Daniel Conversano

Aller à la navigation Aller à la recherche

Erreur Lua dans Module:Infobox/Localdata à la ligne 29 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Daniel Conversano est un militant suprémaciste blanc français né en 1986. Il est l'une des figure de la « fachosphère », mouvance de l'extrême droite française s'étant fait connaître sur le Web à partir des années 2010. Il fait partie des nationalistes identitaires qui s'oppossent aux nationalistes civiques.

Biographie

Daniel Conversano grandit dans la banlieue grenobloise[1]. De 2005 à 2010, il est étudiant à l'université Pierre-Mendès-France - Grenoble, où il obtient un master en philosophie[2].

En 2014, il travaille comme technicien audiovisuel pour Dieudonné au Théâtre de la Main d'Or, Il y rencontre des militants d'extrême droite dont Alain Soral[1]. En décembre 2016, lors d'un débat organisé par Dieudonné l'opposant à Soral, ce dernier lui porte des coups, Conversano finit le visage en sang, la séquence fait le tour de la fachosphère et donne lieu à des détournements[3],[4],[5].

Fin 2016, il fonde Suavelos (« bonjour, bienvenue » en gaulois[6]), une structure confédérale francophone visant à la communautarisation des Blancs[7]. Le groupe compte jusqu'à 600 membres actifs[1]. Le réseau s'appuie sur une revue de presse raciste, Suavelos.eu[3] et un camp d'été réservé aux seuls blancs[3],[1],[8]. Facebook finit par bannir Suavelos et Conversano en septembre 2019[9],[10]. Cette communauté blanche prend alors le nom "des braves".

En octobre 2018, désireux de poursuivre son projet communautariste en Europe de l'Est, Conversano s'installe en Roumanie, exhortant ses sympathisants à le rejoindre[1].

Il a édité le dernier ouvrage, Guerre civile raciale, de Guillaume Faye[1],[11]du vivant de l'auteur. En 2020 il publie le roman posthume de Guillaume Faye "Nederland". Il a aussi envisagé de publier un ouvrage de Robert Faurisson, célèbre militant négationniste, mais le projet a été interrompu à son décès[1].

Il pousuit en paralèle une carrière de youtuber qu'il a débuté avec son personnage le dictateur. A présent il annime des directs à destination des nationalistes et est l'interwieveur de l'émission Vive l'europe où des personnalités de l'extrème droite française sont interwievés.

Références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Paul Conge, Les Grands-Remplacés: Enquête sur une fracture française, Arkhê éditions, (ISBN 978-2-918682-69-1) [lire en ligne (page consultée le 2021-01-03)], « Les renégats du "cauchemar multiracial" » 
  2. « Daniel Conversano », sur linkedin.com (consulté le )
  3. 3,0 3,1 et 3,2 Delphine Marion-Boulle, « Enquête sur Daniel Conversano, le YouTubeur suprémaciste à la tête de Suavelos », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  4. Sylvia Revello, « La «fachosphère» se déchaîne sur YouTube », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  5. « Drôle: quand Mozinor se paie Dieudonné et Alain Soral », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  6. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : Une approche linguistique du vieux-celtique continental, Errance, coll. « Collection des Hespérides », , 2e éd. (ISBN 978-2-87772-369-5) 
  7. « Pourquoi il faut lire « Les Grands-remplacés », l'enquête sur la nouvelle extrême droite française », sur usbeketrica.com, (consulté le )
  8. « Des militants identitaires organisent un camp d'été réservé aux "blancs de bonne éducation" », sur L'Obs (consulté le )
  9. « La galaxie Suavelos, vitrine d’un racisme décomplexé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Suavelos, le site web européen des suprémacistes blancs », sur Franceinfo, (consulté le )
  11. Paul Conge, « Suprémacisme blanc : "N’importe quel cinglé, même si ce n’est pas un cador du terrorisme, peut faire du dégât" », sur www.marianne.net, (consulté le )

Filmographie

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).