Encyclopédie Wikimonde

Fusillade de Saint-Just

Aller à : navigation, rechercher

Fusillade de Saint-Just
Date 22 décembre 2020
Lieu Saint-Just, Puy-de-Dôme (Drapeau de la France France)
Type Fusillade de masse
Morts 4 (dont l'auteur)
Blessés 1
Auteurs Frédérik Limol
Motif Violence domestique
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 768 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France) <div style="position:absolute;border:none;line-height:0px;top:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;left:Erreur d’expression : opérateur < inattendu.%;">
Fusillade de Saint-Just

La fusillade de Saint-Just est une fusillade de masse survenue le dans le hameau de Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, en France lors de laquelle trois membres de la gendarmerie nationale ont été tués et un quatrième a été blessé.

Déroulement

Saint-Just (Puy-de-Dôme), commune où s'est déroulé le drame.

Peu après vingt et une heures, le , trois gendarmes se sont rendus dans une résidence en réponse à des violences conjugales. Le suspect, identifié comme étant Frederik Limol, 48 ans, faisant partie de la mouvance survivaliste[1],[2], a tiré sans avertissement des coups de feu blessant un gendarme qui succombera à ses blessures et en blessant un autre. Après que Frédérik Limol a mis le feu à sa maison, il a tué deux autres gendarmes. Selon le maire de Saint-Just François Chautard, la maison de Frédérik Limol a été détruite par l'incendie. Limol a été retrouvé mort à proximité de sa voiture après avoir perdu le contrôle de celle-ci[3]. La presse a révélé, par la suite, que le tueur avait piégé sa voiture pour que celle-ci actionne une arme à feu à l'ouverture de la portière avant droite[4].

L''ex-épouse du tireur avait plusieurs fois alerté les forces de l’ordre et porté plainte[5].

Victimes

Les gendarmes tués sont Cyrille Morel, 45 ans, Remi Dupuis, 37 ans et Arno Mavel, 21 ans[6].

Réactions

Le président français Emmanuel Macron a publié sur son compte Twitter : « Ils intervenaient pour secourir une femme victime de violences conjugales dans le Puy-de-Dôme, trois gendarmes ont été tués, un quatrième blessé. La Nation s'associe à la douleur des familles. Pour nous protéger, nos forces agissent au péril de leur vie. Ce sont nos héros »[7]. Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a affirmé, qu'au regard de l'histoire de la Gendarmerie nationale, cet événement est l'un des « plus tragiques »[3].

Notes et références

  1. « Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : « Je vais être un killeur de keufs » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Damien Mestre, Jean-Luc Boujon et Thibaud Le Meneec, « Trois gendarmes tués : qui était le forcené "survivaliste" de Saint-Just ? », sur Europe 1, (consulté le ).
  3. 3,0 et 3,1 AFP, « L’homme qui a tué trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme voulait commettre un « carnage » », Le Monde, (consulté le ).
  4. Mélanie Vecchio et Clément Boutin, « Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme: l'auteur des coups de feu avait piégé son véhicule », sur BFM TV (consulté le ).
  5. Amaelle Guiton et Sonia Reyne, « Avant le drame de Saint-Just, un ex-conjoint insaisissable », sur Libération.fr, (consulté le )
  6. Laure Bretton, « Hommage aux trois gendarmes tués, début de polémique sur les violences conjugales », sur Libération.fr, (consulté le )
  7. « "Ce sont nos héros" : l'hommage d'Emmanuel Macron aux trois gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme », LCI, (consulté le ).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).