Encyclopédie Wikimonde

Videdressing

Aller à : navigation, rechercher

Videdressing est une start-up française fondée en 2009, spécialisée dans l’achat et la revente d’articles de mode et de luxe entre particuliers.

Histoire

L’entreprise est fondée fin 2009 par l’entrepreneuse américaine Meryl Job, rejointe ensuite par Renaud Guillerm, ancien directeur fiscal, en tant que co-fondateur.[1]

Gouvernance

En novembre 2014, la direction est confiée à Gregory Salinger, ancien directeur général des activités grand public et internet chez Microsoft France.[2]

En juin 2017, Laura Peccia-Galletto, Hervé Lourdin et Jeremy Delorme prennent les rênes de la société.[3]

Développement

Entre 2009 et 2013, Videdressing lève un million d'euros auprès de particuliers et Business Angels.[4]

En mars 2013, l'entreprise lève 4,6 millions d'euros auprès de DN Capital, Piton Capital, Earlybird et Generis Capital.[5]

En juin 2017, Videdressing annonce une nouvelle levée de fonds d'un montant de 5,4 millions d'euros.

Consommation collaborative

Videdressing est membre fondateur de la Fédération des Plateformes Collaboratives aux côtés de Airbnb, Heetch ou encore Boaterfly.[6]

Article publié sur Wikimonde Plus.

  1. (en-GB) « Meryl Job, une Américaine à Paris - Business O Féminin : Business O Féminin », sur businessofeminin.com (consulté le 10 janvier 2018)
  2. « Grégory Salinger, en habit de président chez Videdressing », lesechos.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018)
  3. « #FashionTech : Videdressing lève 5,4 millions d'euros et change de direction - Maddyness », sur www.maddyness.com (consulté le 10 janvier 2018)
  4. « Meryl Job », sur www.dynamique-mag.com (consulté le 10 janvier 2018)
  5. « Videdressing.com lève près de 4,6 millions d'euros », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018)
  6. « #Consocollab : Une Fédération des plateformes collaboratives pour représenter les acteurs de la nouvelle économie - Maddyness », sur www.maddyness.com (consulté le 10 janvier 2018)