Camille Amat

Aller à la navigation Aller à la recherche

Biographie de Camille AMAT, Peintre[1]

Camille AMAT a passé son enfance à Chalabre, dans la région du Languedoc-Roussillon. L'artiste-peintre a aussi passé une partie de sa vie à Paris, Toulouse et dans la ville de Collioure. André Lhote, dont elle est l'élève, fait d'elle un portrait élogieux[2] : Il s'agit d'une fragile timide créature qui n'a qu'un défaut : ELLE SAIT VOIR, la comparant à l'artiste peintre Maria Blanchard.

Ses études[3]

• Fréquente l’atelier Schmidt à Toulouse.

• Elève au Collège Technique d’Art Appliqué de Paris, rue Duperré.

• Abandonne les études pour se consacrer à la peinture.

• Elève d’André Lhote de 1955 à 1958.

Expositions de Camille Amat[3]

• 1956 | expose dans la galerie de Ventadour[4], dans le groupe Lhote, Carzou, Pignon, Léger, Derain, Arrivé, Iscan, Seguin.

• Salon des Indépendants du Grand Palais à Paris, de 1957 à 1964.

• 1958 | exposition Union des Arts Plastiques « Reflets » à Paris.

• 1958 | Salon « Art Présent » à Toulouse, Palais des Arts.

• 1983 | exposition personnelle, salle Joe Bousquet à Carcassonne.

• 1985 | exposition personnelle, salle d’exposition municipale, à Castelnaudary (Aude).

• 1988 | exposition de groupe, Club Soroptimist, salle Joe Bousquet à Carcassonne.

• 1989 | exposition personnelle, Bibliothèque Municipale à Toulouse.

• 1989 | exposition personnelle, galerie Glardon à Carcassonne.

• 1989 | exposition de groupe des Ateliers de la Forge à Chalabre (Aude).

• 1990 | exposition personnelle, Abbaye de Camon (Ariège).

• 1990 | exposition personnelle au « Majorat » à Villeneuve Tolosane, peinture et poésie « Evidence du regard ».

• 1992 | exposition de groupe à Montsegur (Ariège) « l’Occitadelle », exposition permanente.

• 1994 | exposition de groupe « Pour Claire d’Assise » des artistes aujourd’hui au « Majorat » à Villeneuve Tolosane et le « Forum des Cordeliers » à Toulouse.

• 1994 | exposition de groupe au Conservatoire de Région de Toulouse « Pour Claire d’Assise » des artistes aujourd’hui.

• 1994 | exposition de groupe au « Majorat » à Villeneuve Tolosane.

• 1994 | exposition de groupe « Les Peintres de la Musique », espace Berger à Luchon.

• 1996 | exposition personnelle « Cercle d’Art Contemporain », le Seventies.

• 2003 | exposition personnelle "Fulgurances de l'été"

• 2015 | exposition personnelle, posthume, "Fulgurances de l'été", hôtel de ville à Chalabre


Anecdotes sur les peintures et les expositions

Le mystère de Fluris[3]

En 1997, Camille Amat peint le "charivari de Fluris"[5], fête chalabroise qui a lieu les 13 décembre (date d'anniversaire de la mort du Sieur Jacques Fluris).

L'année 1997 marquait le tricentenaire de la mort de Fluris.

La toile illustre le défilé des chalabrois dans les rues, avec pour seul objectif : faire du bruit !

Plus d'informations sur la conception de la peinture le "charivari de Fluris" : lire l'article sur Midilibre.fr

Plus d'informations sur la fête locale : consulter le blog [6]

Les oiseaux corrupteurs[3]

D'après un poème de Michel Faucheux.

L'un des tableaux de cette série sera repris pour l'affiche de l'exposition au Majorat, qui s'est tenue du 4 au 29 septembre 1990.

L'exposition "Envols"

Exposition posthume à l'hôtel de ville de Chalabre, du 21 au 26 juillet 2015.

Organisée dans le cadre de la 1ère édition du festival des arts à Chalabre, manifestation aussi connue sous le nom de "Fulgurances de l'été".

Extrait du guide de l'exposition[7] (texte d'introduction rédigé par Michel Faucheux, universitaire, écrivain) :

"Il y a des peintures qui visent à l’élévation. La peinture de Camille Amat convie à l’envol et l’arrachement difficile à la matière dont la toile est l’une des composantes. Cette exposition « Envols », composée d’un choix de tableaux s’étalant sur plus d’une cinquantaine d’années, retrace une dramaturgie spirituelle. Il n’y a pas de vraie peinture sans un débat du peintre avec le monde".

Liste des références

  1. « Chalabre :: Personnages illustres », sur www.chalabre.fr (consulté le )
  2. « L'enseignement des Beaux Arts : faut-il rompre avec la tradition? », Arts-Spectacle,‎ (ISSN 1144-133X, BNF 34421953)
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Livret d'exposition "Fulgurances de l'été",  
  4. 5 - 30 juillet 1956, 9 rue des Beaux-Arts, Paris 6
  5. « C'était hier : Camille Amat a peint le mystère de Fluris », sur Midilibre.fr, article paru le 27 décembre 2012 (consulté le )
  6. « Fluris, Chalabre blog - L'indépendant »
  7. Livret d'exposition "Envols",  


Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).