Encyclopédie Wikimonde

Yvonne Bourlat

Aller à : navigation, rechercher

OErreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Yvonne Bourlat, née le à Melun (Seine et Marne) et décédée le à Paris, est une artiste peintre dont la carrière artistique a été entrecoupée par de grandes périodes de silence.

Biographie

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Yvonne Bourlat naît en 1921[1].

En 1930 elle entre peindre dans un atelier d'artiste à Montmartre: celui de Marguerite-Valentine Burdy, rue Lepic (1930-1935). Au mois de novembre de la même année, son nom apparaît dans "Le Domaine", revue littéraire et artistique[Note 1] et elle expose rapidement dans les grands Salons de la capitale (natures mortes, portraits).

En 1935, au Salon des Médecins, son œuvre Harmonie en blanc est sélectionnée pour figurer sur la couverture de la revue "Art et Médecine". et on écrit des éloges sur elle: à l'âge de treize ans, elle « traite l'aquarelle avec un talent dont bien des professionnels seraient fiers »[2],

Suite à un premier accident cérébral de son père, la famille quitte le quartier des Batignolles pour aller s'installer dans un appartement sombre au Square Baudelaire dans le 12ème arrondissement. Yvonne est sevrée d'art pendant deux ans.

L'été 1937, la mère d'Yvonne part vivre à Cannes avec sa fille et son fils. Ils y restent pendant cinq ans. C'est une période de grande créativité pour la jeune artiste. Elle expose au Salon des Beaux Arts de Cannes[Note 2] où elle fait la connaissance de Germaine Everling-Picabia, qui s'occupe de ce Salon. Par son intermédiaire, elle rencontre Michel Sima, sculpteur, qui la présente à Dor de la Souchère, le conservateur du Château Grimaldi.

En 1942, quand la zone libre est occupée, le père d'Yvonne fait revenir sa famille à Paris. Ils vivent maintenant rue Le Verrier dans le quartier des peintres de Montparnasse. Yvonne s'inscrit à l'Académie de la Grande Chaumière. Elle participe aux croquis de cinq minutes (dessins de nus[Note 3]) et suit les cours de sculpture sur armature métallique dirigés par les professeurs Wlérick et Despiau. Elle a vingt et un ans.

L'année suivante, la famille déménage pour aller vivre au 53 quai des Grands Augustins. Elle peint Paris pendant l'occupation allemande[1].Elle peint ce qu'elle voit de la fenêtre de ses parents et de sa chambre au 6ème étage. Parfois elle sort peindre les paysages de son quartier avec son chevalet[Note 4]. Elle reçoit le Prix Castelucho pour Le Pont Neuf[Note 5].

A partir du 1er juillet 1943 elle travaille pour la société des Tissus Chotard[Note 6] mais elle cesse au bout de six mois car elle se sent limitée dans son esprit créateur.

Retour à Cannes en 1945 et désillusion; elle est seule et se sent exilée. Elle est engagée comme mess checker par l'Armée Américaine à l'Hôtel Alexandra[Note 7]. En 1946, Michel Sima, maintenant photographe attitré de Picasso, la présente au grand maître ainsi qu'à d'autres artistes célèbres. Pendant cette période, elle donne des cours de français à une petite fille en difficulté.

En 1947, Yvonne Bourlat rentre définitivement à Paris pour y faire des études de Psychologie. L'année 1950 marque la fin de cette période. Alors qu'elle est enceinte, elle se lance dans de grands tableaux la représentant symboliquement ("La Terre fécondée par le Soleil", et "L'Enigme"). Et en 1952 commence sa carrière d'enseignement entrecoupée de brèves escapades artistiques. Au Grand Prix International de Peinture de Deauville (en 1955), elle se classe parmi les finalistes dans la catégorie Paysage. Trois ans plus tard, elle peint des écharpes pour les Galeries Lafayette. L'année suivante, Pierre Darasse, cinéaste, lui demande de dessiner le générique du court-métrage "Le petit pêcheur de la mer de Chine" présenté au Festival de Cannes en 1959[Note 8].

Puis c'est une longue période usante pour elle, sans possibilité de repos. Ce n'est qu'en 1971, alors qu'elle est au chômage technique, qu'elle se remet à l'Art. Elle vit au boulevard Saint Marcel avec sa fille. Quand cette dernière part travailler aux Etats Unis, Yvonne Bourlat a tout le loisir de dessiner. Cette production de maturité est restée secrète jusqu'à récemment[Note 9].

Yvonne Bourlat décède le 15 janvier 2016 dans son appartement. Le 15 octobre 2016, l'Association Yvonne Bourlat est créée.

OEUVRES

. Dessins (+ de 1400): Nus de la Grande Chaumière (167); Visages (+ de 112); Femmes (+ de 77); Couples (162); Famille (26); Le Sacré (+ de 80); Danse; Fleurs; Oiseaux; Abstrait (environ 400)

. Tableaux (+ de 110): Atelier de Mlle Burdy (10 etc); Portraits (18); Paysages ( + de 31); Natures mortes (+ de 20); Fleurs (24); Art abstrait...

Ouvrages

  • Le monde de l'incompréhension, 7 écrit Editions, , 371 p. (lire en ligne) (autobiographie)
  • La fleur et le hanneton (inédit)[réf. nécessaire][Note 10]

Albums d'art[Note 11] :

  • Yvonne Bourlat Œuvres de lumière et d'ombres[réf. souhaitée]
  • Yvonne Bourlat L'Amour[réf. souhaitée]
  • Yvonne Bourlat L'Abstrait[réf. souhaitée]

Expositions

  • Salon des Médecins, Galerie Beaux Arts (27 janvier-3 février 1935)[2]
  • Salon des Beaux Arts de Cannes (1941) [Note 12]
  • Galerie Serguy, Cannes
  • Galerie Castelucho, 75006 Paris
  • La Nationale des Beaux-Arts (7mai-6 juin 1943)[Note 13]
  • 4ème Salon des Moins de Trente ans (12-30 novembre 1944)[Note 14]
  • Salon de l'Ecole Française (Décembre 1944)[Note 15]
  • VIème Grand Prix International de peinture de Deauville (août 1955)[Note 16]
  • Le Salon des Peintres, Mairie du 16ème arr. de Paris (octobre 2017)
  • La femme, Mairie du 5ème (7 - 15 mars 2018)
  • Regard d'artiste sur le 6ème arr. de Paris pendant l'occupation (8 mars-10 avril 2018) [3]

Notes et références

Notes

  1. « Le Domaine, Président fondateur Gaston Icart », sur https://gallica.bnf.fr, (consulté le 22 mars 2018)
  2. Exposition à l'Hôtel Miramar, Cannes (Alpes-Maritimes) organisée par le Cercle artistique, 1941. Archives Nationales (France). Petits salons artistiques et expositions diverses, p.30. Producteur: France. Bureau des Travaux d'art (1882-1965). Pierrefitte sur Seine 1998. Références: F/21/4079-F/21/4898.
  3. Académie de la Grande Chaumière: Il reste plus d'une centaine de nus dessinés par Yvonne Bourlat aux croquis de cinq minutes.
  4. cf. Œuvres présentées à l'exposition "Regard d'artiste sur le 6ème arrondissement de Paris pendant l'Occupation" (Mairie du 6ème, 8 mars-10 avril 2018).
  5. Galerie Castelucho, 1943.
  6. Du 01/07/1943 au 31/12/1943. cf. Reconstitution de carrière: Caisse nationale de retraite.
  7. Armée Américaine mess des officiers: 01/01/1945 au 14/09/1945.
  8. Serge Hanin, réalisateur; Pierre Darasse, Images.
  9. L'exposition "La femme", à la mairie du 5ème arrondissement de Paris, a présenté 33 œuvres de cette période (7 au 15 mars 2018).
  10. Cet ouvrage, composé de nouvelles écrites par Yvonne Bourlat à une période inconnue, n'a pas encore été présenté à des éditeurs.
  11. créés par l'Association en 2017.
  12. Hôtel Miramar.
  13. Palais de Tokyo.
  14. Galerie Royale, 11 rue Royale, Paris.
  15. Palais de Tokyo.
  16. Deauville, Galerie Sem.

Références

  1. 1,0 et 1,1 (de) « Paris : Internanationaler Frauentag », sur gabrielekalmbach.de, (consulté le 1er novembre 2018).
  2. 2,0 et 2,1 « Le Salon Médical », dans Bulletin des sciences pharmacologiques, (lire en ligne), p. 66
  3. cf. 6ème Infos N°41.

Liens externes


Cet article « Yvonne Bourlat » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).