Encyclopédie Wikimonde

Coalition des transsexuelles et transsexuels du Québec

Aller à : navigation, rechercher

La Coalition des transsexuelles et transsexuels du Québec (CTTQ) est une coalition créée en 2005 et visant à défendre les droits des personnes transsexuelles du Québec et de réseauter les différentes instances travaillant de près ou de loin auprès de cette population..

Histoire

Septembre 2004

C'est à la suite des États généraux « De l'égalité juridique à l'égalité sociale », organisés à Québec par la Table de concertation des gais et lesbiennes du Québec, maintenant le Conseil québécois LGBT) que l'idée de créer une coalition regroupant les organismes œuvrant auprès des personnes transsexuelles est née. Julie-Maude Beauchesne est présidente fondatrice[1].

Après plusieurs rencontres entre plusieurs représentants du milieu transsexuel, le 3 février 2005, la Coalition des transsexuel(le)s et transsexué(e)s du Québec voit officiellement le jour. L'organisme optera pour l'appellation Coalition des transsexuelles et transsexuels du Québec en mai 2007.

Dès sa fondation, l'organisme a pris sous son aile l'organisation de la journée de la Fierté trans. Après avoir organisé les éditions 2005 et 2006 et transfère l'organisation de cette journée à l'Association des trans du Québec -ATQ- en 2007.

Année 2005

Les premiers mandats de la CTTQ ont été de doter l'organisme d'un site Internet, de mettre sur pieds ses règlements généraux, d'établir un calendrier d'action annuel, de créer un code d'éthique. Elle organise la Journée de la fierté transsexuelle[2]. Elle est également représentée au Groupe de travail mixte de lutte contre l'homophobie encadré par la Commission des droits de la personne et de la jeunesse[3].

Année 2006

L'organisme a structuré son action politique et communautaire afin de faire connaître sa mission et ses membres sur la scène locale, nationale et même internationale.

  • Participation à de nombreuses journées communautaires
  • Donné plusieurs conférences de démystification de la transsexualité, dont un atelier lors des 1er Outgames mondiaux lesquels ont eu lieu à Montréal
  • Participation aux réunions de divers groupes de travail et de consultation touchant la cause transsexuelle, dont le Groupe de travail mixte contre l'homophobie chapeauté par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec.

Année 2007

La CTTQ a élargi sont mandat de lobbying afin de faire avancer les droits des personnes transsexuelles au Québec, notamment en santé et en justice.

Année 2008

À la suite du dépôt d'un projet de loi de l'Assemblée nationale du Québec proposant une modification à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec pour inclure la notion d'égalité entre les hommes et les femmes, la CTTQ vise à faire reconnaître l'importance de l'identité de genre comme une valeur fondamentale et éviter la discrimination envers les personnes trans[4]

Année 2009

La CTTQ se montre favorable au projet de loi fédéral privé C-389 modifiant la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel (identité et expression sexuelles), arguant que les transexuels pourront être reconnus comme personnes à part entière, ce qui n'est pas toujours le cas[5] Elle constate qu'il est plus facile pour une personne trans de changer son nom au Québec depuis 2006[6]

N'ayant plus de membre du CA, la CTTQ est dissoute.

Membres fondateurs

Le 20 décembre 2005 ont lieu les premières élections visant la formation du premier conseil d'administration. Les premières élues reçoivent le titre de fondatrices de la CTTQ:

  • Julie-Maude Beauchesne (Présidente)
  • Marie-Marcelle Godbout (Vice-présidente)
  • Marie-Claude Tremblay (Secrétaire)
  • Chantal Beauchamp (Trésorière)
  • Juliette St-Pierre (Directrice dossiers éducatifs)
  • Danielle Chénier (Directrice Internet)

Notes et références

  1. « Gala Arc-en-Ciel 2013 », Worldpress (consulté le 1er novembre 2014).
  2. Jean-Pierre Vu, « Journée de la fierté transsexuelle : pour sortir du garde-robe la tête haute! », AlterHéros,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2014)
  3. Julie Maude Beauchesne, « Un pas important pour les droits des trans », AlterHéros,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2014)
  4. Maxime Le May et Érica Poirier, « Projet de loi C-63 : L'égalité de fait femme-homme : Équitable pour la communauté transsexuelle ? », Fugues,‎ (ISSN 0831-1625, lire en ligne).
  5. a. « Ce qu'on en dit : equal protection for trans people / Protection égale pour les personnes trans », Worldpress (consulté le 1er novembre 2014).
    Parlement du Canada, « Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel (identité et expression sexuelles) », Chambre des communes du Canada, 3e session, 40e législature, 59-60 Elizabeth II, 2010-2011 (consulté le 1er novembre 2014).
  6. Les personnes trans et l'identité civile : Violence et résistance, Montréal, Université du Québec à Montréal, , 105 p. [lire en ligne], p. 27 .

Voir aussi

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).