Famille de Waresquiel

Aller à la navigation Aller à la recherche

de Waresquiel
Image illustrative de l’article Famille de Waresquiel
Armes de la famille.

Blasonnement D’azur, au chevron d’or, accompagné de deux étoiles du même en chef et en pointe d’une merlette du même
Pays ou province d’origine Flandre (Belgique)
Demeures Château de Poligné
Récompenses civiles Prix Chateaubriand
Récompenses militaires Ordre national de la Légion d'honneur

La famille de Waresquiel de Mesgalland[1] est une famille subsistante de la noblesse française, originaire de Flandre. Elle compte notamment l'historien Emmanuel de Waresquiel.

Histoire

Cette famille fut anoblie par Philipe IV d'Espagne en 1643 et confirmée en France comme noble en 1728 comme comtes de Mez-Galand. Régis Valette écrit qu'elle fut anoblie en la personne d'un secrétaire du roi (1681-1715). Elle fut admise aux états de la noblesse[réf. nécessaire] en 1777. Sa filiation remonte à 1495 avec Pierre Waresquiel[réf. nécessaire].

Originaire des Pays-Bas, elle a donné un conseiller du roi, audiencier en la chancellerie de Tournay ; une de ses branches s'est fixée à Lille[2].

François-Marie Waresquiel a comparu aux assemblées de la noblesse de Flandre en 1789[3].

Dans une pièce intitulée « Marchands de canons » de Maurice Rostand représentée en 1933 au Palace, l'auteur a donné le nom « de Waresquiel » à un personnage vendeur de munitions souhaitant la guerre. L'abus de nom involontaire ne s'est prolongé que 6 jours[4].

Personnalités

Cette famille compte deux personnalités :

François de Waresquiel (1747 - 1821), écuyer, seigneur de Saint-Obin.

Emmanuel de Waresquiel, historien né en 1957.

Texte alternatif pour l'image
Emmanuel de Waresquiel

Titres

Blason de la famile de Waresquiel de Mesgalland
«D’azur, au chevron d’or, accompagné de deux étoiles du même en chef & en pointe d’une merlette du même».

Cette famille porte les titres de comte de Metzgaland, et de comte romain (1905)[réf. souhaitée].

Possession

Cette famille possède le château de Poligné à Forcé en Mayenne[réf. souhaitée].

Notes et références

  1. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire universel d'agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manége, David le jeune, [lire en ligne (page consultée le 2022-09-09)] 
  2. Non précisé, « Les grands mariages », Le Sport : journal des gens du monde,‎ (lire en ligne)
  3. Annuaire de la noblesse de France, [lire en ligne] 
  4. « Ils réclamaient 200 000 francs : ils en obtiennent 6000 ! », Le Populaire,‎ (lire en ligne)

Bibliographie

  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire universel d'agriculture et de jardinage, de fauconnerie, chasse, pêche, cuisine et manége, David le jeune, [lire en ligne (page consultée le 2022-09-09)] 
  • Paul Denis du Péage, Recueil de généalogies lilloises, éd. Imprimerie Lefebvre-Ducrocq, Lille, 1908
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante
  • Bottin mondain

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).