Encyclopédie Wikimonde

Zaléa TV

Aller à : navigation, rechercher

Zaléa TV
Création 2000
Slogan "Télé libre nationale" / "Une autre télévision est possible"
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Associative
Siège social Zalea Tv - BP 50

75921 Paris cedex 19

Ancien nom TOP TV
Site web www.zalea.org
Diffusion
Analogique Néant
Numérique Néant
Satellite Néant
Câble Néant
IPTV Néant

Zaléa TV, abréviation de « TéléviZone d'Action pour la Liberté d'Expression Audiovisuelle » était une chaîne associative et citoyenne, dont le but était d'offrir un espace citoyen à la télévision française.

L'association a prononcé sa propre dissolution le 23 septembre 2007, après un énième rejet de sa candidature à la TNT et « parce qu’elle n’était plus du tout adaptée au contexte politique et technologique actuel ».

Historique

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) les interdisant d'antenne régulièrement, notamment pendant les périodes électorales, Zaléa a eu souvent recours à des diffusions pirates. Elle organisait également des projections publiques.

Une première autorisation temporaire est donnée du 20 mars au 20 septembre 2001[1]. Les émissions se font d'abord depuis les studios Puma, à Boulogne-Billancourt, dans une vitrine de Canalsat, 24 heures sur 24, du 20 mars au 6 mai. Sur le reste de cette période, de 20h30 à 23h30, en hertzien sur le canal UHF 36, sur Paris.

En 2002, Zalea TV est autorisée à diffuser sur le canal UHF 35 (583.25 MHz) et depuis la Tour Eiffel, cette diffusion durera du 26 novembre 2002 au 29 mai 2003.

Seule chaîne associative à s'être présentée aux audiences pour la diffusion par TNT, elle s'en verra rejetée par le CSA le 9 mai 2005. Zalea TV a déposé deux recours au Conseil d'État contre le CSA.

Le vendredi 29 septembre 2006 à 20h00, Zalea TV a reprend ses diffusions, 24h/24 sur le canal 79 de la télévision ADSL Freebox jusqu'en juin 2007.

Le soir de l'ouverture a eu lieu la diffusion d'une séquence inédite de 12 minutes[2] tournée en mai 1999 par Pierre Carles, "Gauche/Droite, vu par Pierre Bourdieu" ; le sociologue y explique calmement que certains responsables politiques dits de gauche sont en fait de droite. Le lendemain, un internaute a mis à disposition sur YouTube un extrait de l'émission portant sur Ségolène Royal ; Pierre Carles demande rapidement la suppression de l'extrait pour le remplacer par la séquence complète. Ça a été le point de départ d'une polémique sur le net, reprise par l'ensemble de la presse nationale.

Zaléa TV s'est auto-dissoute à partir de septembre 2007 pour donner naissance à Écran d'arrêt et Le dispositif[3].

Histoire en quelques dates

8 mai 1999 : Forum des Médias Libres à Paris et création de la Coordination Permanente des Médias Libres (CPML). Les fondateurs de Zalea TV font partie des organisateurs du Forum et des fondateurs de la CPML.

14 juillet 1999 : Prise de la Bastille Audiovisuelle, première journée nationale de diffusion pirate des télévisions libres en France. D’autres auront lieu au fil des mois, ainsi qu’une remise de postes de télévision à la Ministre de la Culture en signe de protestation, avec un mur de téléviseurs édifié devant les CRS à l’entrée de la rue de Valois.

1er janvier 2000 : Création de l’association Zalea TV (TéléViZone d’Action pour la Liberté d’Expression Audiovisuelle), ONG de défense de la liberté d’expression audiovisuelle et vitrine nationale des programmes du Tiers Secteur Audiovisuel.

25 juillet 2000 : Zalea TV est la première chaîne associative à être autorisée par le CSA pour une diffusion nationale par le câble et le satellite.

1er août 2000 : Promulgation de la loi Trautman-Tasca sur la communication audiovisuelle. Les télévisions associatives sont légalisées, aussi bien au niveau local qu’au niveau national, y compris pour la diffusion hertzienne.

24 octobre 2000 : Première autorisation de diffusion temporaire de Zalea TV par le CSA pour émettre sur la région parisienne durant 6 mois sur le canal 36.

20 mars 2001 : Début de la diffusion hertzienne de Zalea TV sur Paris et sa région depuis le site historique des Studios de la rue Cognacq Jay, et sur le bouquet Canal Satellite pour quelques mois.[4]

12 mai 2001 : Début de Loft Raider, un jeu télévisé de Zalea TV avec assauts musclés pour libérer les jeunes otages (et les poules) de la première émission de « télé réalité » en France : Loft Story, sur M6.

26 et 27 mai 2001 : Tenue des premiers États Généraux du Tiers Secteur Audiovisuel à Tours.

15 novembre 2001 : le CSA interdit de diffusion Zalea TV et toutes les chaînes associatives durant le 1er semestre 2002, en raison des campagnes électorales législatives et présidentielles, au nom d’un principe inédit de censure préventive des chaînes citoyennes.[5],[6]

13 avril 2002 : Diffusion pirate de Zalea TV depuis un camion au sein d’une manifestation des « Sans » à Paris, qui déclenche le dépôt par le CSA d’une demande de saisie des équipements de la chaîne pour « diffusion illégale »[7].

23 avril 2002 : Volte-face du CSA face au tollé provoqué par la censure des télés libres[réf. nécessaire] : ouverture du canal 35 et de la Tour Eiffel aux télévisions associatives pour diffusion hertzienne sur Paris et sa région à partir du 1er juillet 2002.

1er juillet 2002 : Zalea TV présente au CSA sa première candidature à la TNT nationale (voir une video) lors des auditions publiques retransmises par la chaîne Public Sénat, et remet à M. Baudis son émetteur pirate, en espérant « ne plus jamais avoir à s’en servir ».

23 octobre 2002 : Le CSA sélectionne 23 chaînes pour la TNT nationale mais rejette la candidature de Zalea TV.

26 novembre 2002 : Diffusion hertzienne de Zalea TV depuis la Tour Eiffel sur le canal 35, avec une couverture de Paris et de l’Île-de-France[8], jusqu’en mai 2003.

2 mars 2003 : Début de la diffusion satellitaire sur Hot Bird, en clair, avec des programmes hebdomadaires destinés aux pays du Maghreb, avec le soutien d’associations et d’ONG. En juillet 2004, l’opérateur Globecast (groupe Orange S.A.) met fin à la diffusion de Zalea TV en Tunisie à l’occasion de la visite du Ministre français des Affaires Étrangères dans ce pays[réf. nécessaire].

27 juin 2003 : Notification par le CSA du rejet de la candidature de Zalea TV à la TNT nationale. Zalea TV engage une procédure de recours auprès du Conseil d’État, motivé par le fait qu’aucune chaîne associative n’aura accès à une diffusion hertzienne nationale.

5 novembre 2003 : Le CSA décide de ne pas autoriser Zalea TV à diffuser en hertzien sur la région parisienne pendant le Forum Social Européen[9]. Zalea TV déterre un vieil émetteur et reprend ses émissions pirates[10].

6 novembre 2004 : Manifestation des « cerveaux non disponibles » devant le ministère de la Communication, avec l’Observatoire Français des Médias.

21 avril 2005 : Zalea TV est de nouveau candidate à la TNT nationale mais sa candidature est rejetée. Zalea TV dépose 2 recours au Conseil d’État contre le CSA.[11]

21 septembre 2005 : Sortie au cinéma de Désentubages Cathodiques au sein de l’opération Tir Nourri sur la Télé.

29 septembre 2006 : Zalea est diffusé en ADSL sur Freebox 24h/24. Dans le même temps, Zalea TV dépose sa candidature à la TNT régionale en Île-de-France[12], avec environ 3 000 promesses d’abonnements de soutien.

Juin 2007 : la candidature de Zalea TV à la TNT régionale Île-de-France est rejetée par le CSA.

23 septembre 2007 : Réunie en Assemblée Générale, l’association Zalea TV décide de s’auto-dissoudre parce qu’elle ne se juge plus adaptée au contexte politique et technologique.

Notes et références

  1. Yves-Marie Labe, « Zaléa TV, l'« alternative » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Ségolène Royal "est de droite"... selon Pierre Bourdieu », sur Le Monde.fr (consulté le 13 juin 2016)
  3. Voir l'article de février 2008
  4. Raphaël Garrigos, « Cuisine et indépendance à Zalea TV. », sur Libération.fr, (consulté le 13 juin 2016)
  5. « Le CSA interdit les télévisions associatives en période électorale », sur Le Monde.fr (consulté le 13 juin 2016)
  6. Caroline Constant, « Zaléa secoue la télé », sur L'Humanité, (consulté le 13 juin 2016)
  7. « Des émissions pirates durant les législatives », sur Libération.fr, (consulté le 13 juin 2016)
  8. « Zaléa TV, la télé des sans-voix et des sans-images », sur L'Humanité, (consulté le 13 juin 2016)
  9. Roderic Mounir, « Zalea TV a repris le «maquis hertzien» », sur LeCourrier, (consulté le 13 juin 2016)
  10. « Zalea TV contrainte aux émissions pirates », sur Le Monde.fr (consulté le 13 juin 2016)
  11. « Le Monde du 14 avril 2005 » (http://abonnes.lemonde.fr/actualite-medias/article/2005/10/14/depeches_699548_3236.html), sur Le Monde.fr (consulté le 13 juin 2016)
  12. « Zaléa TV en audition au CSA », sur L'Humanité, (consulté le 13 juin 2016)

Liens externes

Cet article « Zaléa TV » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).