Encyclopédie Wikimonde

Angelo Antonio Toriello

Aller à : navigation, rechercher
Angelo Antonio Toriello
Description de l'image H.E. Mr. Angelo A Toriello speech At the GA hall.JPG.
Naissance
France
Nationalité Italienne
Pays de résidence Angleterre
Profession
Diplomate

Angelo Antonio Toriello, avant de commencer la carrière diplomatique, a consacré sa vie à l'action sociale. Aujourd'hui, après avoir poursuivi une carrière de  journaliste d'investigation indépendant [1], il est diplomate et a été nommé ambassadeur itinérant en 2012, par décret présidentiel, pour la République démocratique de Sao Tomé-et-Principe, et depuis 2013 est délégué en tant qu'Envoyé Spécial à la Mission Permanent de São Tomé et Príncipe à l'ONU[2], New York, États-Unis.

Toriello a été le précédent coordinateur des relations internationales des “Corpi Sanitari Internazionali” (COSINT) en Italie et a été le promoteur de l'ouverture d'une branche du (COSINT), les “Corps Sanitaires Internationaux”, au Cameroun.

Toriello est un ancien forain et moine franciscain du nom religieux de Frère Emanuel. Vers la fin de l'année 1996, il expose publiquement la déviance de la pédophilie par des prêtres catholiques, marquant ainsi le début de son activisme social, bien que depuis sa jeunesse, il ait toujours été impliqué dans des activités bénévoles.

Personnalité aux multiples facettes, Toriello a eu de nombreuses expériences dans différents domaines du système social. La personnalité éclectique et active de Toriello, exprimée dans son implication au sein d'un trop grand nombre d'activités et par le fait de s'occuper de trop de choses en même temps de façon non conventionnelle, se manifeste souvent dans une plénitude d'idées et un flou de concentration. Les ambiguïtés et les polémiques résultantes qui lui sont associées lui ont valu d'être considéré comme une “personne controversée”. [3]

Reprendre entrées

• Création en 1991 d'une organisation à la fois humanitaire et commerciale nommée “Project Mystic Connection”. Elle est suivie par la formation en 1999 d'une ONG socio-religieuse, “United Religions”, connue depuis 2005 sous le nom  “United Beings Project”;

• Ouverture d'un bar (Bar Roma) dans lequel Toriello emploie des toxicomanes dans le cadre d'un programme de réadaptation lié au projet “Mystic Connection” (1996 à Salerno, en Italie);

• Lancement d'un numéro vert d'aide aux enfants victimes de maltraitance et abus sexuels commis par des prêtres pédophiles. Cela conduira à l'expulsion de Toriello des Franciscains (Italie, 1996);

• Rencontre avec le Dalaï Lama (Dharamsala, Inde) et interactions avec son gouvernement en exil;

• Révélations d'affaires de pédophilie et de prostitution d'enfants impliquant de grandes personnalités avec la création d'une équipe de journalistes d'investigation, qui, en filmant des documentaires, est attaquée par des hommes de main employés à cet effet par des trafiquants d'êtres humains, qui détruisent tout l'équipement vidéo professionnel de Toriello (1997-1998 à Mumbai, en Inde);

• Démarrage d'une collaboration avec le Dr. Kaarthikeyan (ancien directeur du Bureau Central d'Investigation de la Commission nationale des Droits de l'Homme et de la Réserve Centrale des Forces de Police, en Inde) pour la promotion internationale des valeurs de paix, d'harmonie et de justice à travers des événements et des projets de développement social en faveur des couches défavorisées de la société, par le biais de rencontres de personnalités de différents modes de vie et pays et  (1998-2010 en Inde, en Italie et au Royaume-Uni);

• Révélation de l'arnaque au visa dans laquelle ont été impliqués des fonctionnaires de l'ambassade, qui a mené à des tentatives de meurtre de Toriello et de sa famille par une “mafia-dôme des l'agents escroquer sur les visas” (2000-2001 à New Delhi, en Inde);

• Élection en tant que Secrétaire provincial du Parti socialiste italien dirigé par Bobo Craxi, fils de l'ancien Premier ministre italien Bettino Craxi (2007-2008 à Rome, en Italie);

• Fondation des “Corps Sanitaires Internationaux” au Cameroun (2011);

• Fondation du “Humanicy Project” lancé au quartier général des Nations Unies (UNHQ) à New York, aux États-Unis (2013);

• Promoteur principal du concert évènement “Stop Ebola and Build for the Future” qui a eu lieu dans la salle de l'Assemblée générale de l'ONU le 2 mars 2015;

Biographie

Angelo Antonio Toriello est né de parents italiens en octobre 1962 à Behren-les-Forbach dans l'agglomération de Forbach (Moselle), dans la région de la Lorraine du Nord-Est de la France. Son père, Donato, y avait émigré avec toute sa famille composée de dix frères et sœurs, pour travailler comme mineur. Pour cette raison, le prénom Toriello est bien connu dans le district, où vit actuellement la plupart des membres de la famille, qui s'est agrandie avec les ans. C'est à Forbach que Donato rencontrera Antonia, sa future épouse et dont l'union est né Angelo, le plus jeune de quatre enfants.

Son père, Donato, en fait était un mineur actif au sein de l'organisation du syndicat local des droits des mineurs. Après une grave blessure à la jambe au travail, Donato est nommé attaché diplomatique du bureau de l'immigration italienne. Cet organe sert à réguler l'embauche de la main-d'œuvre par le biais de l'agence nationale de cette région française, afin de réglementer juridiquement le mouvement et l'affectation aux mines des émigrés italiens.

En 1967, le père de Toriello décide de revenir avec toute sa famille dans sa ville natale en Italie, (Pandola de Mercato San Severino, dans le sud de l'Italie), où lui et sa femme investissent dans la restauration. Il devient alors un restaurateur et hôtelier bien connu dans la région sous le surnom de “Donato o’ francese” (Le Français).

Pour cela et en raison de l'influence culturelle française, Toriello est surnommé “Angelo o’ francese”, un héritage de son père.

Toriello a donc passé sa jeunesse en Italie où il a fait ses études élémentaires et secondaires avec la personne qui sera alors le futur maire de Mercato San Severino [4]. Après des études à l'Institut professionnel électronique de Salerno, il déménage à Rome à l'âge de 19 ans. Toriello s'inscrit à un cours de réalisation cinématographique organisé par une académie d'art privée. La vie nocturne de la “dolce vita” de Rome fascine suffisamment Toriello pour stimuler l'ambition qui l'a maintenu dans le domaine du spectacle depuis presque 5 ans. Il est apparu comme un chanteur dans différente émissions de télévision, mais l'un des plus importants était “Quelli della notte (it)”, diffusé par la télévision nationale italienne RAI 2. En parallèle à son diplôme en électronique, Toriello consacrera une partie de sa vie à étudier différents sujets (la philosophie en criminologie et les relations internationales) par le biais de l'enseignement à distance, pour finalement obtenir son diplôme en sociologie de l'Université  Charan Singh Chaudhary, Meerut, Inde (en).

Après une intense vie mondaine, en 1992 Toriello devient moine franciscain, bien qu'à l'âge de 13 ans, il sera victime d'abus sexuels de la part de son professeur de religion en poursuivant sa  vocation [5]. Ce prêtre censé incarner le chef spirituel des jeunes séminaristes de la paroisse locale, sera, quelque temps plus tard, accusé de pédophilie.

En 1996, Toriello est forcé de quitter les Franciscains pour avoir publiquement exposé les déviances de l'institution religieuse. Il met alors en place un numéro vert d'assistance aux enfants victimes de maltraitance et des abus sexuels par des prêtres catholiques, rapidement contraint de fermer à cause de la pression exercée par l'Église[6].

Après avoir fait l'expérience de la vie de moine, Toriello se rend en Inde où il met en place un projet d'entreprise du nom de « Project Mystic Connection » (PMC), puis « United Beings » (anciennement United Religions), une organisation socio-humanitaire. Cependant, c'est au travers de ce type de structure commerciale qu'il développe, réalise et appuie différents projets sociaux, principalement en menant des campagnes de lutte contre les abus dont sont victimes les enfants et de soutien aux droits des femmes, ce qui marque la poursuite de son activisme social depuis 1996. 

En 2001-2002, après avoir fait l'objet de tentatives d'assassinat et d'autres formes de violations, il quitte l'Inde pour rentrer en Europe[7].

En 2005, Toriello s'installe en Italie et intègre la sphère politique en s'alliant avec le Parti socialiste italien dirigé par Bobo Craxi. Après une année de militantisme au sein du Parti, il est élu secrétaire provincial de la province de Salerno et maintient son mandat jusqu'en 2008.

L'expérience politique a sans doute renforcé la conviction de Toriello de rester fidèle à son rôle d'activiste social. Cette décision l'amène ainsi à interagir avec le continent africain, virage déjà amorcé en 2007 alors qu'il était encore actif en politique ainsi qu'au sein des “Corpi Sanitari Internazionali”, une ONG italienne reconnue par l'ONU. Cette dernière lui accorde alors la position honorifique de générales, coordinateur des relations internationales.

Dès lors, Toriello coopère avec différents pays africains et sous différentes fonctions, ce qui lui permet de préparer le terrain en vue d'une carrière diplomatique. Sa persévérance sera tout d'abord récompensée avec une nomination en tant qu'ambassadeur itinérant, et plus tard en tant que conseiller spécial pour la Mission permanente de Sao Tomé-et-Principe auprès des Nations unies (poste actuelle). Ce mandat lui a été octroyé par le président du pays, Manuel Pinto Da Costa.

Carrière

SG Ban Ki-Moon & H.E. Mr. Angelo A Toriello at the Ebola concert, GA hall

Le voyage diplomatique de Toriello débute en Inde en 1998, à la suite de sa rencontre avec le Dr. Kaarthikeyan (Ancien directeur CBI et NHR, Inde). Cette coopération le mènera à une collaboration volontaire avec le bureau national des Nations unies établi dans la capitale. Après de nombreuses années en Inde, il s'associe en 2005 avec COSINT (une ONG italienne reconnue par l'ONU pour la collaboration avec les Jeunes de l'agence de l'ONU), et à partir de 2007, il commence son voyage à travers le continent africain. Il occupe plusieurs postes consultatifs auprès de différents États Africains, ce qui lui vaut d'être nommé ambassadeur itinérant de la République démocratique de  Sao Tomé-et-Principe en 2012, tout en poursuivant son métier de journaliste d'investigation qu'il exerce depuis 2003.

Après environ un an, le président Manuel Pinto Da Costa, après l'avoir tout d'abord nommé comme Envoyé spécial, le désigne conseiller spécial pour les affaires sociales et humanitaires à la Mission permanente de Sao Tomé-et-Principe auprès des Nations unies à New York, USA.

Toriello obtient le poste de Représentant permanent adjoint [2] à peine une année après sa nomination en tant que conseiller spécial, et marque sa présence à l'ONU en menant diverses activités au nom du pays. En outre, Toriello fait entendre sa voix en intervenant à plusieurs reprises au Conseil de Sécurité [8],[9],[10] et dans d'autres événements organisés au quartier général de l'ONU par d'autres États Membres. Il peut être intéressant de souligner que, d'après les registres, depuis son adhésion à l'ONU, STP n'a jamais prononcé un discours devant le Conseil de Sécurité.

L'héritage principal du mandat de Toriello à l'ONU sera la création du projet “Humanicy” (ce qu'il définit comme le “côté humain de la diplomatie”; un mot inventé par Toriello lui-même), lancé à l'ONU en avril 2013, qui aura de grandes répercussions en Inde. À Chennai, Toriello est invité d'honneur lors d'événements organisés par Latha Rajnikanth [11] (épouse de la star Kollywood et de l'icône Shivaji Rao Rajinikanth); par l'artiste N. Swarnalatha [12], et par le groupe de SCAD (une ONG) [13] dirigée par son président, Dr Cletus Babu, où il échange sur le thème de “Humanicy” avec six mille étudiants. Peu de temps après, Humanicy fut reconnu en tant que mouvement par le célèbre acteur de Bollywood Ajay Devgan et parrainé par M. D.R. Kaarthikeyan.

De retour À New York, l'ambassadeur est interviewé par SouthSouthNews [14] Network, une plate-forme médiatique collaborant avec l'ONU [15] et des gouvernements. Il assiste ensuite à la 69e session de l'Assemblée générale qui se tient à l'ONU et donne un bref discours [16] dans lequel il soutient la proclamation du 21 juin comme Journée internationale du Yoga, une résolution qui est adoptée sans vote, sous la direction de l'Inde.

Son discours est rapporté par différents médias [17],[18] et par les Nations unies dans la session principale de l'article de journal lui-même, soulignant ainsi la pertinence du discours: “ANGELO ANTONIO TORIELLO (Sao Tomé-et-Principe) a déclaré que la Journée internationale du Yoga favoriserait non seulement la santé et l'évolution, mais aussi la clarté de vision et d'action. Cette dernière pourrait contribuer à éviter les contradictions souvent générées lors de l'établissement de règles et de la promulgation de lois. La Journée devrait être entièrement prise en charge et le yoga devrait devenir une partie intégrante de la vie quotidienne de tous” [19].

Toriello [20], en sa qualité de représentant permanent adjoint pour sa mission permanente auprès de l'ONU et en tant qu'endosseur principal, en partenariat avec une coalition africaine et civile, organise un concert-événement à grande échelle à l'ONU afin de rappeler la nécessité de faire preuve de vigilance vis-à-vis de la maladie d'Ebola. Ce concert a lieu dans le hall de l'Assemblée générale le 2 mars 2015 [21]. Le Secrétaire général Ban Ki-moon ouvre la cérémonie en remerciant l'Ambassadeur S.E. M. Angelo Antonio Toriello et le gouvernement de Sao Tomé-et-Principe, suivi par S.E. Mme Samantha Power, RP de la Mission permanente des États-Unis à l'ONU, S.E. M. Vandi Chidi Minah, RP de la Mission permanente de la République de Sierra Leone et S.E. M. Sebastiano Cardi, RP de la Mission permanente de l'Italie auprès de l'ONU.

L'événement marquera une réalisation surprenante pour Sao Tomé-et-Principe en tant qu'État membre étant donné qu'aucun événement n'a jamais été organisé à l'ONU par la mission diplomatique. De même, Toriello accomplira ainsi un grand succès personnel, compte tenu du fait que, en tant qu'individu, il est aussi citoyen italien, et que par conséquent, son nom pourrait être ajouté à la liste des autres personnalités italiennes ayant eu l'occasion de parler à la prestigieuse Assemblée générale de l'ONU.

Le discours de Toriello aura particulièrement porté sur les résolutions de justice et d'égalité à adopter en faveur du continent africain, qui a fait l'objet de tergiversations illogiques, absurdes, et injustifiées depuis la nuit des temps, représentant les “effets collatéraux” perpétrés par un système humain gouvernemental inéquitable et corrompu.

Toriello a récemment été interviewé par Life Positive Magazine [22] (Inde), ce qui souligne l'importance des activités de l'ambassadeur à l'ONU au vu de sa persévérance à intégrer son idée/concept du projet/programme “Humanicy” au sein du système des Nations unies ‒ qui “aspire à donner un rôle plus important aux les arts et aux échanges culturels dans le cadre du maintien de la paix et des négociations pour le développement” ‒ en tant que but visant à rappeler la nécessité de conserver notre humanité dans un système régi par la diplomatie “froide”  et la bureaucratie.

Le mouvement Humanicy - lancé par Toriello en décembre 2013 au siège de l'Organisation des Nations Unies – a été, selon le « The Times of India »[23], largement soutenu par l'industrie cinématographique en Inde (Bollywood), à travers des programmes qui prévoient la participation de Superstars et de célèbres réalisateurs. Toriello dit:« le projet poursuit plusieurs objectifs; soutenir le programme cinématographique Humanicy lui-même, le développement de projets sociohumanitaires durables pour Sao Tomé-et-Principe, et soutenir UNWOMEN et UNICEF.»

Dans son interview, Son Excellence M. Angelo Antonio Toriello explique: « Je tien à promouvoir Humanicy comme un message qui appel à maintenir en vie l'« humanité » qui réside en nous, même si on travaille dans le domaine diplomatique. Je crois que Humanicy est un projet qui cherche à développer le rôle des arts et des échanges culturels dans la sensibilisation à travers des documentaires, des films et des courts-métrages ayant un message social. »

L'article du « The Times of India » donne aussi un aperçu des activités menées par Toriello, en sa qualité d'ambassadeur représentant d'un État membre aux Nations Unies : « Récemment, dans le cadre d'une affaire d'escroquerie en Inde dans laquelle ont été impliquées des personnes du corps diplomatique et dont il a suivi le déroulement, Toriello a pris l'initiative d'adresser un courriel au bureau du Secrétaire général des Nations Unies dans lequel il dénonce les « mauvaises pratiques » dont il a été témoin aux Nations Unies depuis sa nomination. » 

Notes et références

  1. NUJ freelance Directory
  2. 2,0 et 2,1 Blue Book (Permanent Mission of Sao Tomé & Principe to the UN)
  3. Combine-awareness-aid-project-in-helping-people-S/Tome-special-envoy-insists
  4. Antonio De Pascale, S.SEVERINO, TORIELLO AMBASCIATORE ONU, 29 Octobre, 2011
  5. Gabriele Bojano, FROM MONKHOOD TO CRIMINOLOGY. THE THOUSAND FACES OF ANGELO A TORIELLO., 25 Septembre, 2011
  6. Fabio Jouakim, Abuses in Sacristy, 30 September, 1996
  7. Gabriele Bojano, Le sette vite di Angelo Toriello, da Arbore a Frate fino a delegato Onu., 6 Janvier, 2014
  8. Maintanance of International Peace
  9. Sexual Violence in Conflict
  10. Security Council - Meetings Coverage, Speakers Stress Crucial Need to Rebuild Post-Conflict Trust as Security Council Discusses Lessons of War, Quest for Permanent Peace, 29 Janvier, 2014
  11. General News, I'm for India an initiative by Latha Rajinikanth, 8 Août, 2014
  12. B Sudharsan, Emotional Strokes Remember Nirbhaya, 1 Octobre, 2014
  13. Special Correspondent, UN Ambassador visits college, 2 Octobre, 2014
  14. DEVELOPMENT TALKS
  15. Global health and foreign policy
  16. General Assembly - Meetings Coverage, General Assembly Resolution, Adopted without Vote, Recognizes Global Impact of Ebola, Need to Include Health Issues in Foreign Policy Formulation, 11 Décembre, 2014
  17. Net Indian news network, UN General Assembly proclaims June 21 as International Day of Yoga, 11 Décembre, 2014
  18. Adaderana lk, UN proclaims International Day of Yoga, 12 Décembre, 2014
  19. un.org, General Assembly Resolution, Adopted without Vote, Recognizes Global Impact of Ebola, Need to Include Health Issues in Foreign Policy Formulation
  20. Gabriele Bojano, Un Salernitano alle Nazioni Unite "Ecco il mio piano contro l'ebola", March 9, 2015
  21. Stop Ebola and build for the future
  22. Humanicy, not Diplomacy - Life Positive, 1 Septembre, 2015
  23. The Times of India, Ajay Devgan to support UN Humanicy Program, 23 Novembre, 2015

Voir aussi

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).