Encyclopédie Wikimonde

A manca

Aller à : navigation, rechercher

A Manca
Image illustrative de l’article A manca
Logotype officiel.
Présentation
Porte-paroles Anne-Laure Cristofari
Didier Ramelet-Stuart
Fondation 10 janvier 1998
Siège 8 rue Saint-Antoine, 20260 Calvi
Idéologie socialisme démocratique, autogestion
Site web a-manca.net

A Manca (en français : « La Gauche »), dénommée A Manca naziunale (en français : « La Gauche nationale ») jusqu'en 2008, est fondée le 10 janvier 1998, à l'initiative de militants nationalistes de gauche et de militants anti-capitalistes favorables à l'indépendance. En , A Manca naziunale devient A Manca, fédération corse du Nouveau Parti anticapitaliste. En , A Manca reprend son autonomie organisationnelle.

Présentation

A Manca naziunale a participé à de nombreuses activités de masse en Corse : luttes publiques du peuple corse pour ses droits, collectif loi littoral, collectif Corse-Palestine, collectif de défense des services publics, Réseau éducation sans frontières, mouvements sociaux, activités syndicales. Elle s'est également présentée aux élections territoriales.

En 2005, A Manca naziunale lance un journal Rivoluzione[1]. Il paraîtra jusqu'en 2010.

En 2008 s'est déroulé un processus de discussion avec le bureau politique de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) dans la perspectives d'accords politiques pouvant s'inscrire dans les principes fondateurs du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA).

En , durant son 4e congrès A Manca naziunale s'est auto-dissoute pour devenir A Manca, représentant officiel en Corse du (NPA).

En , A Manca a tiré un bilan critique de cette expérience et reprend son indépendance organisationnelle considérant le NPA en France comme un interlocuteur parmi d'autres.

Lors de son 5e congrès, les 22 et , A Manca réaffirme son appartenance à une gauche internationaliste de rupture avec le capitalisme luttant en Corse pour le droit à l'autodétermination et la reconnaissance des droits historiques du peuple corse.

A Manca ne présente pas de liste lors des élections territoriales de 2021 et ne soutient aucune liste[2]. Analysant les résultats du 1er tour et compte tenu de ses positions antilibérales, A Manca soutient clairement la liste Core in Fronte pour le 2e tour[3].

Organisation

Congrès

  • 1er congrès, le
  • 2e congrès
  • 3e congrès, le [4].
  • 4e congrès
  • 5e congrès, le  : A Manca naziunale devient A Manca, fédération corse du Nouveau Parti anticapitaliste.
  • 6e congrès, le à Calvi[5].
  • 7e congrès, le  : résolution adoptée[6].

Représentation nationale

Les portes paroles du mouvement sont, en 2020, Anne-Laure Cristofari[7] et Didier Ramelet-Stuart[8].

Notes et références

  1. « Rivoluzione », sur a-manca.net, A Manca (consulté le 25 juin 2021).
  2. « Territoriales : Trois petits tours et puis après ? », sur facebook.com/mancacorsica/, A Manca, (consulté le 25 juin 2021).
  3. « Position sur le second et le troisième tour des élections territoriales », sur facebook.com/mancacorsica/, A Manca, (consulté le 25 juin 2021).
  4. S. V., « Le choix de la gauche nationale », sur inprecor.fr, Rouge, (consulté le 24 juin 2021).
  5. Cathy Astolfi, « Alain Krivine : "Un écologiste qui n'est pas anticapitaliste est manchot" », sur corsematin.com, Corse-Matin, (consulté le 24 juin 2021).
  6. « 7ème congrès d'A Manca – Motion d’orientation stratégique », sur a-manca.net, A Manca, (consulté le 24 juin 2021).
  7. Audrey Lebel (reportage) et Marco Panzetti (photos), « Corse : Sœurs d’armes », sur blueborder.cafebabel.com (consulté le 25 juin 2021).
  8. Julia Sereni, « A Manca sera présente aux territoriales », sur corsenetinfos.corsica, (consulté le 24 juin 2021).

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).