Encyclopédie Wikimonde

E.Voyageurs SNCF

Aller à : navigation, rechercher

E.Voyageurs SNCF, créé en 2018, est une filiale de SNCF Voyageurs réunissant les sites et applications Oui.sncf, « Assistant SNCF » et Rail Europe. A l’aide de ces différentes entités, E.Voyageurs SNCF s’inscrit dans la mobilité partagée, promeut et facilite la multimodalité.

Assistant SNCF

L’application mobile SNCF est devenue « Assistant SNCF » en , un « assistant personnel de mobilité »[1].

Reposant en grande partie sur l’intelligence artificielle, l’exploitation des datas et la collaboration avec des acteurs de la mobilité, l’application informe en temps réel, recommande des itinéraires « porte-à-porte » en proposant le recours à divers moyens de transport et en prenant en compte les travaux et le trafic.

À l’été 2019, l'Assistant SNCF est fonctionnel dans 100% des villes de plus de 100000 habitants, ainsi que dans 89% des villes de plus 50000 habitants[2].

L’Assistant SNCF propose un système de paiement centralisé, associé à un compte client unique et à la technologie NFC[3].

Partenariats

Karhoo, le comparateur de taxis, a permis[Quand ?] l’accès aux VTC de Marcel et de LeCab ainsi qu’à divers partenaires taxis dans 170 villes de France. Des offres de co-voiturage ont également été intégrées.[réf. nécessaire]

En , l’Assistant SNCF diversifie son offre de service en intégrant la possibilité d’acheter des titres de transport en commun et de recharger leur pass Navigo grâce à la technologie NFC en posant son smartphone sur une borne de validation[4].

En , un partenariat avec Uber permet l’intégration complète de l’offre de VTC en Ile-de-France[5].

Fin 2020, l'application propose des vélos et trottinettes en libre service dans cinq villes françaises.[réf. souhaitée]

e.Voyageurs Technologies

L’usine digitale « e-voyageurs Technologies » anciennement VSC Technologies est un pôle technologique d'environ 1 000 collaborateurs. Pour l’Assistant SNCF, « e.Voyageurs Technologies » (anciennement VSC Technologies) exploite les potentialités de l’intelligence artificielle et l’accent est également mis sur les expérimentations liées au traitement automatique du langage naturel. L’usine digitale a d’ailleurs mis au point sa propre brique NLP. L'entreprise travaille aussi sur des bots informatiques. « e.Voyageurs Technologies » a progressivement transformé le site de Oui.sncf d’un site transactionnel à un site conversationnel outrepassant ainsi un objectif purement commercial pour tendre vers une plateforme multi-canal dédiée à l’accompagnement et à l’assistance au voyage.[non neutre]

Notes et références

  1. Dalila Bouaziz, « L'appli SNCF bientôt assistant personnel de mobilité », sur https://www.ecommercemag.fr/, (consulté le )
  2. Erwan Benezet, « Les trains, mais aussi les bus, les VTC… l’appli SNCF devient l’Assistant », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. Pauline Damour, « La SNCF fait entrer les VTC Uber dans son appli », sur Challenges (consulté le )
  4. Bertrant Sabathier, « L’application SNCF permet désormais d’acheter des titres de transport RATP », sur LEFIGARO, (consulté le )
  5. Denis Fainsilber, « La SNCF embarque Uber dans son application multimodale », sur Les Echos, (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).