Encyclopédie Wikimonde

Tom Buzz

Aller à : navigation, rechercher

Tom Buzz est un groupe de garage rock parisien formé en 1989 et dissous au beau milieu des années quatre-vingt-dix.

Si deux guitaristes solo se sont succédé (Hervé Florent puis Denis Fouilleul, ce dernier futur membre des Salauds De Pauvres et de Spermicide), le noyau de cette formation est resté le même durant sept ans :

  • Christophe Suquet (ex-Moonshiners et futur Red Jack) à la batterie
  • Olivier Cognasse (ex-Pravda et futur Salauds de pauvres puis Le Coup De La Fourchette) à la basse
  • Laurent Cognasse (ex-Pravda, ex-Crad Mamouths et futur Salauds de pauvres puis Le Coup De La Fourchette) au chant et à la guitare rythmique.

Ils firent partie de cette vague de garage rock parisienne, qui succéda au punk et au psychobilly durant la seconde moitié des années 1980, et partagèrent l'affiche avec les Wampas, Gorgons, Moonshiners, Mafaldas, Brains, Snails et autres habitués des concerts organisés par l'association Les Barrocks. Tom Buzz joua dans plus de cent concerts à travers la France, et surtout à Paris et en Bretagne. Cela leur permit de faire les premières parties de groupes illustres tels que les anciens de The Sting-Rays d'Earls Of Suave, Guana Batz, les Wampas, Nigel Lewis des Meteors, des futurs Burning Heads ou Parabellum.

On peut les retrouver sur une vidéo réunissant les premiers concerts non officiels du printemps de Bourges et réalisée par Loran des Bérurier Noir, Bar'Oufs 90, une autre video réalisée par Les Barrocks en 1992, en compagnie des Earls Of Suave, ainsi que sur quelques compilations produites alors par différents fanzines.

Histoire

Vers la fin de l'année 1988, Laurent, Olivier et Eric Lejeune jouaient en compagnie des chanteuses des Mafaldas et d'Alex, futur batteur de X-Syndicate, au sein de Zombie Dance, un groupe de punk 60's. Après le split de ce combo, tous trois décidèrent de continuer à jouer ensemble et commencèrent à composer quelques morceaux très proches des chansons de Billy Childish au sein de Thee Milkshakes ou Thee Mighty Caesars. Tandis qu'Olivier s'occupait de la basse, Eric et Laurent chantaient tour à tour tout en assurant les parties de guitares. Ils cherchèrent alors un batteur parmi leurs amis. Le guitariste Christophe, qui venait juste de quitter les Moonshiners et désirait alors jouer de la batterie, fut engagé sans aucune hésitation. Il apporta dans ses bagages des racines plus psychobilly, voire rockabilly, en assénant sur le tom basse des coups de baguettes dignes du célèbre Nick Knox des Cramps[réf. nécessaire] et ajouta des chœurs graves et mélodieux derrière le chant. Rapidement, ils adoptèrent un nom, Doctor Loveless, (en hommage au nain cruel de la série télévisée "Les Mystères de l'Ouest"), et firent vite quelques concerts à Paris en compagnies de groupes proches tels que Witches Valley ou Moonshiners.

Au bout de quelques mois, Eric quitta Tom Buzz. Christophe fit appel à Hervé, ex-Moonshiners lui aussi, guitariste inspiré tant par le rock surf que par la guitare slide, et qui devint donc le soliste. La musique garage du groupe mélangea alors le 60's punk des débuts, grâce à l'utilisation de la pédale fuzz, à des influences psychédéliques auxquelles se mêlèrent les interventions surf, blues ou country du nouveau membre, amateur de Duane Eddy, de Dick Dale et des Ventures, mais également des Cramps ou du Gun Club, cette dernière influence faisant l'unanimité au sein de la formation. Doctor Loveless se mua alors en Tom Buzz, nom sans signification précise, choisi pour sa sonorité évocatrice. La plupart des morceaux étaient des compositions de Laurent, auxquelles s'ajoutèrent, au fil des concerts, des reprises de groupes psychédéliques (Electric Prunes), psychobilly (Sting-Rays), mods (Kinks) ou garage (Sonics). Hervé proposa quelques compositions personnelles, notamment deux instrumentaux, ainsi qu'une reprise de "Prairie Chain", des Primevals, combo écossais 80's dont il appréciait la couleur musicale. Une version de Gypsy Woman, enfin, inspirée tant par la version de Ricky Nelson que par celle des Saints, acheva d'enrichir le répertoire. La créativité du groupe se décupla alors au cours de répétitions enthousiastes dont la fréquence avait été multipliée. Très vite, on enregistra une maquette, produite par Marc Police, guitariste des Wampas et des Pasadena(s). Durant cette période, le groupe joua de très nombreuses fois dans des bars, des squats et des salles à Paris, en banlieue (le Fahrenheit en première partie des Wampas ou Capsule Rock) ou en province (Orléans, Rennes, Chartres, Amiens, Bourges, etc.). Les concerts se terminaient parfois par des bagarres entre différents membres ivres de la raya parisienne et notamment quand Tom Buzz jouait en compagnie de leurs amis, les Moonshiners... Cependant, cela n'empêcha pas le groupe d'évoluer tout en apprenant sur le tas.

Au bout de quelques années, des divergences musicales conduisirent Hervé à quitter le groupe pour d'autres projets. Il assura l'intérim jusqu'à ce qu'un remplaçant lui fût trouvé. Ce sera le cas assez rapidement, en la personne de Denis, un ami du groupe, qui jouait non seulement au sein de Sbang, mais avait déjà accompagné Tom Buzz pendant une tournée bretonne, au cours de laquelle il avait officié comme roadie, ingénieur du son et compagnon de cuite. Il remplaça le Fender Twin Reverb par un Marshall et apporta ainsi un nouveau son, plus puissant et plein de distorsion punk, pour la plus grande joie des deux frères, Olivier et Laurent, qui avaient également fait leurs premières armes dans des formations punk. En même temps que le son devenait plus fort, le tempo encore plus rapide, les textes autrefois chantés exclusivement en anglais furent peu à peu remplacés par le français. Du coup, les reprises des Electric Prunes ou des Sonics cédèrent leur place à des interprétations de chansons des Saints ou des Ramones. Le garage psychédélique de Tom Buzz devint plus punk, en abandonnant notamment les influences venues du surf-rock. La nouvelle formation continua à balancer ses décibels sur les routes de France au cours de nombreux concerts. La Bretagne les accueillit encore de nombreuses fois ainsi que la Normandie et les régions du centre. À Paris, les années de service du groupe leur permirent de jouer assez souvent un peu partout. Quelques ballades se greffèrent aux morceaux speed, et Denis, à l'instar d'Hervé précédemment, ajouta lui aussi des parties de bottleneck sur ces dernières, tandis que Christophe et Olivier continuaient à balancer une rythmique et des chœurs toujours plus efficaces sur les mélodies tordues de Laurent. Les morceaux de cette période furent enregistrés durant plusieurs sessions faites chez Dilip des Coronados. Ce curieux mélange de chants mélodieux, de garage "fuzzé", d'énergie punk et de chœurs velus déconcerta certains personnages de la "branchitude" parisienne. Ainsi, au cours d'un concert à Saint-Ouen, le journaliste-musicien-poseur, Patrick Eudeline, quitta la salle en marmonnant: « C'est du garage de skinhead » ; ce qui fit plutôt plaisir aux membres du groupe qui ne voulaient surtout pas faire partie de cette pseudo-élite...[réf. nécessaire]

Malheureusement, toute bonne chose a une fin et, vers 1996, Christophe, qui jouait de la guitare et chantait depuis peu avec sa compagne au sein du duo nommé Red Jack décida d'abandonner la batterie. Non désireux de poursuivre l'aventure sans lui, les trois autres mirent un terme à l'histoire de Tom Buzz, même si, deux ans plus tard, ils se retrouvèrent ensemble et à nouveau dans un studio de répétition avec Les Salauds De Pauvres. Entre-temps, aucun d'entre eux ne resta inactif, bien sûr. Après la split de Tom Buzz, Denis forma un trio de Blues-Punk en compagnie de Fredo alors batteur des Moonshiners et futur Massey fergusson Memorial. Laurent fut chanteur du groupe folk Ice Cream Men, formé avec d'anciens musiciens des Chats Dégoût. Et Olivier enregistra une bande sonore hardcore avec ces derniers pour un clip d'Hervé Di Rosa.

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).