Encyclopédie Wikimonde

Fondation de l’Ordre des Chevaliers de Rondmons

Aller à : navigation, rechercher
Fondation de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons
Cadre
Forme juridique Fondation d'entreprise
Fondation
Fondation février 1999
Fondateur Pierre Bertherin Gruyères
Identité
Siège Romont (Suisse)
Site web www.rondmons.org

La Fondation de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons est un ordre de chevalerie contemporain en Suisse. Elle a été créée le 12 février 1999. Elle défend des projets patrimoniaux, culturels et caritatifs.[1],[2],[3]

Objectifs et base légale

Buts et objectifs

  • Créer, gérer, protéger des noms de chevalerie, des titres et des blasons destinés uniquement aux chevaliers de l'ordre;
  • Conférer ou retirer les titres de noblesse dont elle est propriétaire à tous les chevaliers de l'ordre;
  • Constituer un fonds pour la rénovation, l'acquisition, la transformation et la location d'immeubles (éventuellement châteaux) à l'intention des chevaliers de l'ordre;
  • Veiller à ce qu'une transparence totale existe au sein de l'ordre et qu'elle ne soit jamais sectaire;
  • Favoriser le développement d'une nouvelle chevalerie dont les principes doivent être basés sur un comportement de type idéaliste.

Base légale

Les documents officiels de droit civil de la Fondation de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons sont volontairement exposés sur son site internet au nom de la transparence. Ils prouvent la licéité des buts, les organes de contrôle des comptes, le droit d’émission et du port des titres dans le monde entier et les décisions de justice. Les titres acquis sont suivis du suffixe « Farge » pour les distinguer des titres d’anciens régimes qui n’ont plus de base légale. [2]

L'Ordre des Chevaliers de Rondmons dispose d'une charte constitutionnelle et d'une Cour d'honneur (visible sur son site web)soutenue par de nombreuses personnalités politiques (ministres, préfets, députés), culturelles (artistes, musiciens) et militaires (généraux). Cet ordre démocratique est ouvert à tous, hommes et femmes, sans distinction de race, de religion, d’appartenance politique ou de critères de fortune.[1]

Pierre Bertherin de Gruyères, Fondateur et Président de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons.

Origine du nom

Le nom de "Rondmons" provient de l'ancien nom de la Ville de Romont (Fribourg) située dans le district de la Glâne dans le Canton de Fribourg en Suisse.[1]

Ambassade de l'OCR pour le Canada et le Québec

En 2015, la Fondation de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons a créé une ambassade pour le Canada et le Québec, dans le but de développer ses relations et ses projets au Canada, en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde.

Armorial

L'Ordre des Chevaliers de Rondmons (OCR) possède un armorial de 64000 blasons (voir: blasonnement) avec pour chacun un nom particulier. Cet ensemble unique au monde est protégé par cette fondation qui en assure la pérennité. L'Ordre publie aussi un armorial des Chevaliers titrés.

Réalisations

Armorial de l'Ordre des Chevaliers de Rondmons

Les projets patrimoniaux de la Fondation

Il s'agit de restaurer et de préserver des bâtiments anciens laissés à l'abandon, par manque de moyens, et qui font partie d'une mémoire et d'un patrimoine commun.

  • La Tour de Billens à Romont, monument du XIV siècle. Vitrine de la Fondation et base de réception pour les Chevaliers de Rondmons, ouverte au public.[1]
  • Le Château d'Illens, entre Bulle et Fribourg en Suisse. Conservation et mise en valeur du site. La Cour d'honneur s'est constituée autour de ce projet. Depuis 2008 une nouvelle association indépendante de la Fondation s'est constituée autour de ce projet présidé par l'ancienne ministre d'Etat, Madame Roselyne Crausaz, sous le nom de Association Château d'Illens. La Fondation soutien concrètement cette association par la mise à disposition des compétences de ses Chevaliers. Elle incite les Chevaliers titrés à faire partie de cette association.
  • L'Association Suisse Châteaux-forts.
  • De multiples associations de défense du patrimoine, caritatives et culturelles.

Les projets culturels de la Fondation

Pour soutenir et stimuler la créativité, essentiellement pour la mise en valeur des objets patrimoniaux. Événements culturels :

  • Création et balisage du Chemin de Cluny, reliant Romont en Suisse, en passant par Romainmôtier et la Bourgogne pour rejoindre l'Abbaye de Cluny en France. 300 km à pied.
  • La Fête du Sanglier, qui a eu lieu sur le site d'Illens en septembre 2001 et qui a eu un impact retentissant sur la région en attirant plus de 7000 visiteurs.
  • Invité d'honneur au Comptoir gruérien 2002. Plus de 130'000 visiteurs ont pu apprécier les facettes de la Fondation qui a mis sur pied une succession d'événements.

Les projets caritatifs de la Fondation

En venant en aide, par respect et par altruisme, à des gens qui se trouvent dans une situation douloureuse ou précaire. Ces œuvres se veulent de proximité et ponctuelles.

  • Fondation pour l'aide aux familles de la Gruyère (AFAG). Apolitique et non confessionnelle, cette fondation ne poursuit aucun but lucratif et est reconnue d'utilité publique par les Autorités. Tous les membres du conseil de fondation s'engagent bénévolement à la cause des plus démunis.
  • Association Saint Vincent de Paul, reconnue pour ses œuvres de proximité.
  • Association ENED de Jaklyn Krieg, qui s'occupe en particulier à développer l'éducation des enfants des rues de St-Domingue.
  • Soutien moral et financier à des Chevaliers en détresse.
  • Soutien financier au pèlerinage « Entre Terre et Ciel », classe d'enfants en marche de Romont à Taizé sur le Chemin de Cluny.

Commentaires

La particularité de cet ordre de chevalerie contemporain est la réforme des titres d'anciens régimes en méritocratie dans un idéal de courtoisie. Cette notion implique que les titres démocratiques de Rondmons ne relèvent pas d’une monarchie mais d’une institution de droit public.

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Angel, Marie-Paule, « Les chevaliers du troisième millénaire », La Gruyère,‎ (lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 Golla, Mathilde, « Comment devenir Lord pour une poignée d'euros », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. Pomey, Raphaël, « Payez 1800 francs et devenez chevalier », 20 minutes,‎ (lire en ligne)

Liens externes