Encyclopédie Wikimonde

Yvon Marcoux (prêtre)

Aller à : navigation, rechercher

Yvon Marcoux
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|280px|alt=Image illustrative de l’article Yvon Marcoux (prêtre)|Yvon Marcoux en 2003.]]
Yvon Marcoux en 2003.
Biographie
Nom de naissance Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Naissance
Montréal (Canada)
Ordre religieux Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Ordination sacerdotale
Décès Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Autres fonctions
Fonction religieuse
Diacre, vicaire, curé, aumônier
Fonction laïque
Capitaine, professeur, avocat, canoniste, auteur.

[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|150px|alt=Signature de Yvon Marcoux]]

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value)..html (en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Yvon Marcoux est un prêtre québécois né le 10 février 1942 à Montréal (Canada).

Il est également professeur, avocat, canoniste, auteur, il a notamment publié et œuvré au diocèse de Montréal.

Il a exercé ses fonctions sacerdotales de 1967 à 2007 sous l'autorité des cardinaux Paul-Émile Léger (1967), Paul Grégoire (1968-1990), Jean-Claude Turcotte (1990-2012).

Biographie

Études

Yvon Marcoux est né le 10 février 1942 à Montréal, Québec, Canada. À l'Université de Montréal, il obtient un baccalauréat ès arts en 1963; un baccalauréat en théologie en 1965 et une licence en théologie en 1967; un brevet en enseignement spécialisé en 1969; un Baccalauréat en sciences de l'éducation en 1974 et une maîtrise en sciences de l'éducation en 1977 avec une concentration en pédagogie audio-visuelle. Poursuivant d'autres études en-dehors du Québec, il obtient également un baccalauréat en droit canonique en 1994 et une maîtrise en droit canonique en 1995 à l'Université Saint-Paul à Ottawa.

Vie sacerdotale et professionnelle

Dès son ministère diaconal (1965), Yvon Marcoux est aumônier et officier Capitaine dans le Forces Armées de l'Aviation royale canadienne (1966-1967). Il est ordonné prêtre en 1967 par le Cardinal Paul-Émile Léger, Archevêque de Montréal. Les années suivantes, il assume différentes responsabilités au diocèse de Montréal. Il est vicaire de paroisse à Saint-Eugène de Rosemont, à Saint-Edouard, puis aumônier des écoles de l'Automobile, des Métiers commerciaux et de l'École secondaire Rivière-des-Prairies à la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM). Ses études universitaires en éducation étant terminées à l'Université de Montréal en 1974, il obtient sa maîtrise en sciences de l'éducation (1977). Il est directeur adjoint à l'Office de l'éducation à l'Archevêché de Montréal, et responsable au diocèse des secteurs de l'enseignement religieux et l'animation pastorale aux niveaux secondaires, cégeps, et universités. Il est coordinateur des mouvements de jeunesses du diocèse (1974-1988), .

Il est professeur invité à la Faculté de Théologie de l'Université de Montréal dispensant des cours aux étudiants de premier cycle sur la catéchèse et la pédagogie audio-visuelle (1974 et 1976). Il collabore à la visite du Pape Jean-Paul II à Montréal (1984) comme membre du comité de coordination pour l'Événement-Jeunesse au Stade Olympique. Il est membre du Comité Épiscopal d'Éducation de l'AECQ de 1978 à 1988. Il collabore alors à la révision des programmes d'enseignement moral et religieux catholiques au niveau secondaire du Ministère de l'Éducation de la Province de Québec. Il est coordinateur de la Pastorale Jeunesse du diocèse de Montréal (1974-1984). Il est également commissaire national de l'Association des scouts du Canada (1984-1986). Il représente le scoutisme canadien au Congrès mondial du scoutisme à Munich en 1985. Avocat ecclésiastique au Tribunal régional du Diocèse de Montréal, il est membre de l'Association canadienne de droit canonique. Il plaide plus de trois cents causes matrimoniales (1985-1988).

Il est curé à Montréal aux paroisses suivantes : Saint-Paul-de-la-Croix[1],[2] (1988-1993) dans le quartier d'Ahuntsic, Sainte-Marguerite-Bourgeoys (1998-2000) à l'Île-des-Sœurs dans la ville de Verdun, Saint-Fabien[3] (2004-2007) dans le Nouveau-Rosemont. Il est aumônier de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal (2000-2004) ; il est alors tuteur de stagiaires en milieu hospitalier pour des étudiants de l'Institut de pastorale des Dominicains et des séminaristes du Grand Séminaire de Montréal.

Publications et productions

Yvon Marcoux est à l'origine de plusieurs études et recherches dont les conclusions ont influencé les instances diocésaines de l'Église catholique à Montréal et de celles du Québec. Il est l'auteur du « Rapport Marcoux »[4] présenté dans la revue L'Église de Montréal (septembre 1973) sur la Pastorale du mariage. Il publie dans la revue Prêtre et Pasteur (1976) un dossier recherches-actions sur la « Problématique sur la Pastorale auprès des jeunes dans l'Église de Montréal ». Il communique à l'Assemblée des Évêques du Québec les résultats d'un sondage qu'il effectue concernant sur « La Pastorale des Vocations » (1978). En 1977, sa thèse de maîtrise ès arts est archivé par l'Université de Montréal sous le titre: « Les attentes et les besoins des catéchètes de troisième année à la CÉCM quant à l'utilisation d'émissions religieuses télévisées dans leur enseignement[5],[6]». Il produit aussi plusieurs dossiers sur les sujets suivants: « Dossier sur l'Éducation Morale » (1979), analyse où il commente les propositions de l'éducation morale au Québec de «Voies et Impasses»; « Pour le respect du Droit de l'école publique catholique », remarques et critiques qu'il présente concernant le Rapport 1979-1980 du Comité catholique du Conseil Supérieur de l'Éducation; « Pastorale Jeunesse » (1982), études sur les efforts faits à Montréal pour bâtir une pastorale jeunesse des 18-25. Il collabore à l'album souvenir intitulé « Jean-Paul II, une Église au rendez-vous » des Éditions Pauline pour la visite du Pape en 1984; il signe un article intitulé: « Par les chemins des jeunes ».

Il se consacre également à l'élaboration de plusieurs études et recherches en Droit canonique. Ces études et recherches ont un rayonnement national et international. Elles sont reprises, diffusées et publiées dans diverses revues religieuses et sites internet à travers le monde. Ces publications sont: « L'Absolution collective aujourd'hui » (1995) ; mémoire collectif de maitrise en droit canonique dont il sera l'auteur du troisième chapitre . Il rédige et publie aussi sur le Web et dans les médias sociaux des études et recherches sur les sujets suivants: « Équipe pastorale in Solidum en charge de paroisses »; « Les effets de la Contrition parfaite et l'accès à l'Eucharistie »; « L'Absolution collective aujourd'hui »; «Les droits et les devoirs des fidèles dans l'Église [7]» (avec sa version anglaise); «Canonisation dans l'Église[8]»; «L'histoire des fabriques paroissiales». [9] Il rédige sur les médias sociaux un tranche de ses mémoires intitulées: « Prêtre malgré tout » (2017).

Yvon Marcoux collabore et travaille à plusieurs productions audiovisuelles et télévisuelles. Ces productions sont : « Bâtir des Communautés Chrétiennes vivantes » pour le Congrès diocésain du diocèse de Montréal en 1974; Il est recherchiste pour les émissions télévisées « L'Église sur la Place » (1975-1976) à TVA . Il produit le diaporama sur « La vie de Jean-Paul II » à l'occasion de sa visite au Canada en 1984; il collabore, supervise les émissions télévisées et radiophoniques du service de presse au Studio du 2000 à l'Archevêché de Montréal (1980-1986). Il préside et collabore à la réalisation de cinq messes télévisées avec Radio-Canada. Il célèbre ainsi deux messes pour le Marathon de Montréal (1986 et 1987) et trois messes pour « Le jour du Seigneur »: la première à la Paroisse St-Paul-de-la-Croix dans le quartier d'Ahuntsic (1992); la deuxième à l'Institut Universitaire de Gériatrie de Montréal (2001); la troisième au Grand Séminaire de Montréal à l'occasion du 50e anniversaire de la messe télévisée à Radio-Canada (2003). Il est l'initiateur, l'infographe et le responsable du Site Internet «Gaudium et Spes»[10] (1996-2001) du diocèse de Montréal. Ce site est reconnu par la revue Guide Internet comme un des meilleurs cent sites au Québec pour l'année 1998. Il est animateur et personne ressource pour des sessions diocésaine et provinciale portant sur l'Internet. Comme spécialiste et informaticien, il sensibilise les instances ecclésiales à l'importance de ce nouveau média pour l'Église catholique au Québec. Il initie divers agents de pastorale à la création et à l'utilisation de sites internet dans leurs milieux.

Références

  1. Hubert Deraspe, « Monsieur le curé fait de la lutte », «Super Hebdo» de l'Île de Montréal,‎ , une page
  2. Robert Dolbec, « « Un grand défi attend le curé Marcoux » », Courrier d'Ahuntsic,‎
  3. « Paroisse Saint-Fabien — Histoire intégrale de la paroisse »
  4. Yvon Marcoux, Rapport Marcoux, Montréal, Revue: «L'Église de Montréal», , 11 pages p., Pastorale du mariage
  5. « Recherches en éducation faites au Canada français »
  6. Type de document. Recherche No de notice EDUQ: 8670694, « CONTENU DES PROGRAMMES. Formation religieuse et morale. 12357. Marcoux,Yvon. », Éduq info,‎ , p. 1 page
  7. « eucharistiemisericor.free.fr »
  8. « Site de l'Arche de Marie »
  9. « Villages de nos ancêtres - Chantony »
  10. François Berger, « Archevêché de Montréal: Le site Web ne ressuscite pas », La Presse,‎ , p. 3 pages


Cet article « Yvon Marcoux (prêtre) » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).