  11. (en) Interview de The Goddess Bunny (https://www.youtube.com/watch?v=Lf_4ss9rJZQ) par Netty Head (consulté le 4 février 2015).
  12. (en) Interview de The Goddess Bunny (https://www.youtube.com/watch?v=aoRH9XYuNZo) par Jesse Boredom (consulté le 4 février 2015).
  13. (es) Fanzine radio à propos de The Goddess Bunny sur Mixcloud.com (consulté le 4 février 2015).
  14. The Goddess Bunny (https://www.youtube.com/watch?v=MkjUp8jqLU4) par Jan F. Klesse (consulté le 4 février 2015).
  15. (en) Les meilleurs films qui ne se feront jamais : King shot de Jodorowsky sur Oneroomwithaview.com (consulté le 4 février 2015).
  16. (en) Liste des acteurs d'Hollywood Vice Squad sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  17. (en) Le film The Goddess Bunny Channels Shakespeare (http://www.imdb.com/title/tt0183125/) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  18. 18,0, 18,1, 18,2 et 18,3 (en) Filmographie de The Goddess Bunny (http://www.goddessbunny.com/films.asp) sur Goddessbunny.com (consulté le 29 octobre 2011).
  19. (en) Le film The Drift (http://www.imdb.com/title/tt0183015/) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  20. (en) Le film Sugar & Spice (http://www.imdb.com/title/tt1836931/) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  21. (en) Le film The Goddess Bunny (http://www.imdb.com/title/tt0184527/) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  22. (en) Marc Shell, Polio and its aftermath : the paralysis of culture (http://books.google.fr/books?id=xjTJHLeE7TAC&pg=PA234&dq=Johnnie+Baima&hl=fr&ei=xzylTpGFLcKUOpe2qe0O&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CDAQ6AEwAA#v=onepage&q=Johnnie%20Baima&f=false), Harvard University Press, 2005, 324 pages (ISBN 0674013158), page 234.
  23. (en) Le film S (http://www.imdb.com/title/tt0353963/) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  24. (en) Liste des acteurs de The Three Trials (http://www.imdb.com/title/tt0862966/fullcredits#cast) sur the Internet Movie Database (consulté le 29 octobre 2011).
  25. (en) Biographie de The Goddess Bunny (http://www.goddessbunny.com/info.asp) sur Goddessbunny.com (consulté le 22 octobre 2011).
  26. 26,0 et 26,1 (en) Présentation du film The Goddess Bunny (http://www.unpopart.org/films/goddessbunny.html) sur Unpopart.org (consulté le 4 février 2015).
  27. 27,0, 27,1, 27,2 et 27,3 Film The Goddess Bunny, 1998 - (en) lien vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=BbvpCJB0GJ8)
  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Johnnie Baima (http://es.wikipedia.org/wiki/Johnnie_Baima?oldid=50732284) » (voir la liste des auteurs (http://es.wikipedia.org/wiki/Johnnie_Baima?action=history)).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Site de The Goddess Bunny (http://www.goddessbunny.com) : documents, photos, vidéos.
  • The Goddess Bunny (https://www.tumblr.com/tagged/goddess-bunny) sur Tumblr.
Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).