Encyclopédie Wikimonde

Gérard Basiletti

Aller à : navigation, rechercher
Gérard Basiletti
Naissance
Is-sur-Tille, Bourgogne
Décès 60 ans an)
Montbéliard, Franche-Comté
Nationalité Français
Activité principale
Distinctions

Gérard Basiletti, né le 12 juillet 1947 à Is-sur-Tille en Bourgogne-Franche-Comté et mort le 3 mai 2008 à Montbéliard, est un peintre, illustrateur et sculpteur français.

Biographie

Issu d’une famille modeste, ainé d’une fratrie de cinq enfants, Gérard Basiletti manifeste très tôt un vif intérêt pour le dessin et la peinture. Adolescent il se retrouve rapidement dans la vie active en tant qu’ouvrier du bâtiment comme son père avant lui. Pour autant, il conserve une pratique autodidacte des arts plastiques, devenus une passion. Jeune adulte il prend des cours de la Famous Artists School. Il concilie obligations professionnelles, conscription, avec le travail de sa technique et la recherche de style.

A la fin des années 70 il participe à ses premières expositions collectives et personnelles, ensuite son métier d’artiste devient son activité professionnelle exclusive au commencement des années 80. Au cours de sa carrière il reçoit plusieurs distinctions dans des salons internationaux notamment une médaille lors de l’Art expo de New York (1982) et le prix du consulat d’Italie au salon l’Art au cœur de l’Europe[1] à Illzach (2002). Il est également décoré de la Société académique Arts-Sciences-Lettres (1988). Par ailleurs, il est détenteur d’une médaille du Grand Prix Humanitaire de France. Alors domicilié dans sa région natale, à Dijon ou sa proche banlieue, il s’installe à Montécheroux au terme des années 90. Devenu son village d’adoption, il y travaillera jusqu’à la fin.

Il meurt à 60 ans[2], en ayant produit plus de deux mille peintures et dessins. L’année suivante la Biennale d'art contemporain de Charquemont lui rendra un hommage[3]. Puis en 2012 la ville de Fontaine-lès-Dijon inaugure la salle principale de la galerie La Source à laquelle elle donne le nom de l’artiste[4]. Un attachement mutuel existait de longue date entre le peintre et cette commune dans laquelle il demeura de nombreuses années et où il a souhaité être inhumé.

Œuvre

Gérard Basiletti utilise la peinture à huile. Ses premières toiles sont surtout naturalistes, où sont représentés des sous-bois, la forêt et sa faune. Par la suite sa peinture est portée par le surréalisme et les maîtres du genre.

Au début des années 80 ses toiles sont empreintes de thèmes fantastiques, probablement liés à son attrait pour la bande dessinée de science-fiction et d’heroic fantasy, traités avec un style plutôt classique. On retrouvera également cet univers dans une période mêlant la chair et le métal, traversée de faisceaux de lumière. Sa peinture est minutieuse et son dessin assuré, la pierre figurera dans nombre de ses œuvres. La palette est sombre tout comme les ciels sont obscurs. Durant cette décennie sa production est en outre marquée par son goût prononcé pour la peinture flamande. Il traitera entre autres des thèmes bibliques : Saint Antoine, Descente de croix, l’Apocalypse. Les personnages sont le plus souvent pourvus d’une tête ovoïde traversée d’un sillon et vêtus de costumes drapés. Parallèlement il s’adonne à l’illustration d’ouvrages de poésie à partir des années 70, ainsi que d’une revue[5] de fantasy au mitan des années 80.

Au seuil des années 90 il adopte un autre style de peinture en technique mixte et la toile est désormais marouflée sur panneau. Des structures viscérales et confuses apparaissent en contraste avec la figuration précise des personnages et objets émergeant. Les tableaux prennent du relief, à la peinture se mêlent du tissu, des fibres et du sable. Sa palette évolue, le bleu de Prusse et la terre d’ombre sont chers à l’artiste mais le carmin et le pourpre trouvent également leur place, au fil des années les couleurs se réchaufferont. Le carnaval de Venise et les personnages de la commedia dell'arte lui donnent matière à s’exprimer dans une écriture onirique s’inscrivant parmi les peintres du symbolisme. La femme tient une place majeure dans son œuvre, généralement représentée nue, sensuelle et envoutante. Au corps pulpeux ou androgyne, toujours elle interroge, il en va de même pour tous les personnages qui figurent sur ses toiles, ambiguës, malicieux parfois inquiétants. Tout au long de sa carrière la nature morte est présente, un genre que l’artiste affectionne, livrant sa vision poétisée du monde. Toutefois la matière ne reste pas inerte, les fruits prennent forme humaine et vice versa, de la même manière avec ses animaux anthropomorphes.

Il aime aussi travailler la pierre et le métal, il conçoit une sculpture[6] placée à Dijon en commémoration du centenaire de la Fédération française du bâtiment de Côte-d’Or en 1999. Un an plus tard il crée et réalise une sculpture[7] métallique dédiée à l’industrie de la pince, elle est érigée au centre de Montécheroux.

Documentaires et reportages (sélection)

  • L’exposition des peintures de Basiletti à Dijon, JT France 3 Bourgogne, 12-12-80.
  • Science-fiction et bandes dessinées à Dijon, interview de Frédéric Crotta, Samedi entre nous, France 3 Bourgogne, 24-10-81.
  • Interview de François-Marie Lapchine, Douze heures quinze - treize heures quinze, France 3 Franche-Comté, 18-06-87.
  • Multidimensionnel, Court métrage documentaire de Gaëtan Laloge, 1989, n° de visa : 129724.
  • Interview de Laurence Valzer, Grands yeux, grandes oreilles, France 3 Bourgogne, 15-03-91.
  • Exposition Gérard BASILETTI, Annick Alexandre, Yves Penquer, JT France 3 Bourgogne, 31-10-97.

Illustrations (sélection)

  • Florilège (périodique), Les poètes de l'amitié, Longvic, 1974- .
  • Jibert, Annie : Douce-amertume, Barré-Dayez, Paris, 1984.
  • Weird (périodique), Weird, Dijon, 1985-1987.
  • Ecial, Louis : Elles, Les presses littéraires, Saint-Estève, 1997.
  • Zini, Loren : Trait d’union, Les presses littéraires, Saint-Estève, 2004.
  • Cournarie, Emmanuelle : Le temps des horlogers, Néo-éditions, Besançon, 2004.
  • Magnesis : L’Immortel Opéra (CD album), Label Musea, 2005.
  • Blanchard, Stephen : Hors Je, France Libris, 2016.

Expositions (sélection)

Expositions personnelles

  • 1979 : Galerie Darcy, Dijon.
  • 1980 : Salle de l'Ancienne Poste, Besançon.
  • 1981 : Galerie Berbisey, Dijon.
  • 1982 : Syndicat d'initiative, Is-sur-Tille.
  • 1982 : Polar Pub, Dijon.
  • 1983 : Maison de la Culture, Chenôve.
  • 1984 : Hôtel de ville, Dijon.
  • 1985 : Grenier de Talant.
  • 1985 : Galerie Deplagne, Mâcon.
  • 1986 : Centre Pierre Jacques, Fontaine-lès-Dijon.
  • 1986 : Salle communale, Kirn.
  • 1988 : Kunsthaus Lunkenheimer, Mayence.
  • 1989 : Centre culturel, Varois-et-Chaignot.
  • 1990 : Galerie La Source, Fontaine-lès-Dijon.
  • 1991 : Les ateliers de la Tour, Dijon.
  • 1992 : Galerie Art’Helios, Ventabren.
  • 1992 : Galerie La Source, Fontaine-lès-Dijon.
  • 1994 : Wilhelm-Dröscher-Haus, Kirn.
  • 1994 : Salle communale, Idar-Oberstein.
  • 1995 : Galerie Antarès, Dijon.
  • 1996 : Salle de l'ancienne Poste, Besançon.
  • 1997 : Ecole de Montécheroux.
  • 1998 : Galerie du Vieux Belfort.
  • 1998 : Galerie Bouton, Maîche.
  • 1999 : Salle communale, Montécheroux.
  • 2000 : Galerie L'Art Breuvoir, Mulhouse.
  • 2000 : Château Pertusier, Morteau.
  • 2001 : Salle annexe des Annonciades, Pontarlier.
  • 2001 : Galerie communale, Riquewihr.
  • 2002 : Salle de l'ancienne Poste, Besançon.
  • 2002 : Cellier de Clairvaux, Dijon.
  • 2006 : Galerie La Croisée des Artistes, Maîche.
  • 2006 : Maison des remparts, Delle.

Expositions collectives

  • 1977 : Salon de l’Essor, Dijon.
  • 1980 : Salon international de Bourgogne - Franche-Comté, Pontarlier.
  • 1980 : Hôtel de ville, Mayence.
  • 1980 : Salon international de Riom.
  • 1980 : Bilan de l’Art contemporain, Québec.
  • 1981 : Hôtel de ville, Chagny.
  • 1981 : Salon international de Deauville.
  • 1981 : Forum des Arts de Dijon.
  • 1982 : Salon international Art expo, New York.
  • 1982 : Grand Palais, Paris.
  • 1986 : La Galerie d'Art, Paris.
  • 1987 : 45th World Science Fiction Convention, Conspiracy '87, Brighton.
  • 1992 : Galerie Dazy, Dijon.
  • 1999 : Maison du Prince, Sochaux.
  • 2002 : L'Art au Cœur de l'Europe, Illzach.
  • 2003 : Salon d’automne, Salle Charlie Chaplin, Couthenans.
  • 2007 : Salon international des artistes, Fontaine-lès-Dijon.

Distinctions (sélection)

  • 1980 : Médaille de bronze (Salon international de Bourgogne - Franche-Comté) Pontarlier.
  • 1980 : Médaille d’argent et Prix du public (Salon international de Riom).
  • 1982 : Médaille de bronze (Salon international Art expo) New York.
  • 1984 : Médaille d'argent (Grand Prix Humanitaire de France).
  • 1988 : Médaille de chevalier (Renaissance des Arts et Lettres)
  • 1988 : Médaille de bronze (Société d'encouragement au bien)
  • 1988 : Médaille de bronze (Société académique Arts-Sciences-Lettres).
  • 2002 : Prix du consulat d’Italie (L'Art au Cœur de l'Europe) Illzach.

Collections publiques

France

  • Dijon, (sculpture, commémorative du centenaire de la Fédération française du bâtiment de Côte-d'Or, Hôtel de Frasans).[6]
  • Montécheroux, Musée de la Pince (peinture).
  • Montécheroux, Mairie (peinture).
  • Montécheroux (sculpture, hommage à l’industrie de la pince, Fontaine du centre).[7]
  • Paris, Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France (recueil d'affiches).

Allemagne

  • Kirn, Gesellschaftshaus (peintures).
  • Kirn, Rathaus (peintures).

Notes et références

  1. L'art au coeur de l'Europe, Dernières Nouvelles d'Alsace -19 septembre 2002.
  2. Gérard Basiletti, un grand esprit s'est envolé, Le Bien Public - 6 mai 2008.
  3. Hommage à Gérard Basiletti, L'Est Républicain - 14 septembre 2009.
  4. Son nom pour la postérité - Le Bien Public - 7 février 2012.
  5. Gérard Basiletti sur le site NooSFere
  6. 6,0 et 6,1 « Hôtel de Frasans », sur petit-patrimoine.com. Photos sculpture centenaire FFB.
  7. 7,0 et 7,1 http://www.montecheroux.fr/fr/information/87694/gerard-basiletti

Liens externes

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).