Gévaudan (roman)

Aller à la navigation Aller à la recherche

Gévaudan est un roman de Philippe Mignaval et publié en 2006 aux éditions Le Pré aux Clercs.

Résumé[1]

Le narrateur, un savant spécialiste du clonage, rencontre Margeride lors de l'inauguration du Musée de la Bête à Ribeyrevieille dans le Gévaudan. Celle-ci a en sa possession, pense-t-elle, un bout de tissu de la Bête du Gévaudan gardé depuis 250 ans par les membres de sa famille. Il le fait analyser puis, comme l'ADN semble très bien conservé, il décide de tenter un clonage. L'expérience n'est pas très concluante: les chiennes ayant participé à l'expérience donnent naissance à des animaux morts nés ou qui ne vivent pas très longtemps. Le narrateur charge Mauriçou, son voisin et ami, d'abattre la dernière chienne qui souffre d'un cancer à la mamelle.

Quelques mois plus tard, une bête commence à tuer les moutons et les veaux des alentours. Elle entre même dans un abattoir pour y égorger quelques animaux. Les témoins disent avoir aperçus un chien bizarre. Puis la bête commence à s'attaquer aux enfants. Au début, le narrateur croit qu'il s'agit d'une simple coïncidence mais Mauriçou lui avoue bientôt que la chienne qu'il devait abattre s'est enfuie avant qu'il ne puisse la tirer. La nouvelle bête qui tue, comprend-il, est la Bête du Gévaudan qu'il a clonées, fils de cette chienne qui s'est enfuie.

Le narrateur se sent un peu responsable de ce qui arrive. Il part à la recherche de la Bête, la retrouve mais la rencontre se retourne contre lui. Sans l'arrivée fortuite de Mauriçou, il aurait été égorgé.

Quelques jours plus tard, il subit une attaque dans ses propres terres. Justine, une amie à lui, est retrouvée égorgée et décapitée. Mais est-ce l'œuvre de la Bête? Le narrateur n'en est pas trop sûr jusqu'à ce qu'il apprenne que Justine a été tuée par Norbert Védrine, un paléozoologue qu'il a connu au Musée de la Bête et qui est obsédé par la Bête du Gévaudan. Mais celui-ci s'est vanté. En réalité, il ne fait que faire peur au monde avec une capuche de loup sur la tête. C'est son neveu, l'abbé Blanqui, qui a tué Justine. Celui-ci, amoureux du narrateur, veut affronter la Bête. Le narrateur l'emmène dans un coin où il croit qu'elle va passer. Elle arrive et égorge l'abbé Blanqui. Le narrateur lui tire dessus mais il ne fait que la blesser.

Il suit tout de même sa piste qui l'emmène au Musée de la Bête à Ribeyrevieille. C'est là qu'il parvient à l'abattre.

Les personnages[2]

Le narrateur : savant expert en clonage. Vit à Malzieu où il est propriétaire d'une exploitation agricole. Connait bien l'histoire de la Bête du Gévaudan.

Margeride : sa famille habite le Gévaudan depuis plusieurs siècles. Elle étudie en art à l'Université de Clermont-Ferrand. Devient l'amante passionnée du narrateur et le pousse à cloner la Bête du Gévaudan.

Mauriçou : ouvrier agricole depuis 40 ans chez le narrateur à Malzieu.

Ulrich : savant. Travaille en collaboration avec le narrateur.

Justine : amie du narrateur. Vit à Malzieu. Tient une boutique de produits médicinaux.

Norbert Védrine : paléozoologue habitant le Gévaudan. Spécialiste de la Bête du Gévaudan.

Abbé Blanqui : neveu du précédent. Obsédé par la Bête. Amoureux secrètement du narrateur.

Monica : astrologue un peu sorcière. Amie de Justine.

Jacques Rimaize : conservateur du Musée de la Bête.

Publication

Lien externe

Référence

  1. Philippe Mignaval. Gévaudan. Le Pré-aux-Clercs. 2006. 320 p.
  2. Idem

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).