Encyclopédie Wikimonde

Croisade contre le christianisme

Aller à : navigation, rechercher

Croisade contre le christianisme est un livre écrit par Franz Zürcher en 1938 en allemand sous le titre Kreuzzug gegen das Christentum et édité en français en 1939.

Il contient de précieuses informations sur les conditions de vie dans les camps de travail et de concentration bien avant la Seconde Guerre mondiale.

Contexte

En Allemagne, dès l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler en 1933, celui-ci fit une chasse sans merci à un groupe de chrétiens qui par leur neutralité politique et leur refus de saluer Hitler comme leur sauveur ainsi que de participer aux rassemblements nationalistes furent les objets d'une haine systématique : les témoins de Jéhovah ou Bibelforscher, étudiants de la Bible, nom que les témoins de Jéhovah utilisèrent jusqu'en 1931.

Avec les communistes, ils furent parmi les premiers envoyés dans des camps de travail et de concentration.

Les témoins rassemblèrent des éléments décrivant la vie dans les camps, dénoncèrent la persécution des Juifs et des minorités, toutes ces personnes que le régime hitlérien, mû par l'idéologie aryaniste avait jugées indignes de vivre, la classe aryenne devant dominer les races inférieures, voire les exterminer.

Publication

Les informations transmises de l'Allemagne en Suisse furent collectées et rédigées par Franz Zürcher, rédacteur en chef de l'édition allemande de L'Âge d'Or, magazine des témoins de Jéhovah, et publiées par les éditions Europe Verlag à Zürich en 1938. L'auteur, s'adressant à un public laïc, employait un ton plus sobre que celui de la plupart des publications de cette communauté et rendait hommage aux chrétiens de l'Église confessante, malgré les relations tendues qui existaient alors entre les témoins de Jéhovah et les autres confessions chrétiennes[1].

L'œuvre fut ensuite traduite en français et en polonais en 1939. La préface de la première édition française comprenait des réactions de plusieurs personnalités à propos de l'édition originale, notamment celle de Thomas Mann qui se disait gravement préoccupé et « faisait appel à la conscience des peuples du monde entier ». L'auteur vint en faire une présentation à la Bourse de Mulhouse devant un public de 600 personnes[2].

Le livre comportait également le plan détaillé d'un camp de concentration.

Il fut de loin le premier témoignage des crimes du nazisme bien avant la découverte et la libération des camps en 1945.

Articles connexes

Notes et références

  1. Detlef Garbe, Between Resistance and Martyrdom: Jehovah's Witnesses in the Third Reich, University of Wisconsin, 2008, (ISBN 0299207943), p.553, n. 84 [1]
  2. Gerhard Besier et Katarzyna Stokłosa (dir.), Jehovah's Witnesses in Europe: Past and Present, tome 1, Cambridge Scholars, 2016, (ISBN 1443897264), p.111 [2]

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).