Famille Anger de Kernisan

Aller à la navigation Aller à la recherche

Famille Anger de Kernisan
Image illustrative de l’article Famille Anger de Kernisan

Blasonnement De vair à un bâton de gueules alias : De vair à trois croissants de gueules alias : De sable à trois fleurs de lys d'or
Devise « Fides »
Période XVIIe siècle-XXIe siècle.
Pays ou province d’origine Drapeau de la Bretagne Bretagne

La famille Anger de Kernisan est une famille française originaire de Bretagne.

Histoire

Selon Gustave Chaix d'Est-Ange, la famille subsistante Anger de Kernisan serait une branche qui aurait perdu sa noblesse par suite de dérogeance et qui se serait détachée à une époque inconnue d'une famille Anger au diocèse de Saint-Malo, maintenue dans sa noblesse d'ancienne extraction par jugement de 1669 sur preuves de dix générations, et dont les deux branches s'éteignirent au cours du XVIIIe siècle[1].

La filiation suivie de la famille Anger de Kernisan remonte à Pasquier Anger, sieur de la Thébaudais, en la paroisse de Caro, dans le Morbihan, marié en 1647 à Mathurine Le Commandoux, et qui fut condamné a l'amende comme usurpateur de noblesse par jugement de 1671. Sa descendance, qui prit le nom de sa terre de Kernisan en la paroisse de Porspoder. Gustave Chaix d'Est-Ange ajoute qu'elle régularisa sa situation au XVIIIe siècle avec trois générations de chevaliers de Saint-Louis depuis 1745, en vertu de l'édit de 1750 sur la noblesse militaire[1],[2],[3].

Armes

  • De vair à un bâton de gueules[1].
  • Alias : De vair à trois croissants de gueules[1].
  • Alias : De sable à trois fleurs de lys d'or[1].
  • Devise : « Fides »[1].

Alliances

La famille Anger de Kernisan s'est notamment alliée aux familles : Le Commandoux, de Préaudeau, le Provost de la Voltais, de Ferron, de Castel (1902)[1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, vol. 1, Évreux, impr. de C. Hérissey, [lire en ligne], p. 211-212 
  2. E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 111
  3. Dans son travail en ligne sur la noblesse française, Arnaud Clement cite six références de sources et conclut « Débouté à la réformation de la noblesse le faute de produire. Anobli ? par trois générations de chevaliers de Saint-Louis depuis 1745. Noblesse contestée par Chaix d'Est-Ange. » (Arnaud Clement, La noblesse française, 2020, [lire en ligne]).

Voir aussi

Bibliographie

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, vol. 1, Évreux, impr. de C. Hérissey, [lire en ligne], p. 211-212 

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la généalogie
  • Portail de la Bretagne