Encyclopédie Wikimonde

Yankel Fijalkow

Aller à : navigation, rechercher
Yankel Fijalkow

Yankel Fijalkow est un sociologue et urbaniste français né le 19 février 1960.

Itinéraire intellectuel

Après avoir travaillé dans le domaine de l’urbanisme opérationnel, il a obtenu son doctorat en géographie à l'EHESS en 1994, sous la direction de Marcel Roncayolo : Logements et îlots insalubres à Paris de 1850 à 1950. En 2007, il a passé une Habilitation à diriger des recherches (HDR) à l'Institut d’Urbanisme de Paris, sur le theme du diagnostic dans l’urbanisme contemporain.[1]Après avoir été maître de conférences de sociologie à l’université de Rouen (1996-2000), il a été maître de conferences à l’Université Paris Diderot (2000-2007) puis professeur à ENSA PVS https://www.paris-valdeseine.archi.fr/accueil.htmll où il codirige le Centre de Recherche sur l'habitat http://www.crh.archi.frau sein de l’UMR Lavue du CNRS http://www.lavue.cnrs.fr.

De 2009 à 2016, il a été responsable du RT9 Sociologie de l’Urbain et des territoires, de l'Association française de sociologie[1]

Il a travaillé pour différents organisme gouvernementaux et para gouvernementaux comme l'Union sociale pour l'habitat[2], la Caisse des Dépôts et Consignation, l'Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat

Travaux de recherche

Ses travaux de recherche portent sur la ville et les questions de logement dans les pays développés, en suivant une perspective géohistorique fondée sur la prise en compte de la longue durée et du récit des acteurs pour mieux comprendre l'évolution des processus sociaux. Il a travaillé sur la question des logements insalubres et de l'insalubrité[3] notamment la réhabilitation de l'habitat insalubre en France[4] , sur les processus de gentrification des quartiers populaires, sur la politique de la ville . Ses premiers travaux historiques, notamment La construction des îlots insalubres, Paris 1850-1945 (l'Harmattan, 1998) ont été commentés par Christine Garin dans le Monde du 13 novembre 1997 dans le cadre de la commission Chahid sur les biens patrimoniaux juifs confisqués par le Régime de Vichy[5]. Sociologie du logement (La Découverte, 2004) a été pionnier dans la mise en relation des diverses recherches sur ce thème[6]. Avec près de 10 000 exemplaires vendus l'ouvrage Sociologie des villes est une référence pour la sociologie urbaine française[7]. Il s’intéresse aujourd'hui aux récits de ville et à leur efficacité dans l’urbanisme, à l’avenir du logement social, aux transformations contemporaines de l’habitat, à la domotique et à l’habitat durable. En 2017 (dir) Dire la ville c’est faire la ville. La performativité de l’espace urbain, Presses Universitaires du Septentrion. Cet ouvrage donne lieu à débat dans la communauté des urbanistes[8].

Publications

Ses livres sont en 1998 La construction des îlots insalubres, Paris 1850-1945 L'Harmattan, Habitat et Sociétés, 272 p. Préface de Marcel Roncayolo, en 2001 Sociologie de la ville, Repères, La Découverte (Nouvelle édition corrigée en 2004) en 2007 Sociologie des villes, Repères, La Découverte, 128 p. (Cinquième édition augmentée de Sociologie de la ville)[9] en 2011 Sociologie du logement, Repères, La Découverte, 128p (Seconde édition 2016).

Il intervient souvent dans les médias écrits[10], télévisuels [11] sur les questions d'habitat.

Il a collaboré aux ouvrages récents suivants - 2018 AUTHIER J-Y, BAGGIONI V., COUSIN B., FIJALKOW Y., LAUNAY L., (dir.) D’une ville à l’autre, la comparaison internationale en sociologie urbaine, La Découverte, collection « Recherches » - 2019 BOUILLON, F., DEBOULET A., DIETRICH-RAGON P. (dir) Vulnérabilités résidentielles, édition de l’Aube.

Ses articles scientifiques les connus sont : « Les mots français du mauvais logement, 19ème-20ème siècle : taudis, bouge, gite, habitat incommode, insalubre, insuffisant, défectueux, inhabitable, indigne... », In DEPAULE J-C eds, Les mots de la stigmatisation urbaine Most- Unesco, collection les mots de la ville, 73- 95 - "Construction et usages de la notion de quartier-village. Village de Charonne et Goutte d’Or à Paris", In AUTHIER J-Y, BACQUE M-H, GUERIN-PACE F. eds, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, La Découverte, 75-85 -Governing comfort in France: from hygienism to sustainable housing XXth–XXIst century, Housing Studies[12], Du confort au bonheur d’habiter, Revue Science et Bonheur[13]« Crises et mal-logement : réflexions sur la notion de « vulnérabilité résidentielle », Politiques sociales et familiales[14].

A la radio (JudaIques FM) il a interviewé Dominique Schnapper, Nathalie Heinich, Robert Bober, Annette Becker[15].

Enseignements

Ses séminaires de Master et de doctorat à l'Ensapvs 6 ont pour titre : Projets et acteurs de l’aménagement en Ile de France en Situation, Productions et usages de l’espace, Politiques de l'Habitat, récits et pratiques.

Il dirige une douzaine de thèses de doctorat.

Apports

Sa spécificité est d'approcher les questions de politique urbaine et de l'habitat à partir de la notion de récit mais en prenant en compte le jeu social, politique, économique des acteurs.. Ses recherches apportent une réflexion sur les politiques d'urbanisme en les intégrant dans un jeu d'acteurs et de valeurs au sein d'un processus socio historique et performatif. Dans le domaine de l'habitat, elles interrogent aussi les dynamiques de jeu d'acteurs et de valeurs dans des contextes variés marqués par le mal logement, la crise de la rareté, l'injonction des politiques publiques pour l'habitat durable et l'automatisation de l'habitat. Ce prisme permet d'étudier différents cas de mode de production de l'espace et les pratiques des habitants. Il se réfère à la fois aux théories de Pierre Bourdieu sur le champ social, de Norbert Elias sur la notion de configuration sociale, de Georg Simmel sur les formes sociales, de Paul Ricœur sur la notion de récit et de Marcel Roncayolo sur l'histoire urbaine. Il inscrit l'habitat dans la question de l'histoire individuelle et collective ce qui lui permet de proposer aux architectes des modèles de projet liés à la modularité[16].


  1. Association française de sociologie https://afs-socio.fr/rt/rt9/
  2. Victor Rainaldi interview Yankel Fijalkow, « « Logement social : la nécessité d'un nouveau récit ? » », Actualités habitat,‎ (lire en ligne)
  3. Michel Pincon, « Note de lecture », Revue Française de Sociologie,‎ , p. 785-787 (lire en ligne)
  4. Gilles Montigny, « Note de lecture », Espace population sociétés,‎ (lire en ligne)
  5. Christine Garin, « L'impulsion accrue du Maréchal Pétain pour la rénovation du Marais », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. André Pirou, « Sociologie du logement », Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)
  7. Stéphanie Fraisse-D'Olimpio, « Sociologie des villes », SES-ENS,‎ (lire en ligne)
  8. Maryvonne Prévôt, « « Il dit et la ville fût » », Métroplitiques,‎ (lire en ligne)
  9. Stéphanie Fraisse, Lectures, ENS Lyon https://journals.openedition.org/lectures/631
  10. Sébastien Billard, « Interview Yankel Fijalkow », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)
  11. Emission en septembre 2018 sur LCP à propos de la crise du logement https://twitter.com/lcp/status/1056666416882089984
  12. (en) Yankel Fijalkow, « Governing comfort », Housing studies,‎ (lire en ligne)
  13. Yankel Fijalkow, « Du confort au bonheur d'habiter », Science et bonheur,‎ (lire en ligne)
  14. Yankel Fijalkow, « Crises et mal-logement : réflexions sur la notion de « vulnérabilité résidentielle » », Politiques sociales et familiales,‎ (lire en ligne)
  15. Site personnel : fijalkow.fr
  16. Sébastien Billard, « Interview », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne)

Article publié sur Wikimonde Plus