Encyclopédie Wikimonde

Trois p'tits points

Aller à : navigation, rechercher
Trois p'tits points
Description de l'image Logo tpp.jpg.
Informations générales
Genre musical Chanson française
Années actives depuis 2003
Labels Revolution Sound Records
Composition du groupe
Membres Céline Robert – chant, piano et accordéon
David Margaine- chant, sampling, harmonica
Jérémy Teulade - guitares, choeurs
Julien Bruneteau – flute traversière, whistle
Matthieu Laperche – Chant, basse, contrebasse
Simon Crespeau – batterie
François Gonin – régie son
Anciens membres Olivier Rasal
Charlotte
Gaëlle Louis
Adeline Masse
Rémi Sage
Pierre Henry Simon
Cédric Gesquière
Vincent Vergnes
Raphaël Seine
Olivier Bourdens

Trois p'tits points (ou 3 p'titspoints/TPP) est le nom d'un groupe de chanson électro poétique créé en 2003 dans la région bordelaise.

Histoire

Septembre 2003 : la genèse

Trois étudiants, liés par une certaine conception de la musique se retrouvent dans les sous-bois bordelais pour improviser et reprendre leurs chansons favorites. Céline Robert amène son synthétiseur portatif, son accordéon, David Margaine ses harmonicas et son didjeridoo. Olivier Rasal, quant à lui, apportera son djembé. Trois voix, cinq instruments suffisent amplement pour commencer à créer. Les promeneurs et les passants s'arrêtent, certains esquissent un pas de danse. Ces premiers retours leurs donnent envie d'aller plus loin. Comme dans les meilleures séries télévisées, ils se retrouvent alors dans la salle de répétition du campus universitaire pour répéter[1] et mettre en place leurs premières compositions. Adeline Masse les rejoint à la flûte traversière et Charlotte[Qui ?] à la guitare acoustique.
Le groupe trouve sa première entité. Il lui faut donc un nom. À l'issue de nombreuses tractations, Adeline propose le nom de Trois p'tits points, en référence à l'ouverture du propos et du groupe qui accepte volontiers de nombreux invités lors de ses répétitions. Ce nom sera unanimement adopté par les musiciens. Les textes sont alors apportés par David et mis en musique par Céline, le groupe assurant les arrangements musicaux.
Le premier concert a lieu lors du Gala de l'institut de formation en psychomotricité, en juin 2004. Les chansons sont alors essentiellement acoustiques, le propos est imagé, on peut presque parler de fables.

Premières évolutions : les chansons désadultifiées

Charlotte quitte Bordeaux et se sépare du groupe. Elle est remplacée par Gaëlle Louis. Olivier, qui outre la percussion jouait également du piano s'en va à son tour. Rémi Sage, introduit par Gaëlle occupera avec son Djembé la place du rythmicien de Trois p'tits points.
La dernière recrue du groupe s'appelle Sophie Aimon. Elle joue de l'accordéon diatonique, chante, mais possède surtout un talent de comédienne[2]. Le groupe prend alors une tournure plus théâtrale. Gaëlle apporte également ses textes, poétiques, humoristiques, tous très illustrés. Avec des titres comme « les poules », « Scélérats » ou « Les supermarchés », le groupe écorne gentiment les travers des hommes et de la société. Rehaussés par l'ajout d'idiophones, de costumes colorés et d'un décor bricolé par Christophe Belin, Trois p'tits points commence enfin à poser son univers décalé que Cap'tain[3], sommité locale de radio Sauvagine qualifiera de « désadultifié »[4].
Le logo du groupe, créé par Jessica Robert à cette même période, illustre parfaitement cette approche. La formation se produit dans de nombreux cafés de Bordeaux et des environs et se frotte à ses premières vraies scènes.
Le temps passe, les êtres grandissent, les projets aussi. La faculté devient inadaptée pour composer. Le cabinet musical du Dr. Larsène [5], situé à Bègles, sera désormais leur lieu de répétition. C'est un lieu de rencontres, d'aide et d'accompagnement. Ils y enregistreront leur première démo. Anne Cauvain, proche amie de Sophie, suit le groupe lors de ces sorties. Elle devient au fil du temps l'accompagnatrice officielle, l'oreille extérieure, qui décore le plateau et facilite grandement la gestion humaine et matérielle du projet.

2005, le tournant électro

Gaëlle finit ses études. Diplômée, elle quitte alors la région et cesse son aventure avec Trois p'tits points. Pierre Henry Simon la remplace.
Quelques mois plus tard, Adeline suit le même parcours. Julie Barny, également flûtiste, prend sa place. Plusieurs concerts sont donnés avec cette formation avant que Rémi, également pour des raisons professionnelles, choisisse de s'éloigner de l'Aquitaine.
Ce troisième départ marque la fin de la période acoustique et théâtrale de la formation. Désireux de ne pas se répéter, les musiciens proposent à Raphaël Seine de prendre la place de Rémi. La différence est de taille car Raphaël ne manie pas la percussion mais la groovebox ([6], [7]). Avec son arrivée, Trois p'tits points s'ouvre ainsi aux sonorités électroniques.
Cédric Gesquière est bassiste dans plusieurs groupes. Lui aussi répète au cabinet du Dr. Larsène. Les accointances respectives l'amènent à intégrer le groupe en tant que contrebassiste. Les morceaux sont réarrangés.
De nouveaux sont créés.
Le groupe se voit alors confronté à des problèmes techniques grandissant, François Gonin, ingénieur du son, les aidera grandement à trouver des réponses. Il devient leur sonorisateur attitré.
Durant 2005-2006, le groupe va commencer à se déplacer pour se produire sur les scènes de festivals du département ([8], [9]...).
En avril 2006, Trois p'tits points participe au tremplin des Scènes Croisées en Gironde [10] où il emporte sur la scène des Carmes le prix du Jury et le prix du public[11].
En outre, il gagne une première partie au festival Musiques à Pile[12]. Julie étant en voyage pour cette date, c'est Julien Bruneteau, jeune musicien, qui la remplace alors. Ils joueront alternativement ou ensemble jusqu'à ce que Julie quitte officiellement le groupe, en juin 2007.
Le tremplin offrait au lauréat la possibilité de passer plusieurs jours dans un studio professionnel. Le groupe ira donc au cours de l'été produire sa première démo : 5 titres enregistrés et mixés par Fabien Tastet au studio le 33 tours à Frontenac[13]. Julien enregistre 4 titres sur les 5. Les guitares sont jouées par Vincent Vergnes, successeur de Pierre Henry, parti au printemps 2006. Les mois suivants, le groupe poursuit sa route et effectue ses premières incursions hors du département : Landes, Charente, Vienne...
En 2007, plusieurs membres s'investissent dans le projet Aux urnes etc... Ce projet, mis en place au niveau national par les Ogres de Barback et Les Hurlements d'Léo vise à redonner la parole politique aux citoyens, en prévision des élections présidentielles approchantes. Concrètement, il consiste à poser les chapiteaux Latcho Drom dans une ville et d'y mener pendant une semaine des débats, des projections, mais aussi des concerts et des expositions. Le groupe sera co-organisateur de la date bordelaise. Lors de la prestation donnée à cette occasion, Gaëlle viendra apporter un soutien scénique alors que Dawed, contrebassiste des Hurlements d'Léo remplacera pour la soirée Cédric, parti du groupe quelques temps plus tôt ([14], [15].

2008 : L'album

Se sentant enfin prêts pour enregistrer leur premier disque, les musiciens font appel à Edgar Daguier, auteur compositeur du groupe Edgar de l'Est pour les guider dans cette expérience. Au cours des 8 mois d'enregistrement et de mixage, il jouera autant le rôle de directeur artistique que d'ingénieur du son[16]. C'est également à ce moment que Matthieu Laperche, bassiste et contrebassiste, occupera la place laissée vacante par Cédric. De même, Vincent Vergnes étant désireux de clore son aventure dans Trois p'tits points avec ce disque, il sera remplacé par Olivier Bourdens. On peut d'ailleurs l'entendre sur une des chansons de l'album. Le disque, intitulé « Pourquoi J'ose » comporte 12 titres. La guitare électrique fait ses premières apparitions. Les machines sont composées en partie par David et par Raphaël. Ce dernier quittera d'ailleurs le groupe à l'issue de l'enregistrement. À la fin de l'année, la nouvelle équipe part en tournée dans le sud-est de la France et va ainsi jusqu'à Marseille. L'album sort en janvier 2009 sur le label Revolution Sound Records[17]. Avec cet opus, le groupe affine encore la vision de son univers qu'il qualifie de chanson électro-poétique.

2009 : le virage sonore

Pour des raisons de disponibilité, Sophie quitte le groupe. La formation poursuit son aventure sans elle et aborde le travail de mise en scène avec la compagnie Gérard-Gérard. Alors qu'Olivier quitte la formation, Jérémy Teulade le remplace, accentuant la présence des guitares électriques et le travail du son. Promus têtes d'affiche de la fête de la musique de Gradignan, Trois p'tits points choisit pour cette occasion d'ajouter un batteur à son line-up. Il s'appelle Simon Crespeau. Il rejoindra définitivement le groupe en mars 2010. Cette formation propose un son déjà très différent de celui gravé un an plus tôt sur l'album. Les morceaux sont composés de manière plus collégiale. Plus électrique, moins enfantin, l'univers de Trois p'tits points s'est assombri, tout en gagnant en puissance. L'aspect poétique reste toujours prégnant. Une nouvelle démo : « Petite Chose », est donc enregistrée, toujours sous l'égide d'Edgar. Elle sort en janvier 2010. Simon apparait sur un morceau. À la même période, Nicolas Barrière intègre l'équipe en tant que chargé de diffusion, ce qui permet aux musiciens de se recentrer sur la création. Pour 2010, l'équipe prépare une nouvelle tournée dans le sud-est avant de partir jusqu'en Belgique en 2011.

Trois p'tits points, l'engagement, la culture libre

Le propos des chansons n'est pas militant, mais l'aspect poétique n'empêche pas pour autant d'aborder des thèmes de société contemporains. On retrouve cette volonté sur le terrain par la participation du groupe à de nombreux concerts de soutien, tout au long de son parcours. Depuis la création de Trois P'tits Points en 2003, le groupe s'est toujours senti concerné par les musiques sous licence de libre diffusion, retrouvant dans ce concept la notion de partage et d'échange qu'ils revendiquent.
Le mouvement du libre est né du désir et de la volonté d'artistes de rendre la culture libre et accessible à tous. On en retrouve les prémices dans les écrits de Ram Samudrala. Cette mouvance est une autre approche de l'art et de la propriété intellectuelle. À l'heure de la numérisation, elle propose à l'auteur de protéger ses œuvres sans entrer dans un schéma de gestion monolithique. Le terme «libre» se réfère à la liberté et non au prix. Ainsi, libre ne signifie pas gratuit : l'auteur a en effet la possibilité de recevoir les fruits de la paternité de sa création et de son utilisation. Toute la différence réside en la possibilité d'avoir le choix dans la manière de gérer son œuvre. Concrètement, cette volonté s'incarne dès 2005 par l'inscription dans le catalogue de l'association Dogmazic puis par l'entrée dans le collectif Revolution Sound Records. En 2006, le groupe Trois P'tits Points organise en partenariat avec ces dernières la date bordelaise de l'Appel Festival. En 2007, il ajoute ce chapitre au menu de la manifestation : « Aux urnes, etc. ». En octobre 2008, on les retrouve dans la programmation du 3ème Festival du Son Libre à Marseille. Il est ensuite sélectionné pour représenter un certain aspect de la scène libre française par la plateforme Libre Accès[18]. De même, David prend activement part à l'organisation des Rencontres mondiales du logiciel libre 2010 qui se déroulent pour cette édition à Bordeaux. C'est donc en toute logique qu'ils sont les représentants de la scène musicale libre locale au cours des RMLL 2010 à Bordeaux[19].

Quelques concerts

Parmi la centaine de dates qu'a effectué Trois p'tits points, on peut citer :
2010
Juillet : Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, Bordeaux (33) [20]
Mai : Musicalarue sur un Plateau, Luxey (40) [21]
2009
Septembre : Ouverture de la soirée "ciné-sites", Bordeaux (33)

Janvier : Concert au théâtre des Hautes Rives, Rivesaltes (66)[22]
2008
Octobre : tournée dans le sud-est (Toulouse, Perpignan, Marseille...)
Mars : Printemps des Poètes, Bordeaux (33)
2007
Décembre : Saison culturelle de la communauté de communes de Nontron (24)
Juillet : Kermestival : la Vallée Musicale, Verdelais (33)

Juin : les 10 ans du festival Zo Prod, Poitiers (16)

Février : interventions musicales durant le projet : « Aux Urnes Etc», Blanquefort (33)
2006
Septembre : Tremplin final des Scènes Croisées ; Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Juillet : Festival Jours de fête à Mussonville, Bègles (33)[23]
Juin : Festival Musiques à Pile, St Denis de Pile (33) 

Avril : Tremplin des Scènes Croisées en Gironde, Langon (33)

Discographie

Toutes les créations sont déposées sous une licence Creative Commons by nc sa 2.5. 2006 : Première démo 5 titres.

2009 : Premier album 12 titres : Pourquoi j'ose...
2010 : Démo 5 titres : Petite chose


Références

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).