Encyclopédie Wikimonde

Christianisme modéré

Aller à : navigation, rechercher

Le christianisme modéré est un mouvement dans le christianisme qui évite l'extrémisme dans ses décisions.

Origine

La modération dans le christianisme a son origine dans la sagesse spirituelle qui est abordée dans l’Épître de Jacques[1].[source insuffisante]

« La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie (Jc 3:17). »

Caractéristiques

La christianisme modéré est un mouvement caractérisé par sa préoccupation d'apporter l'espoir, d'inclure la diversité culturelle et la collaboration créative, en n’étant pas fondamentaliste ou libéral et évite l'extrémisme dans ses décisions[2],[3],[4],[5].[non neutre]

Catholicisme

Le catholicisme modéré est principalement devenu visible au 18e siècle, avec des groupes catholiques qui ont pris des positions davantage modérées, comme en supportant l’œcuménisme et des réformes liturgiques [6].[source insuffisante] Ces modérés sont également majoritairement en faveur de l’autonomie de l’État et de l’indépendance de la doctrine de l’Église vis-à-vis de l’État[7]. Après le concile Vatican II, les catholiques modérés se sont distancés du catholicisme traditionaliste [8].

Christianisme évangélique

Le christianisme évangélique modéré a émergé dans les années 1940 aux États-Unis en réponse au mouvement fondamentaliste des années 1910[9]. Le Séminaire théologique Fuller fondé à Pasadena, Californie en 1947 a eu une influence considérable dans le mouvement [10]. L’étude de la Bible a été accompagnée de certaines disciplines comme l’herméneutique biblique, l’exégèse biblique et l’apologétique [11],[12]. Des théologiens modérés sont devenus davantage présents dans les instituts de théologie évangélique et des prises de positions théologiques plus modérées ont été adoptées dans les églises évangéliques[13],[14]. Dans ce courant appelé néo-évangélisme, de nouvelles organisations, agences sociales, médias et instituts de théologie évangélique ont été établis dans les années 1950[15],[16].

Voir aussi

Notes et références

  1. Chapitre 3 verset 17; voir Scot McKnight, The Many Faces of Faith: A Guide to World Religions and Christian Traditions, Wm. B. Eerdmans Publishing, USA, 2011, p. 313
  2. Jacques Prévotat, Jean Vavasseur-Desperriers, Les chrétiens modérés en France et en Europe (1870-1960), Presses Univ. Septentrion, France, 2013, p. 15
  3. Sébastien Fath, Du ghetto au réseau: Le protestantisme évangélique en France, 1800-2005, Édition Labor et Fides, France, 2005, p. 160
  4. Stephen R. Rock, Faith and Foreign Policy: The Views and Influence of U.S. Christians and Christian Organizations, Bloomsbury Publishing USA, USA, 2011, p. 12
  5. Klauspeter Blaser, Les théologies nord-américaines, Labor et Fides, Suisse, 1995, p. 46
  6. J. Derek Holmes, Bernard Bickers, Short History of the Catholic Church, A&C Black, UK, 2002, p. 179
  7. Jacques Prévotat, Jean Vavasseur-Desperriers, Les chrétiens modérés en France et en Europe (1870-1960), Presses Univ. Septentrion, France, 2013, p. 16
  8. Timothy Miller, America's Alternative Religions, SUNY Press, USA, 1995, p. 104
  9. Robert H. Krapohl, Charles H. Lippy, The Evangelicals: A Historical, Thematic, and Biographical Guide, Greenwood Publishing Group, USA, 1999, p. 197
  10. George Thomas Kurian, Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christianity in the United States, Volume 5, Rowman & Littlefield, USA, 2016, p. 929
  11. George Demetrion, In Quest of a Vital Protestant Center: An Ecumenical Evangelical Perspective, Wipf and Stock Publishers, USA, 2014, p. 128
  12. Roger E. Olson, The Westminster Handbook to Evangelical Theology, Westminster John Knox Press, USA, 2004, p. 49
  13. James Leo Garrett, Baptist Theology: A Four-century Study, Mercer University Press, USA, 2009, p. 45
  14. Robert Warner, Reinventing English Evangelicalism, 1966-2001: A Theological and Sociological Study, Wipf and Stock Publishers, USA, 2007, p. 229
  15. J. Gordon Melton, Martin Baumann, Religions of the World: A Comprehensive Encyclopedia of Beliefs and Practices, ABC-CLIO, USA, 2010, p. 1081-1082
  16. Axel R. Schäfer, Countercultural Conservatives: American Evangelicalism from the Postwar Revival to the New Christian Right, University of Wisconsin Press, USA, 2011, p. 50-51

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).