Encyclopédie Wikimonde

Apprentissage de l'enfant et de l'adulte : différences

Aller à : navigation, rechercher

L'apprentissage est un ensemble de mécanismes et/ou de processus mis en place dans le but d'acquérir des connaissances, des savoirs, des savoir-faire et des compétences en tant qu'apprenant[1]. Le concept de l'apprentissage est un sujet d'étude qui prend de l'importance aujourd'hui ( chaque année des dizaines de milliers d'articles paraissent sur le sujet sur Google Scholar ), sa compréhension permettra d'affiner les méthodes utilisées pour qu'un apprenant atteigne un niveau satisfaisant dans une ou plusieurs disciplines. C'est pour quoi la psychologie se penche sur le sujet sous plusieurs angles comme la cognition ou le développement de l'individu.

Entre l'apprentissage de l'enfant et celui de l'adulte il y a certes des similarité mais aussi des différences (que nous allons voir sur cette page) qui obligeront l'enseignant ou le formateur à s'appuyer sur des processus plus utile selon l'âge de son élève ou apprenant.

Il faut prendre en compte lors de la lecture de cette page que les processus d'apprentissages sont nombreux et que malgré une meilleure efficacité sur certains publics plutôt que d'autre (ici entre l'adulte et l'enfant), ces méthodes restent applicables et adaptables aussi bien aux adultes qu'aux enfants.

La notion de développement

De la naissance à la mort on ne cesse d'apprendre, c'est là une idée qui a inspirée le Livre blanc nommé " Croissance, compétitivité, emploi : les défis et les pistes pour entrer dans le XXIe siècle[2]" dans lequel est décrit l'idée de la formation tout au long de la vie[3],[4]. Nous nous formons donc tout au long de notre vie en faisant l'acquisition d'apprentissages plus ou moins complexe, ce qui est une source de développement personnel et professionnel selon le contexte.

Or les apprentissages que nous faisons dans notre enfance ne sont pas de la même nature que ceux de l'âge adulte en général et surtout leur acquisition n'est pas faite de la même manière, l'adulte et l'enfant n'ayant pas les mêmes capacités (par exemple, la plasticité cérébrale dont le pique d'activité se trouve dans l'enfance)[5] : notre développement change nos capacités d'apprentissage. Mais ce n'est pas pour autant que nous ne pouvons plus apprendre à partir d'un certain âge[6]. Il "suffit" de s'adapter et de ne jamais arrêter d'apprendre.

Car oui, il est toujours bon de le rappeler mais Piaget avait à la toute base défini des stades du développement chez l'enfant, aussi nommés paliers d'acquisition. Ces paliers d'acquisition, pour résumer, avaient pour but de comprendre le développement cognitif (en stades) d'une personne de sa naissance jusqu'à 10-16 ans pour le dernier stade. Cette théorie expliquait le développement cognitif et a permis d'entraîner de nombreuses recherches y compris par Piaget qui la rectifiera et la corrigera[7]. Car oui, il avait pu remarquer que le développement d'un individu ne s'arrêtait pas au dernier stade qu'il avait décrit.

L'apprentissage de l'enfant

Une des théories de l'apprentissage de l'enfant est la pédagogie (du grec paidos « enfant » et agôgos « conduire »). Elle est en générale dirigée vers une transmission des connaissances, un enseignement de savoir. Mais c'est ici la théorie qui serait la plus orientée vers le scolaire. L'enfant apprend aussi bien de manière explicite (quand il lui est demandé d'apprendre quelque chose ou quand il en fait la démarche) que de manière implicite, et ce grâce à une plasticité cérébrale très efficace dans cette période, en particulier au début de l'enfance pour par exemple l'apprentissage des langues [5],[8]. " il apprend parce qu’on lui enseigne mais il apprend aussi sans qu’on lui enseigne " [9], avec cette citation on peut avancer des méthodes utilisées par l'enfant ( et par l'adulte ) pour apprendre. En voici des exemples :

L'apprentissage par imitation

C'est la première méthode qui vient quand on pense aux apprentissages implicite chez l'enfant. Un enfant imite dès la naissance par réflexe[10]. L'apprentissage par observation et imitation intervient tout au long de la vie mais est une forme d'apprentissage très courante chez le nourrisson et l'enfant. Cette méthode est automatique en particulier avec les apprentissages sociaux comme le comportement à avoir dans une situation particulière[11]. On remarque aussi cette méthode dans l'apprentissage des instruments de musique, où la méthode est utilisée quel que soit l'âge mais montre des résultats significatifs chez les plus jeunes [12].

L'apprentissage par expérimentation

Aussi nommé apprentissage par essai-erreur, cette méthode consiste à se confronter à une tentative, récolter de l'information à l'issue de cette tentative et en faire des déductions pour se corriger puis recommencer la boucle d'apprentissage. Cette dernière a la possibilité d'être améliorée par le feed-back qui peut provenir d'un observateur expert ou de la situation elle-même [13]. Cette méthode se rapproche du Béhaviorisme de B.F. Skinner et s'est montrée chez les enfants comme utilisable dans de nombreux domaines y compris dans un milieu scolaire [14].

L'apprentissage par le jeu est aussi un type d'apprentissage par l'expérimentation qui fonctionne relativement bien sur les enfants[15] " pour l'enfant c'est une manière de développer sa créativité, ses capacités de de résolution de problème, sa logique ( etc ) " conclut l'article tout en ouvrant sur l'idée que le jeu doit être encouragé [ dans les musées ] pour toutes les tranches d'âge car stimulant l'apprentissage. Cet apprentissage joue sur le moteur de la motivation intrinsèque de l'apprenant. Cette méthode est par ailleurs aussi conseillée pour l'adulte mais l'auteur montre dans l'article avant tout son utilité auprès de l'enfant[16].

L'apprentissage par expérimentation peut aussi être rattaché à l'apprentissage par l'activité (ou par l'action). Cette forme d'apprentissage cherche la réflexion et la recherche des bonnes questions " Chacun devrait plutôt reconnaître son manque de connaissances et être prêt, d'une part, à sonder son ignorance au moyen de questions pertinente, et d'autre part, à demander de l'aide : il importe de trouver les bonnes questions plutôt que les bonnes réponses " [17]

Pour citer la définition : " L'apprentissage par l'action est une méthode structurée qui permet à de petits groupes d'analyser régulièrement et collectivement des problèmes complexes et de prendre des mesures et qui, ce faisant, favorise l'apprentissage individuel et collectif ".

Autre méthode

Il existe bien d'autre méthodes qu'on caractérisera de « classiques » et/ou « alternatives » ici (voir page pédagogie pour une liste exhaustive).

Par exemple, on citera la pédagogie Montessori, une des pédagogies du courant de l'éducation nouvelle. une méthode basé sur 4 stades de développement avec des buts à atteindre de la naissance à 24 ans. Comme toutes les méthodes nouvelles elle est encore débattue mais a fait ses preuves récemment[18]. C'est une pédagogie par l'activité et orientée sur le sensoriel, la créativité, la morale et bien d'autre aspect du développement de l'enfance à l'âge adulte.

L'apprentissage de l'adulte

Une des théories de l'apprentissage de l'adulte est nommée andragogie (Malcolm Knowles). Elle s'appuie cette fois sur l'idée que l'adulte apprendra ce qu'il veut apprendre, il a besoin d'autre chose que d'un enseignement basé sur une transmission des connaissances basiques. Il choisit ses méthodes et avance au rythme qu'il se fixe. Et c'est sûr ce mode d'apprentissage qu'un formateur/enseignant va devoir jouer pour lui transmettre des connaissances.

Les contextes d'apprentissage

L'adulte apprend selon trois contextes distincts[19] :

  • le contexte formel, c'est à dire dans un établissement ou une structure spécialisé pour l'apprentissage, un apprentissage calibré et diplômant comme celui délivré dans les universités par exemple.
  • le contexte non-formel, souvent dans un établissement mais pas diplômant. Ces apprentissages surviennent au travail ou en organisation citoyenne par exemple [20]
  • Le contexte informel, ce sont des apprentissages du quotidien, qui surviennent en groupe social, en famille etc[21]...

L'apprentissage pour rester compétitif

Là où l'apprentissage de l'enfant peut être motivé par un instinct compétitif, chez l'adulte dans un contexte formel c'est le plus souvent le cas. Le monde du travail et la philosophie de la " formation tout au long de la vie " à rendu l'idée de vouloir "rester à jour " dans son métier totalement normale. C'est même selon Linderman une manière d'améliorer la société[22]. La motivation par la compétition est un ressort donc assez utilisé car efficace malgré des effets assez discuté chez l'adulte[23].

Bienfaits de l'apprentissage des adultes

Aux Philippines

Aux Philippines, les programmes d’apprentissage et d’éducation des adultes visant à promouvoir l’allaitement et la nutrition infantile ont contribué à réduire la mortalité infantile[24].

Aux États-Unis

Aux États-Unis, l’apprentissage et l’éducation des adultes a permis d’améliorer les comportements vis- à-vis de l’environnement ainsi que l’alphabétisation[25].

En Chine

En Chine, l’exercice physique et les activités musicales ont contribué à améliorer la santé mentale et la résilience des personnes âgées[26].

En Europe

En Europe, des dizaines d’études menées en Europe ont montré que les programmes d’apprentissage et d’éducation des adultes sont bénéfiques sur le plan économique pour les employeurs[27].

Différences

Il est difficile de voir les différences entre apprentissage de l'enfant et apprentissage de l'adulte. Tout d'abord car il n'existe pas beaucoup de terrain de comparaison en terme d'apprentissage (on apprend rarement les mêmes choses à 8 et 28 ans), ensuite puisque l'enfance dur en général moins longtemps que la période « adulte » d'une personne, etc.

Une étude récente s'attarde sur les théories de l'apprentissage de l'enfant et l'apprentissage de l'adulte [28]. Les théories de l'apprentissage de l'enfant sont les suivantes : La théorie de la maturation de l'apprentissage (Maturation Learning Theory de Arnold Gesell), la théorie de l'apprentissage par l'environnement (Environnemental Learning Theory à laquelle Bandura a participé par exemple) et la théorie du constructivisme (Constructivist Learning Theory à laquelle on participé Piaget et Vygotsky par exemple).

Pour l'adulte, l'auteur s'appuie sur ces théories : La théorie de l'apprentissage de Peter Jarvis (Jarvis Learning Theory Peter Jarvis), la théorie de transformation de l'apprentissage (Transformative Learning Theory de Mezirow) et la théorie de l'apprentissage humaniste (Humanistic Learning Theory de nombreux auteurs comme par exemple Kurtz mais la théorie est ancienne en philosophie).

Par l'analyse de ces théories par rapport aux théories andragogiques et pédagogiques, l'auteur en conclut que l'apprentissage lors de l'enfance est caractérisé « par le développement de l'individu, les interactions avec son environnement, l'échafaudage des savoirs et l'apprentissage par l'observation sociale ». Ce qui permet de mieux comprendre la transition vers l'âge adulte qui lui caractérise ses apprentissages par « les expériences de vie (conscientes et inconscientes), la transformation de savoir, l'auto-direction et l'auto-actualisation ». Il note aussi qu'il est important de remarquer que ces caractérisation se chevauchent entre l'enfance et l'âge adulte, ce qui mène à l'idée que pédagogie et andragogie peuvent être utilisé dans les deux contextes/période. [28]

Sources

Références utilisées

  1. Jean-Marie De Ketele, Maurice Chastrette, Danièle Cros et Pierre Mettelin, Guide du formateur, Bruxelles/Paris, De Boeck Supérieur, , 254 p. (ISBN 978-2-8041-5500-1) [lire en ligne (page consultée le 2020-11-05)] 
  2. Croissance, competitivité, emploi : les défis et les pistes pour entrer dans le XXIeme siècle, Commission Européenne, , 184 p. (ISBN 92-826-7424-X) [lire en ligne] 
  3. « Formation tout au long de la vie », sur éduscol
  4. Karen Kolben, « THE MEANING OF ADULT EDUCA TION. By Eduard C. Lindeman. Mon treal : Harvest House, 1961. 143 pp. $2.00 paper, $3.50 cloth », Adult Education, vol. 12, no 2,‎ , p. 128–129 (ISSN 0001-8481, DOI 10.1177/074171366201200211, lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  5. 5,0 et 5,1 Marion Droz Mendelzweig, « La plasticité cérébrale de Cajal à Kandel : Cheminement d'une notion constitutive du sujet cérébral », Revue d'histoire des sciences, vol. 63, no 2,‎ , p. 331 (ISSN 0151-4105 et 1969-6582, DOI 10.3917/rhs.632.0331, lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  6. Gareth Rees, Ralph Fevre, Cardiff John Furlong et Stephen Gorard, « History, place and the learning society: towards a sociology of lifetime learning », Journal of Education Policy, vol. 12, no 6,‎ , p. 485–497 (ISSN 0268-0939 et 1464-5106, DOI 10.1080/0268093970120604, lire en ligne (http://dx.doi.org/10.1080/0268093970120604), consulté le 27 décembre 2020)
  7. JEAN PIAGET et M. M. Lewis, « LA NAISSANCE DE L'INTELLIGENCE CHEZ L'INFANT », British Journal of Educational Psychology, vol. 9, no 1,‎ , p. 92–96 (ISSN 0007-0998, DOI 10.1111/j.2044-8279.1939.tb03195.x (https://dx.doi.org/10.1111/j.2044-8279.1939.tb03195.x), lire en ligne (http://dx.doi.org/10.1111/j.2044-8279.1939.tb03195.x), consulté le 11 novembre 2020)
  8. Rebecca L. Gómez et LouAnn Gerken, « Infant artificial language learning and language acquisition », Trends in Cognitive Sciences, vol. 4, no 5,‎ , p. 178–186 (ISSN 1364-6613, DOI 10.1016/s1364-6613(00)01467-4 (https://dx.doi.org/10.1016/s1364-6613%2800%2901467-4), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  9. Pierre Largy, Marie-Paule Cousin, Alexandra Dédéyan et Michel Fayol, « Comprendre comment l’enfant apprend : une étape vers la compréhension des effets des pratiques pédagogiques », Revue française de pédagogie, vol. 148, no 1,‎ , p. 37–45 (ISSN 0556-7807, DOI 10.3406/rfp.2004.3248 (https://dx.doi.org/10.3406/rfp.2004.3248), lire en ligne (http://dx.doi.org/10.3406/rfp.2004.3248), consulté le 5 novembre 2020)
  10. Albert Bandura, Dorothea Ross et Sheila A. Ross, « Vicarious reinforcement and imitative learning. », The Journal of Abnormal and Social Psychology, vol. 67, no 6,‎ , p. 601–607 (ISSN 0096-851X, DOI 10.1037/h0045550 (https://dx.doi.org/10.1037/h0045550), lire en ligne (http://dx.doi.org/10.1037/h0045550), consulté le 27 décembre 2020)
  11. « Motivation examined. Levine, David (Ed.) Nebraska Symposium on Motivation, 1966. Lincoln: University of Nebraska Press, 1966, 109 p.,$5.95 (paper) », Psychology in the Schools, vol. 4, no 3,‎ , p. 286–287 (ISSN 0033-3085 et 1520-6807, DOI 10.1002/1520-6807(196707)4:3<286::aid-pits2310040321>3.0.co;2-k (https://dx.doi.org/10.1002/1520-6807%28196707%294%3A3%3C286%3A%3Aaid-pits2310040321%3E3.0.co%3B2-k), <286::aid-pits2310040321>3.0.co;2-k lire en ligne (http://dx.doi.org/10.1002/1520-6807(196707)4:3), consulté le 5 novembre 2020)
  12. (en) Stefan Vogt, Giovanni Buccino, Afra M. Wohlschläger et Nicola Canessa, « Prefrontal involvement in imitation learning of hand actions: Effects of practice and expertise », NeuroImage, vol. 37, no 4,‎ , p. 1371–1383 (ISSN 1053-8119, DOI 10.1016/j.neuroimage.2007.07.005 (https://dx.doi.org/10.1016/j.neuroimage.2007.07.005), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  13. (en) Susanne Narciss, Sergey Sosnovsky, Lenka Schnaubert et Eric Andrès, « Exploring feedback and student characteristics relevant for personalizing feedback strategies », Computers & Education, vol. 71,‎ , p. 56–76 (ISSN 0360-1315, DOI 10.1016/j.compedu.2013.09.011 (https://dx.doi.org/10.1016/j.compedu.2013.09.011), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  14. Genevieve L. Harter, « Overt Trial and Error in the Problem Solving of Preschool Children », The Pedagogical Seminary and Journal of Genetic Psychology, vol. 38, nos 1-4,‎ , p. 361–372 (ISSN 0885-6559, DOI 10.1080/08856559.1930.10532270 (https://dx.doi.org/10.1080/08856559.1930.10532270), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  15. (en) Tara Zollinger Henderson et David J. Atencio, « Integration of Play, Learning, and Experience: What Museums Afford Young Visitors », Early Childhood Education Journal, vol. 35, no 3,‎ , p. 245–251 (ISSN 1573-1707, DOI 10.1007/s10643-007-0208-1 (https://dx.doi.org/10.1007/s10643-007-0208-1), lire en ligne, consulté le 16 décembre 2020)
  16. Carol Randell, « Teaching by Learning from Children », dans Learning Together, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-509753-5, lire en ligne (http://dx.doi.org/10.1093/oso/9780195097535.003.0021))
  17. Olivier Serrat, « Apprentissage par l'Action », sur ADB, (consulté en décembre 2020)
  18. admin, « Publication d’une recherche sur les résultats de la Pédagogie Montessori », sur Ecole Montessori Vevey, (consulté le 1er décembre 2020)
  19. (en) « Adult education », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  20. (en) Imam Shofwan, « Non-Formal Learning Strategy Based On Tahfidz And Character In The Primary School », INTERNATIONAL JOURNAL OF SCIENTIFIC & TECHNOLOGY RESEARCH,‎ , p. 1987-1992 (ISSN 2277-8616, lire en ligne)
  21. Scott G. Paris, « Situated Motivation and Informal Learning », Journal of Museum Education, vol. 22, nos 2-3,‎ , p. 22–27 (ISSN 1059-8650, DOI 10.1080/10598650.1997.11510356 (https://dx.doi.org/10.1080/10598650.1997.11510356), lire en ligne (https://doi.org/10.1080/10598650.1997.11510356), consulté le 27 décembre 2020)
  22. (en) « The Lindeman Legacy: », Adult Learning,‎ (DOI 10.1177/104515959100200806 (https://dx.doi.org/10.1177/104515959100200806), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  23. Noëlla Bourgeois et Henri Saint-Pierre, « La compétition et la motivation aux études en milieu universitaire », Revue des sciences de l'éducation, vol. 23, no 2,‎ , p. 327–343 (ISSN 1705-0065, DOI 10.7202/031919ar (https://dx.doi.org/10.7202/031919ar), lire en ligne, consulté le 5 novembre 2020)
  24. Gina Guigui, « Connaissances et méconnaissances des mères sur l'allaitement », Devenir 2007/3 (Vol. 19),‎ , p. 261 à 297 (lire en ligne)
  25. Danielle Colardyn, « Quels fondements historiques ? », La formation des adultes aux États-Unis,‎ , p. 21 à 26 (lire en ligne)
  26. Jean-Philippe Viriot-Durandal, Marion Scheider, « La démarche Villes et communautés amies des aînés Quand vieillir devient un enjeu international pour les sociétés contemporaines », Vie sociale 2016/4 (n° 16),‎ , p. 177 à 194 (lire en ligne)
  27. Le troisième Rapport mondial sur l’apprentissage et l’éducation des adultes, Hambourg (Allemagne), UNESCO, , 166 p. (ISBN 978-92-820-2127-9) [lire en ligne] 
  28. 28,0 et 28,1 Simeon O. Edosomwan, « Childhood Learning vs. Adulthood Learning: The Theory of Pedagogy and Andragogy », US-China Education Review A, vol. 6, no 2,‎ (DOI 10.17265/2161-623X/2016.02.004 (https://dx.doi.org/10.17265/2161-623X/2016.02.004), lire en ligne, consulté le 17 décembre 2020)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).