Encyclopédie Wikimonde

Thierry Aymar

Aller à : navigation, rechercher
La page Modèle:Infobox/Pictogramme/sport-automobile.css n’a pas de contenu.
Thierry Aymar
Description de l'image Thierry AYMAR.JPG.
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Rodez (Aveyron)
Nationalité Drapeau de la France France
Carrière
Années d'activité 1978 à 1993
Qualité Pilote de Moto-cross
Équipe KTM, Honda

Thierry Aymar, né à Rodez le , est un pilote de moto-cross français, actif de 1978 à 1993, dont onze ans sous licence internationale.

Il est le père de 3 enfants dont l'écrvaine Aurelie MAUREZ ( l'emergence de l'enfant tout puissant ).

Biographie

Thierry Aymar commence sa carrière à Aibes, dans le Nord. Il suit les conseils de son père, Aymar Maurice (1938-2009), président fondateur du moto club de Marle et Voharies qui organisera plus tard les championnats du monde de Plomion, et de Jean-Jacques Bruno[1].

Carrière en Championnat junior

Bien que n'ayant pas atteint l'âge légal de seize ans, il participe aux essais en 1977 et 1978 aux championnats de France junior de Voharies avec une Honda Elsinore et roule au niveau des meilleurs.

Favori pour le junior 1979, il effectue la course avec une KTM, aidé par CUENIN à Audincourt, le "sorcier" de la préparation moto, l'importateur Honda n'ayant pas voulu l'engager comme officiel.

Il termine troisième, malgré de nombreux ennuis mécaniques.

Remportant haut la main l'avant-dernière épreuve, il se présente à Eschvillers pour la finale avec l'espoir de remonter au classement.

Il gagne la première des deux manches facilement mais au départ de la toute dernière, la grille de départ se vrille et le fait partir dernier. Sa remontée jusqu'à la troisième place est si impressionnante que Queirel et Cosson, les deux boss de Royal moto (KTM) de l'époque, le prennent comme officiel pour l'Inter 1980 ;

Officiel avec KTM

Il devient donc pilote officiel pour le 125 inter, qu'il finit quatrième ex-æquo avec Alain Fura (et premier pilote KTM) en 1980.

Toujours officiel KTM en 1981, il finit huitième mais KTM le renvoie, lui préférant Kervella, fils du président de la FFM.

Pilote privé

1983 1984 1985 1986 1987 1988, un des seuls pilotes à travailler

Thierry quitte alors la scène internationale pour rouler en championnat de Champagne avec Magisson qu'il fait connaître.

Celui-ci deviendra Magic moto.

Thierry revient en 1983 sur le championnat de France senior mais sans grand résultats à part une troisième place. Puis sur les conseils de Papa BRUNO il roule en 500 car son pilotage est coulé. Il prendra la deuxième place de l'inter de Savy St Quentin derrière Jean Jacques Bruno en 1984 et il participera à de nombreux cross inters qui étaient en France des événements importants, Thierry y gagne ses galons de pilote INTER en prenant de nombreux accessits et des places de premier Français.

Son jour de gloire se fera à Plomion en 1986 quand il gagne l'international devant Patrick Boniface.

En 1986, l'OPEN INTER (ancêtre de l'élite) est né, mélangeant les 250 cm3 et les 500 cm3.

Thierry commence la saison en gagnant l'épreuve qualificative de Beauvoisin devant Denis Vimond.

Puis les premiers points à Ernée...

Des départs « canons » et une superbe épreuve à Ambert (63) où la chaleur est un atout pour le petit Aveyronnais qu'il est, lui permettent de terminer la course sur le podium 2e entre Jacky (1er) et Christian (3e) les frères VIMOND., et le championnat de France à la 9e place (4e 500 ).

Hélas, au début de 1987 il se blesse à l'épaule et se casse un doigt en fin d'année.

Il ne retrouvera jamais son niveau de 1979 et surtout 1980, quand il prenait souvent le deuxième temps chrono derrière Jacky Vimond en championnat de France 125 INTER.

En 1988 il jette l'éponge et se concentre sur ses rénovations de maisons. Il roule en ligue de Picardie et des Flandres pour le plaisir.

Il finit sa carrière en catégorie 500 sur une Honda en 1993, après s'être essayé au sable.

Il s’entraînait avec Arnaud Demeester qui n'avait pas encore gagné l'Enduro du Touquet et il termine à la 14e place de cette course mythique en 1992.

Pour le Touquet 93 il « bricole » un sac à dos avec une boisson relié à la bouche par un tuyau alimentaire, bien avant l'arrivée du Camelback...

Hélas son embrayage casse sur la ligne de départ.

A 32 ans, il prend sa retraite du moto cross et à 42 ans sa retraite tout court.

Il vit maintenant dans le sud et s'échappe l'hiver dans les contrées ensoleillées.

Il pratique le VTT, la randonnée, la natation.

Palmarès

  • 1979 : 3e du Championnat de France junior 125 cm3[2] KTM
  • 1980 : 4e ex æquo du Championnat de France inter 125 cm3 Officiel KTM [2]
  • 1981 : 8e du Championnat de France inter 125 cm3 Officiel KTM [2]
  • 1986 : 9e du Championnat de France Élite 250-500 cm3[3](4e 500) ; 2e de l'épreuve d'Ambert HONDA [2]
  • Vainqueur de l'épreuve internationale de Plomion sur HONDA 500 CR
  • 36 victoires en National
  • 1992 14 e de l'enduro du Touquet sur HONDA 500 CR

Notes et références

  1. « Moto Club de Marle et Voharies », sur motocrossplomion.com (consulté le 29 juin 2017)
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Gilou, « memotocross », sur memotocross.fr (consulté le 29 juin 2017)
  3. « Accueil », sur ffmoto.org (consulté le 29 juin 2017)

Cet article « Thierry Aymar » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).