Encyclopédie Wikimonde

Eric Chenut

Aller à : navigation, rechercher

Militant associatif, politique et mutualiste, Eric Chenut est né en 1973. Il est le fondateur et premier président de la Mutuelle des Étudiants (LMDE) qu’il a dirigé jusqu’en juin 2001. Il est conseiller municipal d’opposition (PS) à Nancy depuis mars 2008.

Engagements mutualistes

MNEF

Eric Chenut a été élu pour la première fois au comité de section de la MNEF en avril 94. Il s’y est engagé dans le cadre des actions « prévention santé et lutte contre le sida ». Il devient président de la section Nancy-Metz de la MNEF en septembre 95. Présidence qu’il conservera jusqu’en avril 2000. De 1996 à 97, il a été vice-président de la Conférence des Présidents de la MNEF et a contribué à ce titre à l’organisation du congrès de Paris de novembre 1997. Il devient à l’issue de ce congrès délégué national en charge des questions de solidarité nationale et internationale puis assure l’intérim de la Délégation Générale de janvier à avril 1999. Élu délégué à l’Assemblé Générale sur la liste « Reconstruire ensemble la MNEF », il restera "spectateur" de la présidence de Pouria Amirshahi. Il participe à la rencontre de Charlety le 11 mars 2000 à laquelle la fin programmée de la MNEF est annoncée par les administrateurs provisoires (Philippe BORGAT et Georges MERLHE). Il prendra position pour la création d’une nouvelle mutuelle recentrée sur ses missions premières : gérer le régime obligatoire de la sécurité sociale étudiante, pierre angulaire du statut social de l’étudiant et proposer une complémentaire santé et des services adaptés aux besoins de tous les étudiants[1].

La Mutuelle des Etudiants (LMDE)

Eric Chenut est le Président-fondateur de la Mutuelle des étudiants (LMDE), créée le 12 avril 2000. Il occupera la fonction de président jusqu’au 25 juin 2001. Il fait le trait d’union entre les différentes institutions fondatrices : les organisations étudiantes (UNEF-ID, l’UNEF et la FAGE) et les organisations mutualistes (FNMF, FMF, MGEN). Il assumera la reprise des personnels de la MNEF attachés à la gestion du régime obligatoire et devra adapter les moyens gestionnaires, organisationnels et en personnels, pour retrouver l’équilibre gestionnaire au regard des remises de gestions versées[2]. Il soutiendra les organisations syndicales des personnels de la LMDE, contre les administrateurs provisoires et le liquidateur de la MNEF, pour obtenir de cette dernière la prise en compte du plan social de ses propres personnels. Le procès alors engagé par Eric Chenut, sur cette question fut gagné en cassation en 2005, aboutit à la condamnation de la MNEF et fit jurisprudence. Conformément à son engagement lors de la création de la LMDE, il quittera la Présidence lors du premier congrès [3] organisé au CAP15 le 24 et 25 juin 2001. Il aura pu avant cela imposer un tour de table aux financeurs et aux pouvoirs publics, qui aura permis d’être certain de lever 141 millions de francs (22 millions d’euros) qui permettront de compenser la création de la LMDE sans fonds propres. 650 000 affiliés, et 200 000 adhérents seront gérés par la LMDE en 2001[4]. Il deviendra alors le premier médiateur de la LMDE de janvier 2002 à septembre 2003.

Les présidents de la LMDE

  • Eric Chenut

12 avril 2000 – 25 juin 2001

25 juin 2001 -27 mars 2003

27 mars 2003 au 16 octobre 2006

16 octobvre 2006 au 15 décembre 2009

Depuis le 15 décembre 2009.

Etudiants mutualistes

"Etudiants mutualistes" est une revue de la Mutuelle des Etudiants créée à l’automne 2000 par Eric Chenut, pour assurer la relation avec les adhérents de la LMDE.

Mutuelle Générale de l'Education Nationale (MGEN)

Correspondant mutualiste au rectorat de Nancy-Metz, Eric Chenut est élu administrateur national de la MGEN en juillet 2003, à Reims et réélu pour un deuxième mandat à l’Assemblée Générale de Biarritz (juillet 2009). Il est élu au comité de section de Meurthe-et-Moselle une première fois en juin 2004. Il prendra la présidence de la section départementale à cette occasion, succédant ainsi à Alain Laic.

En 2007, il devient coordonnateur des réseaux PAS (Prévention Aide et Suivi). Il s’agit de dispositifs co-construits par le Ministère de l’Éducation Nationale et la MGEN, sur le modèle de programmes d’aide aux employés initiés aux États-Unis et au Canada. Ces actions de prévention et de promotion de la santé au travail, sont co-financées à 50% par l’employeur et la mutuelle, et permettent la mise en œuvre de dispositifs d’écoute individuelle et collective, d’actions de prévention et de promotion de la qualité de vie au travail, et de formation des personnels de direction, d’encadrement. Les principales thématiques sont la prévention des risques psychosociaux, les troubles musculo-squelettiques, les risque liés à la voix, outil de l’enseignant.

En 2009, il devient administrateur national, chargé de mission, tout en conservant la coordination des réseaux PAS. Il participera aux cotés de membres du bureau national à la définition de la politique d’action sociale, à l’élaboration d’un accompagnement social et humain des mutualistes, ainsi qu’à l’élaboration de certains actions de prévention à destination de la communauté universitaire en lien avec la Mutuelle des Étudiants.

Mutualité française

Eric Chenut a un parcours varié au sein de la Mutualité française. Elu administrateur de la Mutualité de la Moselle de 1995 à 1999, il en devient secrétaire général adjoint. Il développera notamment des actions à destination de la jeunesse. Administrateur de la Mutualité de Meurthe-Et-Moselle depuis 1996, successivement, au titre de la MNEF, de la LMDE, puis depuis 2004 au titre de la MGEN, il est membre du Bureau et préside la commission personnes âgées, personnes en situation de handicap.

Administrateur de la Mutualité Lorraine depuis 2003, il anime la commission accompagnement mutualiste et a initié le travail en réseau avec le secteur sanitaire, médico-social et en particulier avec les réseaux du handicap sensoriels et moteur.

Engagements associatifs

Droits au savoir

Membre du groupe permanente de droit au savoir, Eric Chenut préside [5]ce collectif de près de 40 organisations depuis le 7 mai 2008. Collectif national inter-handicap, inter-associatif, « Droit au Savoir » a pour objectif la formation scolaire, universitaire et professionnelle des jeunes de plus de seize ans, jusqu’à leur premier emploi stable[6].

GIHP Lorraine (Groupement pour l’Insertion des Personnes Handicapées Physiques)

Administrateur depuis 2001, il devient secrétaire général du GIHP Lorraine en 2006. Il est l’initiateur et le rédacteur de la charte éthique du GIHP et préside son comité de suivi.

APAJH (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés)

Administrateur de la fédération des APAJH depuis 2005, Eric Chenut intervient essentiellement sur les questions d’accès à l’enseignement supérieur, aux formations post bac, et à l’accès et au maintien dans l’emploi. Au plan local, vice-président du comité de Meurthe et Moselle, en charge de la communication, il mettra en place le journal de liaison avec les adhérents et de communications institutionnelles « Pages APAJH ». Il en assurera la rédaction en chef et la direction de la publication de 2004 à 2009. Il assurera l’animation de l’Union régionale de l’APAJH de 2006 à 2009. C’est à cette occasion qu’il engagera le dossier de réflexion sur l’avancée en âge des personnes en situation de handicap.

Ligue des Droits de l’Homme (LDH)

Membre de la Ligue des Droits de l'Homme depuis 1995, Eric Chenut initiera le journal de la section de Nancy de la LDH, « Nancitoyens » dont il assurera la direction de publication et la rédaction pendant huit ans. Membre du comité régional de la LDH de 98 à 2006, il présidera la fédération de Meurthe-et-Moselle de la LDH de 2001 à 2008. Il pilota notamment les dossiers concernant le droit des étrangers, des Sans-papiers, les discriminations en milieu de travail, la lutte contre l’homophobie, le sexisme et la défense de la laïcité. C’est également au titre de la Ligue des Droits de l’Homme qu’il initia des combats et des prises de paroles publiques, médiatiques multiples en faveur de la défense des libertés individuelles et publiques. Un des combats importants engagés fut celui sur les fichiers électroniques de type Edvige, et tous les flicages et conservations de données atteignant à la vie privée [7].

Réseaux LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres)

Militant actif des droits des personnes LGBT. Il sera adhérent des associations nancéiennes Homonyme de 1993 à 1999 et Équinoxe depuis 2008. Il s’est engagé dans l’ensemble des actions de lutte contre toutes les formes de discriminations et sur le dossier du PACS, du mariage, de l’homoparentalité, du don de sang pour les gays, de la reconnaissance de la déportation homosexuelle pendant la Seconde Guerre Mondiale, et depuis quelques mois sur la prévention de la sursuicidalité chez les jeunes LGBT. Il est un ardent défenseur de la création d’un centre inter-LGBT sur la Lorraine Sud. Membre de HES (Homosexualité et Socialisme), association militant pour l’égalité des droits et la lutte contre toutes les discriminations, il a travaillé sur la problématique de la sexualité en prison [8], et l'importance de créer des unités de vie familiale pour prévenir les risques d'agressions, faciliter le maintien du lien affectif et éviter des ruptures peu propices à la réinsertion une fois la peine terminée.

Engagements politiques

MJS(Mouvement des Jeunes Socialistes)

Adhérent du MJS de 1993 à 1999. Eric Chenut explique qu'il préféra toujours militer au PS que dans cette école du PS.

Parti Socialiste

Adhérent du Parti Socialiste (France)(PS), en avril 93, à la suite de la défaite historique de mars 1993, bien que critique , Eric Chenut en resta toujours adhérent. Peu engagé dans les débats internes, il fut signataire de l’appel de la « génération du changement », pour soutenir Martine Aubry, au congrès de 2008, ce qui fait qu’il est dans le majorité du PS, ce qui est peu fréquent chez ce militant irrévérencieux qui cultive sa liberté de parole.

Mandats municipale et communautaire

Elu depuis mars 2008 au Conseil Municipal de Nancy [9] et au conseil communautaire de la Communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN) sur la liste « les nancéens au cœur » soutenue par le PS et le PCF, Eric Chenut est engagé sur les dossiers sociaux. Il est à ce titre administrateur au Centre Communal d’Action Social (CCAS) de la ville de Nancy. Il a initié la newsletter du groupe des élus de gauche, « Nancy à Gauche » dont il assure la direction de publication et la rédaction en chef depuis mars 2010.

Engagement syndical

UNEF-ID (Union nationale des étudiants de France - Indépendante et Démocratique)

Adhérent de l’UNEF-ID de 1992 à 2001, Eric Chenut fut élu au conseil d’UFR de Droit, Sciences Economie et Gestion de 1993 à 1999, et fut très productif sur la réforme de la maquette des diplômes (adoptée en 1994). Il fut élu au conseil d’administration de Nancy 2 de 1994 à 2000 et fut membre du bureau de l’Université de 1996 à 1998. il marqua cette instance, par des prise de position forte, bloquant la privatisation de l’ICN et sa sortie du cadre universitaire, imposant les revendications étudiantes au travers d’une plateforme en 1996.

FEN (Fédération de l'Éducation nationale) – UNSA (Union nationale des syndicats autonomes)

Ardent défenseur de la Fédération de l'Éducation nationale, il fit partie des chevilles ouvrières qui participèrent au rapprochement de la FEN et de l’UNEF-ID. Il prit naturellement sa carte à l'Union nationale des syndicats autonomesen 2002, quand il entra à l’Éducation Nationale. Il fit partie du bureau départementale de cette organisation syndicale de 2003 à 2007.

Notes et références

  1. Article du journal Le Monde daté du 15 avril 2000 titré "Eric Chenut, nouveau président de la Mutuelle des étudiants, entend « reconstruire une mutualité étudiante sur des missions propres »"
  2. Article du Monde titré "Les salariés de l'ancienne MNEF s'inquiètent de leur sort" paru dans l'édition du 2 septembre 2000
  3. Article du journal Libération [1]
  4. Article du Monde titré "La Mutuelle des étudiants affiche ses premier succès pour faire oublier la MNEF" paru dans l'édition du 1 février 2001. "Avec 620 209 AFFILIÉS et 166 769 nouveaux adhérents recensés au 19 janvier, la Mutuelle des étudiants (MDE) espère enfin avoir tiré un trait sur les affres de la MNEF. Celle-ci a été liquidée le 17 novembre 2000, et les nouveaux dirigeants de la MDE veulent que tous l'oublient au plus vite. Il s'agit de conforter les premiers succès de leur fragile entreprise créée il y a neuf mois. « Nous serons très prochainement en mesure de démontrer, chiffres à l'appui, la viabilité de la mutuelle à trois ans », a annoncé son président étudiant, Eric Chenut, lundi 29 janvier."
  5. article du journal Le Monde [2]
  6. Télérama n°3142 du 31 mars 2010, p. 158
  7. site MJS 54 [3]
  8. site HES [4]
  9. Nancy.fr [5]

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).