Encyclopédie Wikimonde

Français de la Paroisse Terrebonne, Louisiane

Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite de la grammaire de la langue française telle qu'elle est parlée dans la Paroisse Terrebonne en Louisiane.

Ordre des mots

L'ordre des mots dans la phrase simple est le même qu'en français de France. Sujet – verbe – complément.

Exemple
Mon cousin et sa fiancée va arriver à six heures.

Forme négative

La forme négative se construit en ajoutant simplement pas après le verbe.

Exemple
Je comprends pas.

Forme interrogative

La forme interrogative s'obtient de deux façons.

I. La façon la plus facile de transformer une phrase affirmative en une phrase interrogative consiste à donner une intonation montante à la fin de la question.

Exemples
Affirmatif
J'ai gagné!
Interrogatif
J'ai gagné?

II. Utiliser est-ce que. L'expression est-ce que est sortie de l'usage courant. Mais elle est toujours comprise par les locuteurs comme une forme ancienne.

Exemples
Affirmatif
Tu parles français.
Interrogatif
Est-ce que tu parles français?

Noms

Genre

Comme en français international, tous les noms sont soit masculins, soit féminins. Il n'y a pas de genre neutre. Les noms qui désignent des personnes ou des animaux de sexe masculin sont du genre masculin. Les noms qui désignent des personnes ou des animaux de sexe féminin sont du genre féminin. Cependant, cette règle n'est d'aucun secours pour l'identification du genre de tous les noms qui ne désignent ni les personnes ni les animaux de sexe masculin ou féminin. La meilleure façon de connaître le genre de ces noms est de mémoriser l'article défini avec chaque nouveau nom appris.

Remarque : Certains noms peuvent avoir un genre différent en Louisiane et en France.

Exemples
Louisiane France
une bol un bol
une crabe un crabe

Article défini

L'article défini s'accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il accompagne. Les formes de l'article défini sont :

Article défini
masculin féminin
singulier le (l') la (l')
pluriel les les

Remarque concernant les articles définis :

  1. Les est la seule forme du pluriel de l'article défini.
  2. L' ne s'utilise qu'avec les noms commençant par une voyelle ou un h muet. Pour identifier le genre de ces noms on utilisera l'article indéfini.

Pluriel des noms

Pour la plupart des noms, le pluriel se forme en ajoutant un –s à la forme du singulier (-s non prononcé). Les règles sont celles du français international.

Pluriels Réguliers
singulier pluriel
la capitale les capitales
le mot les mots
le crayon les crayons

Exceptions

1. Les noms dont le singulier se termine par –s, -x, ou –z ne prennent aucune autre marque au pluriel.

Pluriel des noms - Exceptions
singulier pluriel
le bras les bras
la voix les voix
le nez les nez

2. Les noms se terminant par –au ou –eu au singulier prennent un –x au pluriel.

Pluriel des noms - Exceptions
singulier pluriel
le bateau les bateaux
le feu les feux

3. Les noms terminés par –al ou –ail au singulier prennent à la place la terminaison –aux au pluriel.

Pluriel des noms - Exceptions
singulier pluriel
le cheval les chevaux
le travail les travaux

4. Quelques cas particuliers :

Pluriels particuliers
singulier pluriel
l'œil les yeux
monsieur messieurs
madame mesdames

Article indéfini

L'article indéfini est un devant un nom masculin et une devant un nom féminin.

Article indéfini
masculin féminin
un restaurant une chaise
un chemin une bassine

Comme indiqué précédemment, l'article indéfini permet d'identifier le genre des noms commençant par une voyelle ou un h muet.

Article indéfini
masculin féminin
un éléphant une armée
un océan une isle
un homme une habitation

Adjectifs qualificatifs

Les adjectifs s'accordent en genre et en nombre avec les noms sur lesquels porte leur sens. Un nom masculin singulier exige la forme masculin-singulier de tous les adjectifs qui l'accompagnent. Un nom féminin-pluriel exige la forme féminin-pluriel des adjectifs. D'où les quatre formes possibles de l'adjectif : masculin singulier, féminin singulier, masculin pluriel et féminin pluriel.

Le féminin singulier des adjectifs

Le féminin singulier des adjectifs se marque en ajoutant la lettre –e à la forme du masculin singulier. Cependant, si la forme du masculin singulier se termine déjà par un –e, on n'ajoute rien puisque, dans ce cas, le masculin singulier et le féminin singulier sont identiques. Voir les exemples suivants :

Marques de l'adjectif au féminin singulier
masculin singulier féminin singulier
un grand lac une grande chevrette
un bayou salé une crabe salée
un siau vide une tasse vide
un char rouge une maison rouge
Exceptions courantes
masculin singulier féminin singulier Exemples
terminaison en devient masculin féminin
-eux -euse courageux courageuse
-er -ère fier fière
-el -elle traditionnel traditionnelle
-en -enne chien chienne
-f -ve neuf neuve
Adjectifs irréguliers
masculin singulier féminin singulier
blanc blanche
bon bonne
doux douce
faux fausse
frais fraîche
sec sèque

Les trois adjectifs suivants ont aussi, en plus d'un féminin irrégulier, une deuxième forme du masculin utilisée devant un nom masculin commençant par une voyelle ou un h muet. Ces adjectifs sont parmi les plus courants de la langue.

Adjectifs irréguliers – 2e forme du masculin
masculin singulier 2e forme du masculin singulier féminin singulier
beau bel belle
nouveau nouvel nouvelle
vieux vieil vieille

Pluriel des adjectifs

Le pluriel de la plupart des adjectifs se forme en ajoutant un s à la forme du singulier.

Pluriel des adjectifs
masculin singulier masculin pluriel
le châssis sale les châssis sales
le chemin croche les chemins croches
féminin singulier féminin pluriel
la maison rouge les maisons rouges
la chevrette blanche les chevrettes blanches

Exceptions courantes :

1. La forme du masculin pluriel ne change pas si la forme du masculin singulier se termine par un s ou un x.

Pluriel des adjectifs - Exceptions courantes
masculin singulier masculin pluriel
un livre gris deux livres gris
Il est vieux. Ils sont vieux.

2. Les adjectifs se terminant par –eau prennent un x au masculin pluriel.

Pluriel des adjectifs - Exceptions courantes
masculin singulier masculin pluriel
un nouveau char les nouveaux chars
le beau portrait les beaux portraits

Place des adjectifs

Les adjectifs se placent généralement après le nom qu'ils qualifient.

Place des adjectifs
une crabe molle
un chaoui mort
les souliers noirs
les robes barrées

Voici une liste d'adjectifs courants qui se placent normalement AVANT les noms qu'ils qualifient.

Place des adjectifs
masculin singulier masculin pluriel féminin singulier féminin pluriel
beau (bel*) beaux belle belles
bon bons bonne bonnes
cher chers chère chères
grand grands grande grandes
jeune jeunes jeune jeunes
joli joli jolie jolies
long longs longue longues
mauvais mauvais mauvaise mauvaises
meilleur meilleurs meilleure meilleures
nouveau (nouvel*) nouveaux nouvelle nouvelles
petit petits petite petites
vaillant vaillants vaillante vaillantes
vieux (vieil*) vieux vieille vieilles

* Adjectifs possédant une 2e forme du masculin singulier avant les noms commençant par une voyelle.

Place des adjectifs
un cher ami
une grande pirogue
une bonne fricassée
le mauvais temps
une vaillante femme
le beau temps
une jeune fille
mon meilleur ami
les nouveaux corbillards
la petite maison
le vieux magasin
un long bateau

Pronoms

Dans la Paroisse de Terrebonne, les pronoms s'utilisent à peu près comme les noms qu'ils remplacent.

Pronoms personnels

Les pronoms personnels représentent des êtres vivants ou des choses. Voici un tableau des pronoms personnels sujets utilisés dans le français de la Paroisse Terrebonne.

Pronoms personnels
Singulier
je/j'/ej'
tu/ti
il/i'
alle/a'
Pluriel
on
vous-autres
ils
eusse
ça
eux-autres
Politesse
vous

Je

  1. Devant un verbe commençant par une voyelle le –e de je se contracte ou s'élide pour devenir j'. Devant des verbes commençant par une consonne, ce phénomène est aussi très fréquent, mais pas universel. On peut donc entendre en Louisiane je veux ou j'veux, mais on entendra toujours j'ai.
  2. On entendra parfois aussi ej devant des verbes commençant par une consonne. Il est possible, par exemple, que je veux, soit aussi prononcé ej'veux.
  3. La forme disjointe du pronom est fréquente, mon (ici = moi) précédant souvent je pour marquer l'insistance : Mon, je veux partir.

Tu/Vous

  1. Tu s'élide devant une voyelle pour devenir t', comme dans t'écoutes. Devant une consonne, tu se prononce ti.
  2. Bien que vous puisse s'utiliser comme pronom singulier en Louisiane, il est habituellement réservé pour les situations solennelles ou, plus couramment, pour témoigner de son respect envers un ou plusieurs aînés.
  3. En français, le pluriel habituel de tu comme de vous est vous-autres.

Il

  1. Pronom sujet masculin singulier (se réfère à un humain de sexe masculin comme à tout nom de genre masculin, comme en français international).
  2. Devant une consonne, le pronom il se prononce i en général. Les auteurs louisianais l'écrivent habituellement i' : I’ va jamais te dire la vérité. Mais on aura : Il est beaucoup vaillant.

Alle

  1. Comme pour il, le L n'est habituellement pas prononcé devant une consonne. Les locuteurs disent couramment “A’ veut partir” et “Alle est partie”.

On

  1. Comme en français familier dans le monde entier, on s'utilise comme équivalent de “nous”.
  2. On est souvent précédé du pronom nous-autres. Nous-autres, on est du monde fier.

Vous-autres

  1. Vous-autres est à la fois le pluriel de tu et de vous.
  2. Vous-autres est, en règle générale, suivi de la même forme verbale qu'à la troisième personne du singulier, il : Vous-autres va au bal à soir?

Ils

  1. A la troisième personne du pluriel, la forme du féminin elles est rarement utilisée.
  2. Ils peut être à la fois la forme du masculin et du féminin.

Eusse, Ça, Eux-autres

  1. En Louisiane, la troisième personne du pluriel (ils) s'exprime de diverses façons : ils, eusse, ça, et eux-autres.
  2. Eusse, en tant que pronom sujet, est courant dans les Paroisses de Terrebonne et de Lafourche, mais n'est pas la règle générale ailleurs en Louisiane.
  3. Les autres formes sont assez largement distribuées géographiquement et, individuellement, les locuteurs utilisent souvent plusieurs de ces formes.
  4. Certains locuteurs âgés utilisent couramment les terminaisons verbales –ent ou –ont avec ils, tandis qu'ils utilisent la terminaison de la troisième personne du singulier avec ça, eux-autres et eusse. Il y a cependant une certaine variabilité, car certains locuteurs utilisent une forme verbale plurielle avec eux-autres et/ou eusse.
  5. La terminaison verbale –ont est en train de tomber rapidement en désuétude dans les Paroisses de Terrebonne et de Lafourche ; elle ne s'entend plus guère.
  6. Ça s'utilise aussi pour “on” ou “les gens”. Ça parle français là-bas?

Pronoms démonstratifs

Les pronoms démonstratifs s'accordent en genre et en nombre acec le nom qu'ils représentent.

Pronoms démonstratifs
Masculin singulier
çui-là
çui-là là
l'autre
çui-là icitte
Singulier féminin
cette-là
cette-là là
l'autre
cette-là icitte
Masculin et féminin pluriels
ceuse-là
ceuse-là là
les autres
ceuse-là icitte
Exemples
Masculin singulier
Cet homme (icitte) est plus grand que çui-là.
Cet homme est plus vieux que l'autre.
J'veux pas çui-là, j'veux çui-là là.
Donne-mon çui-là icitte.
Féminin singulier
Cette femme (icitte) est plus grande que cette-là.
Cette femme est plus vieille que l'autre.
J'veux pas cette-là, j'veux cette-là là.
Donne-mon cette-là icitte.
Masculin et féminin pluriels
Ces hommes (icitte) sont plus grands que ceuse-là.
Ces hommes sont plus vieux que les autres.
J'veux pas ceuse-là, j'veux ceuse-là là.
Donne-mon ceuse-là icitte.

Pronoms interrogatifs

Pronoms interrogatifs
qui
quand/équand
comment
ayoù/éyoù
combien
quo' faire

Qui

Qui
Sujet qui
qui-ce qui
qui c'est qui
qui qui
Attribut du sujet qui-ce qui
qui c'est (que)
qui-ce que c'est (que)
Complément d'objet direct qui
qui-ce (que)
qui c'est (que)
qui que
Complément d'objet indirect qui
qui-ce (que)
qui c'est (que)
Question tag qui
C.O.D. d'un infinitif qui

Sujet

  • Qui-ce qui va m'arriver demain? (France : Qu'est-ce qui va m'arriver demain ?)
  • Qui c'est qui fait ces berceuses? (France Qui fait ces fauteuils à bascule ?)


Qui devient qu' devant un mot commençant par une voyelle.

  • Qui-ce qu'après arriver? (France : Qu'est-ce qui se passe ?)
  • Qui-ce qu'alle a fait? (France : Qu'est-ce qu'elle a fait ?)


Attribut du sujet

Quand qui est attribut du sujet, la construction habituelle est Qui c'est… ou, au passé, Qui c'était…

  • Qui c'est le nom de cette chanson? (France : Quel est le nom de cette chanson ?)
  • Qui c'est ça? (France : Qu'est-ce que c'est que ça ?)


Variante : qui-ce (que).

  • Qui-ce que des caniques? (France : Qu'est-ce que c'est, des billes ? ou : Qu'est-ce que des billes ?)


Il est très courant d'utiliser qui tout seul comme complément d'objet à la forme interrogative.

  • Qui vous-autres va faire demain? (France : Qu'est-ce que vous allez faire demain ?)
  • Qui t'après parler de? (France : De quoi tu parles ? / De quoi parles-tu ?)

Remarque: Qui t'après parler de? Ce qui peut sembler un calque de l'anglais est, en fait, une construction attestée dès le Moyen Âge et dans certains dialectes de France, ainsi que dans le parler populaire.


Le salut familier Qui ça dit ? et l'expression Qui y a ? sont également des exemples du même emploi.

  • Qui ça dit? (France : Quoi de neuf ?) [Littéralement : Qu'est-ce qu'ils disent ?]
  • Qui y a? (France : Qu'est-ce qu'il y a ?)


Complément d'objet direct

Quand qui est complément d'objet direct, les formes qui-ce que et qui c'est que sont souvent utilisées.

  • Qui-ce que tu veux savoir là? (France : Qu'est-ce que tu veux savoir ?)
  • Dis-mon qui-ce que tu veux. (France : Dis-moi ce que tu veux.)

Le dernier que est parfois absent dans cette construction.

  • Je sais pas dans qui ça mettait ça avant. (France : Je ne sais pas dans quoi on mettait ça avant.)
  • Ça dépend de qui-ce que je parle. (France : Ça dépend de quoi je parle.)


Fins de phrases interrogatives

Qui s'utilise seul dans les fins de phrases interrogatives, les exclamations et les questions échos.

  • Mon, je sais pas s'il était après venir en enfance, ou qui. (France : équivalent de ou quoi)
  • Qui, tu rôdailles toute la journée icitte? (France : Quoi !)
  • Je me demande qui a acheté qui. (France : qui a acheté quoi)


Complément d'objet d'un infinitif

Qui s'utilise aussi seul quand il est complément d'objet d'un infinitif.

  • Tout-ce qu'il fait c'est les montrer qui faire. (France : Tout ce qu'il fait, c'est leur montrer quoi faire.)
  • J'connais pas qui faire. (France : Je ne sais pas quoi faire.)

Pour éviter toute ambiguïté, le mot comment peut être utilisé à la place de qui lorsqu'on n'a pas bien entendu quelque chose.

Exemples

  • Qui t'as fait hier? (France : Qu'est-ce que tu as fait hier ?)
  • Comment? [Je n'ai pas compris ta question.]

Quand/Équand

Le mot quand est normalement complété du préfixe é-. Il est très courant d'entendre équand. Comme pour qui, on peut avoir les ajouts facultatifs des suffixes –ce que et –ce.

Exemples

  • Équand tu vas revenir?
  • Équand-ce qu'il va commencer l'école?
  • Équand-ce le bateau a calé, j'ai nagé au platin. (France : Quand le bateau a coulé, j'ai regagné le bord du bayou à la nage.)

Comment

Avec comment, le verbe qui suit est souvent omis.

Exemples

  • Comment ta mère? (France : Comment va ta mère ?)
  • Comment les enfants? (France : Comment vont les enfants ?)
  • Comment les crabes molles? (France : Comment sont les crabes ?)

Dans tous les autres cas, le mot comment a une construction régulière. Mais le suffixe -ce est peu utilisé avec comment, étant donné la confusion possible entre comment-ce et commence.

Exemples

  • Comment t'as fait ça?
  • Comment-ce qu'on va payer pour ça?

Àyoù/Éyoù

Les mots àyoù et éyoù sont tous les deux utilisés pour le français international “où”. Ils suivent les mêmes règles que le mot comment, le verbe qui suit (être) pouvant, là aussi, être omis. Ayoù et éyoù sont interchangeables.

Exemples

  • Àyoù les enfants? (France : Où sont les enfants ?)
  • Le trou, c'est là àyoù le plus de chevrettes. (France : Le trou, c'est là où il y a le plus de crevettes).
  • Éyoù-ce que t'es parti? (France : Où vas-tu ? fam. Où tu vas ?).

Combien

Même emploi qu'en français standard, mais avec l'ajout possible d'un que (que l'on trouve en France dans le parler relâché).

Exemples

  • Combien de chevrettes (que) tu veux?
  • Combien de jours (qu')y a dans le mois de juliette?
  • Combien? (Quel nombre ? Quelle quantité ?)

Quo' faire

L'expression quo’ faire (= quoi faire) signifie “pourquoi” et s'emploie de la même façon que “pourquoi”. Remarque : le synonyme “pourquoi que” est tombé en désuétude dans la paroisse de Terrebonne.

Exemples

  • Quo' faire t'as été là-bas?
  • Quo' faire on peut pas aller?
  • J'connais pas quo' faire eusse a fait ça. (France : Je ne sais pas pourquoi ils ont fait ça)
  • Quo' faire? (France : Pourquoi ?)

Quand “pourquoi que” était en usage dans la paroisse de Terrebonne, l'emploi était le même que “quo’ faire”.

  • Pourquoi que t'as fait ça?
  • J'connais pas pourquoi qu'eusse a fait ça.

Pronoms relatifs

Les mots qui, employé dans la fonction de sujet, et que, employé dans la fonction d'objet direct, sont les pronoms relatifs les plus importants. Qui et que peuvent tous les deux faire référence à des personnes ou à des choses, au singulier ou au pluriel. Qui et que deviennent tous les deux qu' devant une voyelle. Que peut être omis lorsqu'il est pronom relatif, exactement comme “that” peut l'être en anglais.

Exemples

  • J'ai acheté l'éprévier que tu voulais.
  • Ça, c'est doëtte la femme qu'eusse était 'pé parler après. (France : Ça doit être la femme dont ils parlaient.)
  • J'connais une femme qui fait des catins à la main. (France : Je connais une femme qui fait des poupées à la main.)
  • Il m'a donné une toyasse qu'a guéri ma toux. (France : Il m'a donné une tisane qui a guéri ma toux.)

Pronoms relatifs composés

Le relatif ça qui (en France : ce qui) est celui qui est employé dans la fonction de sujet et ça que (France : ce que) celui qui est employé dans la fonction d'objet direct. Comme à chaque fois, que et qui deviennent qu' devant une voyelle.

Exemples

  • Tu peux prendre ça que tu veux.
  • On connaît pas ça qui fait ce sérail-là.

Dans ça que, suivant les locuteurs, le que peut être supprimé.

  • Tu peux pas dire ça tu veux.
  • J'ai fait ça je pouvais.

Pronoms réfléchis

Les pronoms réfléchis ne s'emploient qu'avec des verbes pronominaux. Ils s'accordent toujours avec le sujet. Comme les pronoms compléments, les pronoms réfléchis se placent juste devant le verbe à tous les temps, sauf à l'impératif. Me, te et se deviennent m', t et s devant une voyelle.

Reflexive pronouns
je me/m'
tu te/t'
vous vous
il/i' se/s'
alle/a' se/s'
on se/s'
vous-autres se/s'
ils se/s'
eusse se/s'
eux-autres se/s'
ça se/s'

Exemples

  • J'vas m'acheter un nouveau char.
  • Équand-ce que vous vous couchez, madame?
  • I' s'a cassé la jambe.
  • On se débarrasse bien en anglais. (France : On se débrouille bien en anglais.)
  • Eux-autres se parle tous les jours. (France : Ils se parlent tous les jours.)

Pronoms indéfinis

Les pronoms indéfinis sont des pronoms qui représentent des noms qui ne sont pas précisés. Ils peuvent occuper la fonction de sujet, de complément d‘objet direct ou de complément d’objet indirect.

Interrogative pronouns
un(e) autre
d'autres/des autres
certain(e)s
chacun(e)
plusieurs
quèque chose
quèqu'une
quèques-unes
toutes les affaires
tout le monde

un(e) autre, d'autres/des autres, certain(e)s, chacun(e), plusieurs, quèques-unes

Ces mots doivent avoir un antécédent (un mot, une expression, ou une proposition auxquels un pronom fait référence).

Exemples

  • Alle a perdu sa maison pour Rita, ça fait, a' s'a acheté une autre.
  • J'peux pas décider équel char j'veux parce qu'y en a plusieurs.
  • T'as li tes livres pour l'école? Ouais, j'ai li chacun.

un(e) autre, d'autres/des autres, certain(e)s, plusieurs, quèques-unes

Ces pronoms s'emploient aussi pour exprimer la quantité. Aussi doivent-ils être précédés du pronom en quand ils sont en position de complément d'objet direct et que le nom est supprimé.

Exemples

  • Y a d'autres femmes (que) tu peux marier. → Y en a d'autres (que) tu peux marier.
  • Y a certaines plantes qui peut te guérir. → Y en a certains qui peut te guérir.


chacun(e), plusieurs, quèques-unes

Ces pronoms peuvent être modifiés par l'ajout de d'entre + eux-autres, eusse, nous-autres ou vous-autres, ou par l'ajout de de + nom, mais ils restent à la troisième personne.

Exemples

  • Chacune de mes sœurs est mariée.
  • Quèques-unes d'entre vous-autres sont parées.
  • Plusieurs de mes padnas sont icitte. (France : padnas = partners = copains)

chacun(e), quèque chose, quèqu'une, tout le monde, toutes les affaires

Ces pronoms entraînent toujours la marque verbale de la troisième personne du singulier, sauf toutes les affaires.

Exemples

  • Chacun(e) d'entre vous-autres va le faire.
  • Quèque chose a tombé au plancher.
  • Quèqu'une a volé mon bateau!
  • Tout le monde est icitte.
  • Toutes les affaires sont bonnes.

quèque chose, quèqu'une

Quand ces pronoms sont suivis d'un modificatif (un adjectif, par exemple), la préposition de doit être utilisée entre le pronom et le modificatif.

Exemples

  • Mame m'a acheté quèque chose de bon.
  • Quèqu'une de drôle est après voler ton char! (France : Quelqu'un de bizarre est en train de voler ta voiture).

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).