Encyclopédie Wikimonde

Clayton-John Beaver

Aller à : navigation, rechercher
Clayton-John Beaver
Naissance (74 ans)
New York Amérique
Nationalité Américaine
Profession

Compléments

Clayton-John Beaver né 2 janvier 1947 est un Psychosociologue et un thérapeute américain qui a beaucoup travaillé sur le concept de déstructuration de la personnalité et a défini une méthode qu'il a appelée "L'Over-Group".

Présentation

Clayton-John Beaver s'est intéressé aux grandes théories de son époque, débutant à l'École de Palo Alto pour rejoindre le mouvement de la Programmation Neuro-Linguistique après avoir longtemps utilisé certains concepts de L'Analyse Transactionnelle, essayant à chaque fois d'en analyser les limites et d'en saisir les opportunités. Son objectif n'a cependant jamais varié : agir sur les conditions objectives de reconfiguration des potentialités des individus souvent brisées par la vie qu'ils ont connue[1].

Recherche cognitive

Très tôt, Beaver s'est intéressé aux déficiences de la personnalité dans des domaines aussi variés que les troubles psychiques, les phobies, les addictions, les psychoses, les dépressions et les troubles anxieux à travers la prise en charge d'un individu 'hic et nunc', en analysant les symptômes visibles qui ressortent de la part prévisible de son comportement (ou en tout cas de ce qu'il veut bien en montrer) et de la part trouble que domine son inconscient. L'analyse par des thérapies cognitivo-comportementales' ne peut donc qu'être une partie de la démarche diagnostic-traitement.

La validité des protocoles repose donc aussi sur les processus mentaux "cognitifs" et comportementalistes générateurs de désordres psychologiques, qu'il s'agit de mettre en lumière dans toute la gangue des attitudes stéréotypées et des comportements réactifs de la personne traitée[2] .

Culpabilité et masochisme

Le concept de Masochisme a plusieurs acceptions, selon que l'on s'attache à ses aspects psychanalytiques et la pulsion de mort, qu'on le lie directement au sadisme[3] qu'on considère ses aspects déviants ou sociaux. Pour Beaver, c'est essentiellement une tendance psychologique qui n'atteint des aspects pathologiques que chez certains individus et dans certaines situations[4].

La culpabilité permet à la personne d'accepter sa condition, à y rechercher pas forcément une jouissance mais une justification à cette condition, de subir les malheurs et les échecs qui émaillent son existence. "Tout se passe comme si ces personnes étaient leurs pires ennemies" écrit Theodor Reik[5].

Biographie

Parcours professionnel

Bibliographie

  • "Auto Psychology", CJ Beaver, témoignage et psychologie, New York, 1984
  • CJ Beaver, "Behaviour and PNL", Rockefeller University, 1985
  • "CJ Beaver : de la PNL aux Over Groups", revue de Psychologie appliquée, avril 2002

Voir aussi

Notes et références

  1. Il a écrit notamment : « Si on ne peut porter sur son dos toutes les misères du monde, on peut au moins les soulager. » "De la PNL aux Over Groups", revue de Psychologie appliquée, avril 2002 (traduction en français)
  2. Voir aussi l'ouvrage Manuel de thérapie comportementale et cognitive, Manuel de thérapie comportementale et cognitive, B. Samuel-Lajeunesse, 1998
  3. Comme Jean Laplanche qui a déclaré dans une interview : « je n'ai jamais parlé d'une position originaire du sadomasochisme. J'ai parlé d'une position originaire du masochisme. Il peut y avoir masochisme sans sadisme »
  4. Sur cette conception, voir aussi Theodor Reik, "Le masochisme", Paris, Payot, réédition 2000, ISBN 2-228-89359-5
  5. Theodor Reik, "Le masochisme", chapitre "l'opinion de Freud"

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).