Encyclopédie Wikimonde

Thinking Africa

Aller à : navigation, rechercher

Thinking Africa, Institut de recherche et d’enseignement sur la paix en Afrique, se fixe comme objectifs d'améliorer la compréhension du continent africain et de produire et diffuser du savoir sur la paix transversale en Afrique.

Groupe de réflexion indépendant basé à Abidjan (Côte d’Ivoire), Thinking Africa rassemble des universitaires et des experts issus de différents horizons et disciplines qui ont pour mission d'adresser aux décideurs politiques et organisations-clés des analyses rigoureuses et innovantes sur l’Afrique. Thinking Africa (« Penser l’Afrique ») est un think tank francophone qui a pour ambition de dire du nouveau de manière pédagogique et créative[1]. Trop souvent, le continent africain est associé à la violence et aux conflits nonobstant l’ancienneté des forces de paix et l’expérience de la paix ancrées dans ses populations. Le conflit n’est pourtant pas une donnée permanente ou immuable, qui couverait spécifiquement dans un continent voué à son déchaînement sporadique. Les études polémologiques sur l’Afrique abondent bien plus que celles consacrées à son irénologie, qui demeurent l’exception. Pourtant, dans un passé récent deux Secrétaires généraux à la tête de l’ONU (Boutros Boutros-Ghali et Kofi Annan), ont inscrit la paix sur le continent africain comme une priorité. Thinking Africa veut combler ce fossé entre la propension à voir l’Afrique uniquement comme un lieu de désolation et entre les pulsions de vie qui chaque jour consolident les efforts du vouloir vivre ensemble et de construire l’Afrique des Africains[2]. La recherche, la diffusion d’outils pédagogiques et la formation sont les trois activités principales et complémentaires développées par Thinking Africa pour œuvrer dans ce sens.

La mission de Thinking Africa

Produire du savoir sur l’Afrique et sur les modalités de fabrication de la paix demeure une priorité pour Thinking Africa. Dans cette perspective, TA se donne pour mission de faire émerger un nouveau paradigme pacifique : celui de la paix transversale, qui introduit une nouvelle approche holistique et dynamique de la paix, dépassant ainsi la conception traditionnelle de la paix comme absence de guerre.

Le politologue norvégien Johan Galtung a forgé le concept de paix négative et paix positive. Sa définition positive de la paix vise l’idée d’harmonie et prône la recherche d’une justice sociale et la lutte contre toute « violence structurelle ». Il s’agit bien dans cette conception de considérer la paix comme statique et de développer des cultures de paix. La notion de paix transversale s’inscrit dans ces cultures de paix et s’en donne les moyens concrets. Les inventaires de modalités de pacification qui ont eu lieu de 1994 à 2004 en lien avec les conflits des Grands Lacs ont permis de documenter les processus de fabrication de la paix en Afrique à l’heure de la « renaissance africaine » de Nelson Mandela et Thabo Mbeki. Ce mouvement pacifiste africain s’inscrit aussi sur fond de gouvernances spécifiques liées à l’histoire et à l’économie du continent.

Le concept de paix transversale

Cette paix transversale est le produit des cultures de pratique ancrées dans des contextes locaux et sociaux spécifiques : le vivre-ensemble avant, pendant et après le conflit s’enracine dans des territoires, des sociétés. Ce vivre-ensemble se montre inclusif et participatif dans un effort continu et dynamique. La reconstruction du lien social vise la sécurité mais aussi la cohésion des membres de la communauté.La paix transversale est donc un concept dynamique, qui se réinvente en permanence en vue de consolider le vivre-ensemble. Cette conception de la paix ne peut être déterritorialisée, elle est issue de processus d’appropriation dans des espaces précis d’actions politiques multiples. Ce concept appelle alors à un travail interdisciplinaire qui désagrège la catégorie «paix» et met davantage l'accent sur les processus et les contextes particuliers.

Le format des publications

Un vaste réseau continental, d’experts et d’universitaires a été créé par Thinking Africa. L'institut stimule les membres de son réseau en proposant des sujets en relation avec les objectifs de : paix et réconciliation - médiation -et conflits – gouvernance – leadership - développement et reconstruction - sécurité- Union Africaine… Ces publications revêtent différents formats et sont toutes soumises au système de l’évaluation par les pairs avant leur publication sur le site. Une web TV (Thinking Africa TV) propose également des vidéos d’interviews, de rencontres avec, ceux qui pensent le continent et prennent très aux sérieux les activités de l’esprit concernant le continent. Les publications, accessibles sur le site internet de Thinking Africa, sont classées en cinq catégories :

Les programmes

Les programmes de Thinking Africa se définissent selon ses préoccupations centrales, ainsi que selon celles des partenaires qui sollicitent TA pour produire des recherches, des analyses ou des consultations concernant des sujets relevant de leur domaine d’expertise. Le think thank mobilise des partenaires sur l’ensemble du continent : Identifier voire susciter des outils et des acteurs de paix est au cœur des prescriptions de Thinking Africa qui s’engage dans des processus de persuasion et de négociation avec les décideurs[3].

Les formations

Depuis dix ans les membres de Thinking Africa ont formé, à travers le continent africain des officiers, des hauts fonctionnaires, des membres de la société civile aux fondamentaux de la négociation et de la médiation. Ces sessions de formations incluent des formations de formateurs dans le but d’assurer leur pérennité. Les supports pédagogiques sont interactifs et variés : simulations et études de cas, vidéos, témoignages de personnalités[4].

Les conférences

Thinking Africa organise des événements scientifiques sur la thématique de la paix, souvent en partenariat avec des institutions académiques, comme la conférence sur les conflits fonciers en Afrique, organisée au centre Malher[5]. Les forums et tables rondes permettent eux de toucher un public plus large. Des groupes de travail peuvent être dédiés à des thèmes spécifiques.

Notes et références

Sources

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).