Encyclopédie Wikimonde

Association des femmes huissiers de France

Aller à : navigation, rechercher

L’Association des femmes huissiers de justice de France (AFJHF) est une association créée en 2010 par Maître Astrid Desagneaux, huissier de Justice à Paris. L’objectif principal de l’AFHJF est de promouvoir, intégrer et faire évoluer la femme Huissier de Justice dans sa profession.Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Création et but

L'association a été officiellement lancée en présence de sa marraine Rachida Dati, le 12 décembre 2010[1].

Cette association est soutenue par la Chambre Nationale des Huissiers de Justice.

Devant la féminisation de la profession d'huissier de Justice, les femmes restent minoritaires dans les organes de tutelle.

Le nombre de femmes huissiers de justice a connu une progression de 120% en 10 ans.

La réalisation de son objectif principal passe par donner un accès facilité aux fonctions de représentativité aux femmes huissiers.

L'association compte aujourd'hui plus de 600 membres.

Opération «5000 actes gratuits pour lutter contre les violences faites aux femmes»

Cette opération a été créé en octobre 2018, par Maitre Astrid Desagneaux, Présidente de l’Association des Femmes Huissiers de Justice de Paris, afin de répondre à un besoin de protection et de prise en charge des femmes maltraitées[2].

Grâce à leurs compétences, leur grande connaissance du terrain, leur sensibilité et leur expertise acquises au contact des citoyens, leur rôle de conseils et leur connaissance du monde juridique, les femmes huissiers de justice sont à même de procéder à des missions spécifiques:

Retranscription de SMS et de mails (mot pour mot) avec la rédaction de procès-verbaux Constats de violences ou de dégradation de domicile conjugal Recouvrement de pensions alimentaires Constat de non-présentation d’enfants à l’issue d’un droit de visite ou de vacances Sommation de restitution de documents administratifs Délivrance des documents nécessaires aux procédures d’urgence (par exemple: assignation à jour fixe pour les OP et citations en référé) en attendant l’Aide Juridictionnelle.

Cette action est soutenue par le ministère de la Justice[3].

De nombreux articles dans la presse et les médias

Sur les radios (RCF), une émission de radio expliquant cette action[4], France bleue[5], dans les journaux, Ouest France[6], Libération.

Les mentions dans les institutions

Rapport d'information à l'assemblée nationale, Mme Ernestine Ronai a mentionné cette action dans le rapport[7].

Réseau de référentes régionales

Des dizaines d'huissiers ont d’ores et déjà accepté d’être référents en région l’Association Femmes Huissiers de Justice de France[8].

L’objectif est simple: mobiliser d’autres consœurs et d’autres confrères afin d’amplifier encore l’impact de la mission «5000 actes gratuits pour les femmes victimes de violences».

Références

Liens externes

  • Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 768 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Erreur Lua dans Module:Bases à la ligne 285 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).