Encyclopédie Wikimonde

Hayat Nur Artıran

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Hayat Nur Artıran, née en 1954 en Turquie, est guide spirituel sur la voie mevlevi. Cette voie soufie, initiée par Djalal ad-Dîn Rûmî, est célèbre pour sa poésie, pour l'importance qu'elle donne à l'amour divin, et pour son sema, cette danse sacrée effectuée par les derviches tourneurs. Hayat Nur Artiran est aussi mesnevihan, cela signifie qu'elle est désignée par la tradition comme apte à transmettre le sens spirituel de la grande œuvre de Rûmî, le Mesnevi.

Biographie

Elle est née le à Malatya, une ville située dans l'est de la Turquie. Issue d'un milieu de cheminants soufis, elle passe son enfance dans les lieux de pratique spirituelle, appelés tekke, dergâh, ou khanqah. Sa première éducation spirituelle lui vient de sa mère qui est engagée sur la voie naqshbandi. D'autres membres de sa famille sont rattachés aux voies qadiriyya et rifa'iyya.

Au début des années 1980, elle s'engage dans la voie soufie malâmatî à Bursa et entame l'étude du divân (œuvre poétique) du mystique Niyâzi Mısrî. Cette période durera treize ans. Par la suite, sa recherche s’oriente vers Mevlânâ Djalâl ad-Dîn Rûmî.

En 1998, elle rencontre Şefik Can. Celui-ci est un maître spirituel sertarik, c'est-à-dire représentant de tous les mevlevis, ces chercheurs spirituels qui suivent l'enseignement de Rûmî, également appelé Mevlânâ. Şefik can est spécialiste de l'œuvre majeure de Rûmî, le Mesnevi. La tradition le désigne comme mesnevihan. A cette époque, Şefik Can a quatre-vingt dix ans et il est connu pour ses nombreux travaux sur Rûmî. Un lien de filiation spirituelle s’instaure entre Şefik Can et Hayat Nur Artıran et ils préparent ensemble des conférences sur le Mesnevi ainsi que plusieurs ouvrages sur Rûmî.

Avant sa mort, Şefik Can désigne Hayat Nur Artıran comme la nouvelle mesnevihan et comme son héritière spirituelle. Elle commence alors à dispenser des lectures sur le Mesnevi ouvertes au grand public, en Turquie et aussi à l'étranger, notamment en France. En 2007, deux ans après le décès de Şefik Can, elle fonde une association internationale en son nom, qui devient en 2015 la Fondation Internationale Şefik Can et Rumî.

Son message

Hayat Nur Artıran est régulièrement sollicitée pour intervenir sur les thèmes de la paix, de l'écologie, du féminin. A l'intérieur de ces sujets, elle ne sépare pas l'humanité dans son ensemble, les sociétés et le travail personnel intérieur, mettant ainsi à l’œuvre la doctrine de l'Unité, un pilier essentiel du soufisme.

Dans son enseignement, la clé de voûte de ce travail intérieur est l'amour. Celui-ci, tel que le décrit Rûmî, consume les scories de l'homme afin de mettre à jour sa part divine.

Pour libérer cet amour, la connaissance et l'adoration sont deux ailes indispensables.

Pour ce qui est de la connaissance, l'enseignement d'Hayat Nur Artıran prend racine dans le Mesnevi. Selon ses mots, cet ouvrage "raconte l'homme à l'homme", et chaque personnage de ses fables représente une dimension de la nature humaine. La pratique nommée "tefekür" en turc et qui correspond à une méditation réflexive, vise également à affiner cette connaissance de soi.

L'adoration quant à elle se vit à travers la prière, le dikhr, le sema.

Cet amour doit chercher à s'incarner, à faire ses preuves dans le service - appelé "hizmet" en turc - il s'agit alors de se mettre au service de l'autre, de l'humanité.

Ses activités

Hayat Nur Artiran est membre d'organisations telles que la Fondation Internationale Mevlânâ , consacrée à la vie et l’œuvre de Rûmî, ainsi que l'association Sagesses Soufies, aux côtés du cheikh Khaled Bentounès[1],[2]. Elle est également marraine de l'association Conscience Soufie[3].

De sa rencontre en 2010 avec Arnaud Desjardins, naît une profonde amitié, qui se poursuit après la mort de ce dernier, à travers des échanges réguliers entre l'ashram d'Hauteville et les élèves d'Hayat Nur Artıran[4].

En 2012, à Bursa, elle est l'un des organisateurs principaux du symposium international sur l'Emir Abd el Kader[5]. Ce rassemblement est pour elle l'occasion de rendre hommage à l'Emir et à sa compréhension de l'Islam, comme voie de miséricorde et de paix, en rappelant, notamment, que ce dernier, entre autres gestes marquants, sauva de la mort de nombreux chrétiens druzes de Damas en 1860.

Elle a animé une conférence sur l'égalité spirituelle entre l'homme et la femme, à Oran, pour le Congrès International Féminin pour une Culture de Paix organisé par l'Association Soufie Internationale Alâwiyya en 2014[6],[7],[8].

Invitée par le Cheikh Bentounès lors d'un colloque à l'Unesco en 2015 sur l'Islam spirituel et les défis contemporains, elle est intervenue sur le thème du vivre ensemble[9].

Le centre culturel belge Bozar l'a accueillie pour co-animer la "Sufi night" d'octobre 2015[10].

Répondant à l'appel de Pir Zia, guide spirituel de la voie inayati, elle a mené à ses cotés une semaine de conférences et d'échanges en Suisse au Zenith Institute, trois étés consécutifs, en 2015, 2016 et 2017[11],[12].

Elle est aussi investie dans le dialogue interreligieux avec des moines bouddhistes, des religieux chrétiens, des swamis hindous, des rabbins. C'est ainsi par exemple, qu'elle a été invitée par Swami Veetamohananda au Centre Védantique Ramakrishna, près de Paris, pour donner des conférences, lors des rencontres interreligieuses sur la place du divin dans nos sociétés modernes en 2017 et sur le thème de la dévotion en 2018[13],[14],[15],[16].

Le festival soufi de Paris lui a demandé pour son édition 2018 d'animer une conférence sur la relation entre Rûmî et Shams de Tabriz[17].

Marraine de Conscience Soufie, qui compte parmi ses fondateurs l'islamologue Eric Geoffroy, elle a été sollicitée en 2020 par l'association pour animer une conférence et un cercle d'échange sur le Mesnevi de Rûmî[3],[18].

Dans la presse

Elle est interviewée par le magazine Le Monde des religions sur les questions de l'éducation spirituelle et de la paix en 2016[19]. Danse ce même journal, Leili Anvar, spécialise de Rûmî, publie un article à propos du livre d'Hayat Nur Artiran, "Rûmî l'épreuve de l'amour", en mars 2021[20].

Kaizen Magazine lui donne également la parole sur la place du féminin dans la spiritualité[21].

Elle analyse le dévoiement actuel de l'islam vers la violence dans la revue Tel Quel [22].

Bibliographie

Les textes de ses conférences sur le Mesnevi sont édités dans trois ouvrages différents, intitulés en turc « Aşk Bir Davaya Benzer », « Aşk Terk Etmez » et « Nun Kapısı »[23],[24],[25]. À la suite de la publication de ce dernier ouvrage, le magazine du journal turc Hürriyet publie un article sur son auteure[26].

Son dernier livre, « Rûmî - L’épreuve de l’amour » , dont le titre original est « Aşk Bir Davaya Benzer », a été traduit en français et édité chez Bayard en novembre 2020[27],[28]. Conscience soufie a publié un article sur ce livre en mars 2021[29]. Saphir News lui a consacre deux articles[30],[31].

Actuellement, elle travaille sur les mémoires de Şefik Can.

Participation à des publications

  • Ensemble vers la Paix de Véronique Francou[32].
  • Allah au féminin d'Eric Geoffroy[33].
  • (en)« Mingled Waters : Sufism & the Mystical Unity of Religions » de Pir Zia Inayat Khan.
  • (en) « Contemporary Sufism: Piety, Politics, and Popular Culture » de Meena Sharify-Funk.
  • (tr) « Cevâhir-i Mesnevîye » de Şefik Can.
  • (tr) « Mesnevî Hikâyeleri » de Şefik Can.
  • (tr) « Hz. Mevlânâ’nın Rubaileri » de Şefik Can.
  • (tr) « Okullar İçin Mesnevî’den Seçmeler » de Şefik Can.

Liens externes

Une chaîne multilingue (turc, français, anglais) est consacrée à ses conférences et interviews : https://www.youtube.com/c/thedoorofnurlaportedenur/null.

Filmographie

Hayat Nur Artiran est interviewée et filmée dans le film Islam voix de femmes réalisé par Boualem Geritli et Didier Bourg[34].

Notes et références

  1. (en) Riza Nur Pacalioglu, « International Mevlana Foundation », sur mevlanafoundation.com (consulté le ).
  2. « Sagesses Soufies › Comité patronage », sur sagesses.org (consulté le ).
  3. 3,0 et 3,1 « Home - Conscience Soufie », sur Conscience Soufie (consulté le ).
  4. « ACCUEIL - HAUTEVILLE l'ashram d'Arnaud Desjardins en France », sur Site officiel de l'association des amis d'Hauteville (consulté le ).
  5. http://www.sefikcan.net/fr/acilis_konusmalari.html
  6. TV5 monde, « A Oran, le soufisme conjugue la paix au féminin », sur TV5 monde (consulté en )
  7. L'ong Aisa, « Congrès international féminin pour une culture de paix », sur aisa-ong.org,
  8. l'Ong Aisa, « Aisa-ong présentation », sur Aisa-ong
  9. Association Internationale Soufie Alawiyya, « L'Islam spirituel et les défis contemporains, cf page 12 », sur Aisa-suisse.ch,
  10. « Sufi Night », sur BOZAR (consulté le ).
  11. (en) « Pir Zia Inayat Khan », sur pirzia.org (consulté le ).
  12. « A Propos de Soufisme / Zenith Institute », sur zenithinstitute.com (consulté le ).
  13. « Swami Veetamohananda », sur Gandharva Gana - Produire et diffuser pour Lui (consulté le ).
  14. « Centre Védantique Ramakrishna - Paris », sur centre-vedantique.fr (consulté le ).
  15. « Pourquoi avons-nous besoin d'un Dieu dans un monde de science et spiritualité ? », sur Radio Gandharva Gana (consulté le ).
  16. https://www.centre-vedantique.fr/images/stories/pdf/Rencontre_interreligieuse_2018.pdf
  17. « Programme de l’édition 2018 », sur festivalsoufideparis.com (consulté le ).
  18. Conscience soufie, « Clés de lecture du Mathnawi », sur consciencesoufie.com, avril et juin 2020
  19. « L'éducation spirituelle est la voie de la paix », Le Monde Des Religions,
  20. Youness Bousenna, Luc Chatel et Leili Anvar, « Religions et spiritualités : six livres à découvrir », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Le féminin, au cœur du changement », Kaizen Magazine
  22. « Nous nous éloignons de l'essence de l'islam », Tel Quel,
  23. (tr) « Aşk Bir Davaya Benzer », Sufi Kitap,
  24. (tr) « Aşk Terk Etmez », Sufi Kitap,
  25. (tr) « Nun Kapısı », Doğan Kitap,
  26. (tr) İpek İZCİ, « Hayat Nur Artıran : 'Kuran asla insanlara zarar vermeyi emretmez' », sur Hürriyet (consulté le ).
  27. « Site officiel du livre « Rûmî, L'épreuve de l'amour » »,
  28. « Rûmî, l'épreuve de l'amour », Bayard,
  29. « H. Nur Artıran, Rûmî. L’épreuve de l’amour, Bayard, 2020 - Conscience Soufie », sur Conscience Soufie, (consulté le ).
  30. « L’épreuve de l’amour, une initiation à la pensée de Rûmî avec Nur Artiran », sur Saphirnews (consulté le ).
  31. « L’épreuve de l’amour : pourquoi la parole de Rûmî est plus que jamais d’actualité », sur Saphirnews (consulté le ).
  32. « Ensemble vers la Paix », Saint-Léger éditions,
  33. « Allah au féminin », Albin Michel,
  34. « ISLAM VOIX DE FEMMES, UN FILM DE BOUALEM GUÉRITLI ET DIDIER BOURG », sur OpenAgenda (consulté le ).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).