Encyclopédie Wikimonde

Tony Kunter

Aller à : navigation, rechercher
Tony Kunter
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (36 ans)
Toulouse

Tony Kunter est un historien français né à Toulouse le .

Biographie

Formé par Jacques Cantier, il s'est spécialisé dans les études maurrassiennes.

Disciple de Quentin Skinner, historien des idées politiques, il développe une épistémologie « contextualiste ». Retraçant la filiation idéelle maurrassienne, s'attachant en particulier aux cas de Louis de Bonald et Joseph de Maistre, il recherche les traces de la lecture de ses deux auteurs par Charles Maurras dans les écrits de celui-ci, allant jusqu'à analyser l'inventaire de la bibliothèque de la Maison du Chemin de Paradis, maison natale de Maurras. Il parvient ainsi à retracer les parcours maistriens et bonaldiens du "Maître", comme l'appelait les militants de l'Action française. Généralisant ces deux études de cas, Kunter conclut sur une refondation de la pensée contre-révolutionnaire par Maurras dans la première partie du XXe siècle français.

L'approche de Kunter rompt avec la tradition de philosophie politique comparée, et même avec celle de l'histoire des idées tout court. Sa méthode, partant directement des sources, et non plus de la problématisation, utilise des pièces insolites pour ce type d'histoire telles que l'iconographie, ou le recours à des graphiques quantitatifs (pour exemple, l'écho d'un auteur dans l'édition par le nombre de pages publié par décennie).

Kunter se détache aussi des analyses classiques sur Charles Maurras. Refusant "les trois droites" de René Rémond, de même que le Maurras fasciste d'Ernst Nolte ou Zeev Sternhell, il préfère insister sur la fibre contre-révolutionnaire de l'auteur.

L'épistémologie de Tony Kunter, sa perception de Maurras, lui ont valu des critiques, en particulier de la presse d'extrême-droite. L'historien Yves Chiron, a pu lui reprocher un certain amateurisme, perceptible par son emploi beaucoup trop restrictif des méthodes de l'école contextualiste de Quentin Skinner [1]. Alain Sanders, du journal Présent, titrait après la lecture du premier ouvrage de Kunter, « c'est Maurras qu'on assassine » [2]. À l'inverse, Michel Fromentoux, rédacteur en chef de l'Action française 2000, a souligné les qualités du livre [3].

Il signe un autre Maurras chez Pardès en 2011, petit ouvrage de synthèse illustré.

Parcours académique et distinctions

Ouvrages

  • Charles Maurras : la contre-révolution pour héritage, Nouvelles éditions latines, Paris, 2009, 208 p. (ISBN 978-2-7233-9818-3).
  • Charles Maurras, collection « Qui suis-je ? », Pardès, Grez-sur-Loing, 2011, 128 p. (ISBN 978-2-86714-454-7).

Liens externes

Notes et références

  1. Voir Maurrassianna, n° 12, juillet-septembre 2009
  2. Voir Présent, n° 6937, jeudi 1er octobre 2009
  3. Voir Action française 2000, n° 2778, 17 au 30 septembre 2009

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).