Coup d'état (livre)

Aller à la navigation Aller à la recherche

Coup d'état
Auteur Juan Branco
Pays Drapeau de la France France
Genre Philosophie politique,

Manuel insurrectionnel

Éditeur Au diable vauvert (édition papier)
Collection Documents
Lieu de parution Paris
Date de parution
Nombre de pages 256
ISBN 979-10-307-0625-3
Chronologie

Coup d'état. Manuel insurrectionnel est un livre de philosophie politique et un manuel insurrectionnel publié par l'avocat et activiste politique franco-espagnol Juan Branco en , aux éditions Au diable vauvert. Il explique comment, étape après étape, organiser et mener à bien une révolution par un coup d'état.

Il est le dernier volume d'une trilogie après Crépuscule paru en 2018, et Abattre l'ennemi paru en 2021.

Contenu et contexte

Après Crépuscule qui révélait et dénonçait les conditions dans lesquelles Emmanuel Macron est parvenu au pouvoir grâce, notamment, à ses liens avec de grandes fortunes françaises, et Abattre l'ennemi qui expliquait comment se préparer à la révolution et gouverner le moment venu, Coup d’État vise à exposer la méthode concrète pour, étape après étape, prendre le pouvoir et redonner leur souveraineté aux Français[1],[2],[3].

L’ouvrage peut être divisé en deux parties. Une première avec une mise au point de la situation et un condensé des réflexions de l'auteur ces derniers mois. Puis une deuxième partie plus novatrice : le noyau du manuel insurrectionnel, où l'auteur explique comment prendre les préfectures, faire le siège des Hôtels de Ville si la police s’y est installée après la chute des préfectures, prendre le contrôle des aéroports, des Palais de Justice[1], mais aussi des centres RTE, des postes de haute tension de la RATP, des câbles sous-marins[2], des Mairies, des centres des impôts, ou encore comment saboter les raffineries, stations de pompages, les caméras de vidéo-surveillance, les antennes-relais, les services de gendarmerie, les data center, comment prendre des otages, les lieux de privilégiature, le Sénat, la DGSE et DGSI, les aéroports ou encore les centrales...[4]

Cependant, pour que ce Coup d’État se réalise, l'auteur estime qu'il faut d'abord un Crépuscule des idoles : il s'en prend au trio Ruffin-Mélenchon-Bégaudeau. S’il reconnaît du génie aux trois susnommés, il les recale au rang de pièges qui nous feraient penser qu’un Coup d’État n’a rien de nécessaire, devenant malgré eux les gardiens d’un existant qui a selon l'auteur déjà fait son choix : celui du fascisme[1],[4]. Il critique également d'autres « faux prophètes » comme Eric Zemmour, et appelle à traverser les systèmes idéologiques pour se concentrer sur l’intérêt général : services publics, démocratie directe, redistribution, sécurité, honneur, justice, dignité, liberté et souveraineté[2].

Références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Martin Lopez, « « Coup d'État » de Juan Branco, un livre décisif ? », sur Gavroche, (consulté le )
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Hocine Bouhadjera, « Juan Branco : “Je n’y survivrai pas. Vous et moi le savons” », sur ActuaLitté (consulté le )
  3. Frédéric Magellan, « Juan Branco: le chaos très au point », sur Causeur, (consulté le )
  4. 4,0 et 4,1 JBG, « Juan Branco : "on ne croit plus en la parole du politique" - », sur Sud Radio, (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la littérature française
  • Portail de la politique française
  • Portail de la philosophie