Encyclopédie Wikimonde

Thierry Aldebert

Aller à : navigation, rechercher
Thierry Aldebert
Description de l'image Thierry ALDEBERT.png.
Naissance (45 ans)
Manosque
Formation

Thierry Aldebert, né le à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), est un officier supérieur de gendarmerie français aujourd'hui directeur général adjoint et membre du comité exécutif de l'Olympique de Marseille.

Biographie

Formation et carrière militaire

Thierry Aldebert est un officier français saint-cyrien de la promotion Général Lalande (1996-1999).

Originaire de Manosque dans les Alpes de Haute Provence, il a successivement vécu à Mont de Marsan dans les Landes, puis en Martinique.

Il rejoint le lycée militaire d'Aix-en-Provence en Maths Sup/Maths Spé en 1993 pour y préparer les concours sciences aux grandes écoles d'officier. Lauréat du concours de l'Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, il choisit la Gendarmerie en fin de scolarité après avoir validé son diplôme d'ingénieur au sein de la Direction Générale de l'Armement.

D'abord affecté en Gendarmerie Mobile, il présente en 2001 les tests de sélection pour intégrer l'Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (EPIGN) à Versailles Satory. Ayant réussi le stage probatoire, il commence sa carrière dans les forces spéciales au sein des sections de sécurité-protection et participe à diverses missions à l'étranger au profit du ministère des affaires étrangères, de l'Elysée, de Matignon, de juges et témoins protégés ou encore au profit du Pape.

Le 22 décembre 2004 à Bagdad, il dirige la mission d'extraction des ex-otages français Christian Chesnot et Georges Malbrunot[1]. Détenus pendant 124 jours, les deux journalistes avaient été récupérés la veille par le service action de la DGSE après des mois de négociations menées par Bernard Bajolet, ambassadeur de France en Irak, soutenu par Jacques Chirac.

En 2006, toujours à Bagdad, il assure la protection du juge Philippe Courroye qui instruit le volet français de l'affaire pétrole contre nourriture[2]. Malgré le contexte sécuritaire dégradé, le magistrat réussit à entendre quatre dignitaires du régime de Saddam Hussein, dont Tarek Aziz, l'ancien ministre des affaires étrangères.

Après ses séjours en Irak, Thierry Aldebert prend en 2006 le commandement du très discret Groupe d'Observation-Recherches (GOR) dédié à la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité. Il dirige des opérations de démantèlement de certains groupes terroristes indépendantistes et participe à la mise en échec de plusieurs attentats dans le sud de la France. Il dirige en parallèle des opérations de lutte contre les trafics de produits stupéfiants, trafics de fausse monnaie et pierre précieuses, assassinats, braquages, crimes contre l'humanité, crimes de guerre.

Dans ce dernier cas, il se rend à Arusha en Tanzanie afin d'y diriger une mission spéciale au profit de l'ONU et du tribunal pénal international pour le Rwanda, puis de la cour européenne des droits de l'homme à la Haye aux Pays-Bas.

En application de la loi dite Perben 2, il développe dès 2005 les capacités du GOR pour exécuter des missions spéciales de sonorisation et de captation d'images.

Appelé à participer à la construction du nouveau GIGN pour faire face aux menaces terroristes croissantes, il prend naturellement le commandement de la Force Observation-Recherches (FOR) en 2007 et poursuit le combat contre le terrorisme et le crime organisé.

Il anime des conférences sur les techniques spéciales d'enquêtes en France et à l'étranger, et participe à la formation des magistrats au sein de l'école nationale de la magistrature (ENM).

En parallèle, il est pendant trois ans l'entraineur de l'équipe de hand-ball des moins de 11 ans de Versailles au sein du Versailles Hand-ball Club.

En 2012, il quitte le GIGN pour prendre le commandement de la compagnie de gendarmerie départementale de Montpellier[3] où il crée des cellules spécialisées dans la lutte contre les atteintes aux biens[4], les violences[5],[6], les atteintes à l'environnement et la santé publique[7] ou encore contre les fraudes, le travail illégal et l'économie souterraine. Il développe également la formation professionnelle des gendarmes et la prévention auprès de la population et des élus[8].

Il s'inscrit en 2015 au dispositif de Transition Professionnelle (TPro) créé par la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale en partenariat avec HEC[9],[10].

L'Olympique de Marseille

En 2017, il quitte la Gendarmerie pour rejoindre le comité exécutif de l'Olympique de Marseille[11],[12],[13] comme Directeur Exploitation-Organisation-Sûreté-Sécurité puis comme Directeur Général Adjoint[14], en prenant en plus en 2019 la responsabilité du Stade Vélodrome et de l’expérience spectateur.

Dans ses premières fonctions, il englobe la création de la sphère sûreté de l'entreprise, se concentrant prioritairement sur les joueurs, leurs familles et le staff[15],[16]. Il a également la charge des services généraux et de l'exploitation de la Commanderie ainsi que de l'organisation des matchs de l'OM.

Par la suite, il prend la responsabilité du nouveau centre d'entrainement "OM Campus" construit à Mazargues.

En 2019, à la suite de la prise de contrôle du stade Orange Vélodrome par l'Olympique de Marseille, il prend le titre de directeur général adjoint en charge des Opérations. Il devient chef d'établissement de cet ERP (établissement recevant du public) de 1ère catégorie et prend également la responsabilité de la Guest Experience, chargée d'améliorer tous les aspects de confort, de bien-être et d'expérience positive des spectateurs et des supporters[17]. Il s'active particulièrement sur le registre de l'éco-responsabilité[18] et de la lutte contre les discriminations[19],[20].

Enfin, en reprenant le stade, il récupère la co-organisation opérationnelle des concerts, comme ceux de Muse et Soprano[21] en 2019, et des grands événements tels que la coupe du monde de Rugby 2023 ou les jeux olympiques 2024.

Durant la période du confinement en 2020 du fait du COVID-19, il mène avec le Club différentes actions d'aide et de soutien, comme l'accueil des femmes victimes de violences à la Commanderie[22] ou le déploiement des restos du cœur au stade.

Vie privée

Il est père de deux garçons.

Etudes supérieures

Thierry ALDEBERT est ingénieur en optronique. Il a validé son diplôme au sein de la DGA (direction générale de l'armement) en travaillant sur l'optimisation du rayonnement laser en 1999.

Il détient un diplôme universitaire de droit et sciences criminelles acquis lors de sa scolarité à l'école des officiers de la gendarmerie nationale en 2000.

En 2009, il obtient un diplôme technique d'Etat-Major, organisation et emploi.

De 2015 à 2017, il suit un cursus d'executive éducation à HEC à Jouy en Josas en lien avec un nouveau dispositif de transition professionnelle mis en place par la gendarmerie nationale.

Brevets et qualifications

  • Brevet militaire de parachutisme
  • Certificat élémentaire montagne
  • Diplôme de moniteur d'intervention professionnelle
  • Brevet de plongeur autonome
  • Diplôme d'instructeur d'équipe légère d'intervention
  • Diplôme d'expert en investigation spécialisée
  • Diplôme de chef d'équipe en protection de hautes personnalités
  • Directeur de mise en oeuvre d'explosifs
  • Directeur d'escalade
  • Brevet de moniteur Commando
  • Aptitude pilote hélicoptère
  • Certificat de contre-tireur (tireur d'élite)
  • Pilote conduite rapide et d'intervention
  • Diplôme d'ouverture fine de niveau I
  • Brevet d'entraînement en forêt équatoriale
  • Attestation de formation aux secours en équipe et avec matériel
  • Brevet d'animateur fédéral sport
  • Entraineur de handball - de 12 ans
  • Permis voiture, moto, PL, côtier

Décorations

France


Il a été félicité à douze reprises pour le succès de diverses opérations de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Notes et références

  1. « Histoire secrète d'une libération », sur LExpress.fr, (consulté le 10 août 2020)
  2. Par Laurent Valdiguié et François VignolleLe 13 mai 2006 à 00h00, « Le juge Courroye rentre de Bagdad », sur leparisien.fr, (consulté le 10 août 2020)
  3. La Mouette, « Le blog de l'Agglorieuse: Compagnie de Castelnau-le-Lez : Le nouveau patron des gendarmes est un spécialiste du judiciaire », sur Le blog de l'Agglorieuse, (consulté le 10 août 2020)
  4. « L'attaque d'un distributeur automatique de billets déjouée à Castelnau-le-Lez », sur France 3 Occitanie (consulté le 10 août 2020)
  5. « Détenu tabassé dans l'Hérault : les auteurs présumés encourent 30 ans de réclusion criminelle », sur France 3 Occitanie (consulté le 10 août 2020)
  6. « Hérault: fouille générale de la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone », sur L'Obs (consulté le 10 août 2020)
  7. Jean-Marc Aubert, « Castelnau-le-Lez : gendarmes de santé publique », sur scoop34.overblog.com (consulté le 10 août 2020)
  8. « Castelnau-le-Lez : inquiets, les anciens combattants en appellent à la vigilance », sur midilibre.fr (consulté le 10 août 2020)
  9. « Thierry Aldebert : Comment intégrer le monde des affaires après une carrière militaire », sur HEC Paris (consulté le 10 août 2020)
  10. (en-GB) Jonathan Moules, « Police officers kickstart new careers at business school », sur www.ft.com, (consulté le 10 août 2020)
  11. « Un ancien du GIGN dans l’état-major de l’Olympique de Marseille », sur L'Essor, (consulté le 10 août 2020)
  12. « Marseille: un ancien du GIGN nommé directeur de la sécurité », sur Challenges (consulté le 10 août 2020)
  13. « Marseille: un ancien du GIGN nommé directeur de la sécurité », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur (consulté le 10 août 2020)
  14. « Hérault : l'ancien patron de la gendarmerie de Castelnau-le-Lez monte en grade au sein de l’OM », sur midilibre.fr (consulté le 10 août 2020)
  15. « Comment l'OM s'y est pris pour enrayer les cambriolages - Cambriolages », sur L'Équipe (consulté le 10 août 2020)
  16. « Les cambriolages dans le foot en une du magazine L'Équipe - Médias », sur L'Équipe (consulté le 10 août 2020)
  17. « L'Olympique de Marseille annonce une collaboration avec l'application Moovit », sur industrie-mag.com (consulté le 10 août 2020)
  18. BFM BUSINESS, « Green Reflex: Olympique de Marseille, droit vers la transition énergétique - 11/11 », BFM BUSINESS (consulté le 10 août 2020)
  19. « Le tournoi contre les discriminations en vidéo », sur OM (consulté le 10 août 2020)
  20. « Premier tournoi de lutte contre les discriminations avec l'OM », sur Licra - Antiraciste depuis 1927, (consulté le 10 août 2020)
  21. Stéphanie Harounyan, « Au Vélodrome avec Soprano, la pelouse va piano », sur Libération.fr, (consulté le 10 août 2020)
  22. « Reportage : quand l’Olympique de Marseille accueille les victimes de violence conjugales - Elle », sur elle.fr, (consulté le 10 août 2020)

Liens externes

Zone Interdite : Au coeur du GIGN

Le Figaro : le GIGN en pointe contre la criminalité

Le Figaro : plongée au coeur des secrets du GIGN

Le Figaro : le GIGN monte en puissance et triple ses effectifs

Les femmes au GIGN

Arnaud Beltrame, Le Héros dont la France a besoin

RMC Sport : Avec Arnaud Beltrame

Midi Libre : interception

Champ de vision : la sécurité dans les stades (https://www.youtube.com/watch?v=1By3UWtz7qo)

RMC Sport : l'OM en finale de coupe d'Europe à Lyon (https://rmcsport.bfmtv.com/mediaplayer/video/thierry-aldebert-directeur-de-la-securite-de-l-om-fait-le-point-a-sept-jours-de-la-finale-1070651.html)

L'équipe : L'OM pendant le confinement (https://www.lequipe.fr/Football/Article/Coronavirus-comment-l-om-s-organise-au-quotidien/1127280)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).