Encyclopédie Wikimonde

Yves Guénin

Aller à : navigation, rechercher

Yves Guénin, né le 7 décembre 1954, est un entrepreneur français. Il est actuellement le secrétaire général d’Optic 2000.

Yves Guénin est également le directeur général d’Audio 2000, directeur exécutif d’Audioptic, secrétaire général de Lissac enseigne, ainsi que président d’Optic 2000 Suisse.

Biographie

Licencié en droit, Yves Guénin obtient son diplôme de l’Institut supérieur de Commerce de Paris[1] en 1977[2]. De 1976 à 1989, il occupe des fonctions de direction générale en gestion de fonds d'entreprise et conseil en développement[3].

En 1989, Il est nommé secrétaire général d’Optic 2000. Guénin contribue activement dans le développement de l’entreprise qui évolue de la quatrième position à une position de leader sur le marché de l'optique[4]. Depuis son arrivée à la tête d’Optic 2000, l’enseigne confirme sa présence dans prés de 1200 boutiques en 2013[5] contre une centaine de boutique en 1989[6]. Grand amateur des sports mécaniques[7], Yves Guénin développe une relation d’amitié avec Jhonny Halliday, qu’il rencontre lors d’un rallye en Tunisie[4]. En 2003, il propose à Halliday de devenir l’égérie de l’enseigne, un partenariat publicitaire qui renforce considérablement la notoriété de la marque grâce au jingle composé et chanté par le rocker[7],[8],[9],[10]. La collaboration avec Halliday prend fin en 2011, avant son terme fixé initialement en 2013. Le secrétaire général explique cette rupture par le choix de l’enseigne à se repositionner et d’opter pour des messages moins bling bling et centrés sur les « valeurs de la citoyenneté »[7].

En 2004, il est nommé directeur exécutif d’Audioptic Trade Services, une plateforme dédiée à fournir des produis et services pour l’ensemble des enseignes du groupe[11]. En 2005, il finalise l’acquisition de Lissac par la coopérative Optic 2000[6],[12].

En 2018, il collabore avec Philippe Peyrard, l’ancien directeur de l’opticien Atol pour developer des lunettes high-tech qui permettent de lutter contre la somnolence au volent[13].

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus