Commission des jeunes du canton de Vaud

Aller à la navigation Aller à la recherche
Commission des jeunes du canton de Vaud
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 769 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). |frameless |upright=1 |alt=Logo de l’association ]]
Cadre
Forme juridique Organe de l'Etat de Vaud (Voulue par la LSAJ)
But Représentation des intérêts de la jeunesse vaudoise
Fondation
Fondation Mai 2011
Identité
Siège Lausanne
Présidente Nefertari Bihiry (a. i.)
Membres 25
Représentativité Membres désignés par le Conseil d'Etat vaudois
Site web www.cdj-vaud.ch

La Commission de jeunes du canton de Vaud est une commission extra-parlementaire vaudoise constituée en [1],[2] et régie par la loi cantonale sur le soutien aux activités de jeunesse, à la suite d’un souhait émis dans la Constitution de 2003[3],[4].

Organisation

La Commission de jeunes est rattachée au service de protection de la jeunesse, issu du Département de la formation de la jeunesse et de la culture[5].

Ses activités sont régies par la loi sur le soutien aux activités de jeunesse du canton de Vaud, entrée en vigueur le [6]. Elle a notamment pour tâches de[7] :

  • Prendre position sur des projets de lois concernant la jeunesse.
  • Émettre des propositions aux autorités cantonales visant à prendre en considération les besoins, intérêts et attentes des jeunes.
  • Participer aux décisions de préavis de soutien financier sur des projets menés par d'autres jeunes en élisant plusieurs représentants au Comité de préavis d'attribution des aides financières, alors chargé de ces compétences[8].

25 membres, filles et garçons âgés de 14 à 18 ans, siègent dans la Commission de jeunes, ils représentent les différentes régions du canton ainsi que les différents milieux d'études, entre autres : école obligatoire, gymnase et apprentissage. Ils réalisent un mandat de deux ans qu'ils peuvent, en principe, renouveler une fois. Nommés par le Conseil d’État, ils sont indemnisés et défrayés pour les déplacements.

  • En 2011, la Commission de jeunes possède une délégation de 4 personnes au Comité de préavis d'attribution des aides financières[9]. À sa tête, un bureau exécutif, formé de six membres[9], est chargé de mener et d'animer les séances ainsi que de représenter la commission dans différents événements. Le président est à la tête de l'ensemble de la commission.

Depuis , la commission est membre de la Fédération suisse des parlements de jeunes. Elle possède depuis un représentant au sein du comité directeur de cette même faîtière[9].

La commission est encadrée par le délégué cantonal à la jeunesse[10].

Présidents depuis la création de la commission

La Commission des jeunes du canton de Vaud a eu plusieurs présidents. Ceux-ci sont tous nommés par le Conseil d'État.

Présidents
2011-2013 Valentina Russo
2013-2014 Amandine Oberholzer
2014-2015 Rodolphe Maeusli
2015-2017 Alexander Omuku
2017-2019 Alexandre Legrain
2019/- Nefertari Bihiry

Bureau actuel

Le Bureau de la Commission des jeunes du canton de Vaud est composé de six membres élus pour une année.

Membres du Bureau pour le mandat 2020-2021:
Présidente Nefertari Bihiry
Vice-président Niklas Tiemann
Trésorier Johan Crocoll
Délégué à la communication Mehdi Mesbah
Délégué à l'informatique et à la logistique Numa Roussy
Secrétaire Lola Burion

Historique

La Commission des jeunes du canton de Vaud est un organisme souhaité par l'article 85, al. 2, de la Constitution vaudoise de 2003.

La décision de création d'une commissions de jeunes s'est prise lors de l'adoption de la loi sur le soutien aux activités de jeunesse le . Une campagne a été menée entre et afin de recruter des nouveaux membres. La séance constitutive de la commission s'est tenue le à l'Aula du Palais de Rumine[2] et s'est notamment déroulée en la présence de la conseillère d'État Anne-Catherine Lyon ainsi que de la présidente du Grand Conseil Claudine Wyssa[11].

Tous les deux ans, au printemps, la Commission organise une campagne afin de recruter des membres pour un renouvellement partiel de la Commission. Celles et ceux qui ont dépassé l'âge légal de 18 ans sont réputés démissionnaires. Régulièrement, les jeunes membres de la Commission acceptent de participer à cette campagne qu'ils mènent en collaboration avec le délégué cantonal à l'enfance et à la jeunesse[12]. À la suite de cela, une séance de renouvellement et de passation a lieu, le plus souvent au début du mois de juillet. La première campagne a été lancée en mars 2013 lors d'une conférence de presse à laquelle les membres ont pu participer. Les suivantes ont eu lieu en 2015, 2017 et 2019.

Depuis , la commission organise une Session cantonale des jeunes. Celle-ci a pour but de réunir, le temps d'un weekend, plus de 100 jeunes venus de tous le canton afin de débattre sur des sujets qui les concernent[13]. Après avoir débattu des différentes thématiques dans des groupes de travail, les jeunes ont la possibilité d'échanger avec des personnalités politiques et des experts scientifiques afin d'émettre ensuite des propositions. Constituée sur le modèle de la Session fédérale des jeunes, cette manifestation a déjà eu lieu en 2015, 2017 et 2019. Elle contribue également au recrutement des futurs membres de la Commission.

En 2019, dans le cadre des revendications de la Grève pour le climat, la commission prend position en faveur d'une politique plus respectueuse de l'environnement. Elle participe à plusieurs pourparlers avec les grévistes et les autorités politiques[14]. De surcroît, en , les membres adoptent une charte sur le climat qui vise à adopter, dans le fonctionnement de la Commission, un comportement plus durable et responsable en matière d'écologie[15].

En 2021, la commission est présente au moment de marquer les 50 ans du droit de vote des femmes à l'échelle suisse. Kelly Santos da Costa, membre, apparait comme protagoniste centrale du documentaire de la RTS "Les combattantes: Paroles de femmes sans voix"[16]. Elle y est amenée à rencontrer et à échanger avec des femmes qui ont connu l'octroi du suffrage féminin en 1971, parmi lesquelles l'ancienne conseillère nationale Gabrielle Nanchen[17]. Par la suite, elle participe au débat Infrarouge "Femmes : Le combat permanent ?" du [18].

Prises de position

Conformément à la loi sur le soutien aux activités de la jeunesse[19], la Commission des jeunes est régulièrement sollicitée par les autorités cantonales (Conseil d'État et services de l'État de Vaud) pour prendre position sur des projets de loi et des thématiques d'actualités qui concernent la jeunesse.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).