Encyclopédie Wikimonde

Château Gilbert

Aller à : navigation, rechercher

Château Tercelin
Nom local Château Gilbert
Début construction 1850-1900
Destination actuelle Privé
Protection 2011
Site web Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 609 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 609 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Localité Mons

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Château Tercelin

Le Château Tercelin ou Château Gilbert (du nom du dernier propriétaire privé) est un ancien domaine situé sur le territoire de la commune de Mons en Hainaut (Belgique). Son intêret principal est qu'il est un témoignage de l'architecture éclectique en Hainaut et tout particulièrement à Mons.

Situé proximité du Bois d'Havré, implanté au milieu d'un Jardin à la française en retrait de deux conciergeries, il fut construit durant la seconde moitié du XIXe siècle [1]. Lors de cette période qui fait suite à l'indépendance de la Belgique en 1830, la ville perd alors sa fonction de ville forte. A cette période, La ville de Mons se présente à peu près sous le même aspect qu'au Moyen Âge. Les rues y sont encore sombres et étroites.

Le démantèlement des fortifications a lieu entre 1861 et 1864 et le château est construit sur l'extérieur du site de la fortification dite « urbaine ». La caractéristique principale du bâtiment est de rompre avec le style médieval. Son style intérieur Beaux-Arts et les références explicites à un ensemble de styles passés reconnus comme compatibles (éclectisme) à cette époque en font un monument incontournable de la région.

Description extérieure

Le bâtiment est d'esprit éclectique en double corps de deux niveaux sous toiture à la Mansart. De part et d'autre du logis, deux appentis de même facture comptant un seul niveau et une toiture plate, animés de petits oculi à encadrements de pierre calcaire donnent de la dimension à l'ensemble. La façade en brique peinte est structurée par une travée d'entrée précédée d'un porche surhaussé d'une lucarne chantournée à fronton triangulaire renforçant la symétrie de la façade[1].

Aux deux extrémités du volume, les travées s'inscrivent dans une grande arcade de brique se matérialisant au niveau de la toiture par des lucarnes fronton en plein cintre. Les façades sont animées par des baies à linteaux droits au premier niveau et bombés au second ainsi que par une frise d'arceaux. La façade sur le jardin est typée par son avant-corps circulaire de style romantique. À l'entrée, deux conciergeries de même facture rappellent la symétrie. La propriété est fermée de murets et de grilles[1].

Description intérieure

Le premier étage présente des hauteurs de plafond importantes et des décors en plâtre fibreux qui rappellent le style haussmannien élaboré à l'aube du XXe siècle sous le règne de Louis-Napoléon Bonaparte. Cette riche ornementation en plâtre et les planchers massifs ont été parfaitement conservés.

Histoire

L'origine du château est encore indéterminée.

Pendant la période d'occupation de la Seconde Guerre mondiale, le bâtiment a fait office de Kommandantur. Elle est alors un lieu de commandement militaire local, chargé de l'administration du territoire de Mons. Le château est ensuite acquis par la famille Gilbert. La propriété est progressivement démantelée avant d'être cédée à la Société Anonyme « La Résidence », qui le conserve jusqu'en 2005 et l'exploite comme maison de retraite à la suite de travaux d'agrandissement. Il est ensuite désaffecté et laissé à l'abandon.

En 2012, le château a retrouvé des propriétaires privés. Conformément au permis d'urbanisme, l'édifice a été entièrement modifié pour revenir aux volumes primitifs dans le respect du style initial. Les travaux ont été achevés en 2014.

Bibliographie

  • Marylène Dainin - Florence Michotte - Thérèse Van Den Noortgaete, Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel" de SPW-DGO4 - Département du patrimoine - Direction de la Protection
  • Mons, Éditions Mardaga, 2011, 454 p., p. 321 (photo de la façade et légende)
  • Liste des châteaux / forts / ruines de châteaux de Belgique, sur ON6DP / ON7RN (05/01/2014)

Références

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).