Encyclopédie Wikimonde

Historique des conseils de la jeunesse

Aller à : navigation, rechercher

En France, les Conseils de la Jeunesse sont des lieux institutionnels d’écoute et d’expression des jeunes de 16 à 26 ans. Ils ont vocation à instaurer l’habitude de rencontres franches et sincères entre les jeunes et les responsables politiques, les institutions, les composantes de la société civile. Ils s'inscrivent de mouvement global des conseils d'enfants et de jeunes mis en place par les collectivités locales (villes, département et régions depuis 1979 et l'État, au niveau de ses préfectures, depuis 1999. Ils doivent permettre aux jeunes d’être concrètement associés à toutes les décisions publiques qui les intéressent.

Quelques dates

1955
Un décret d’Edgar Faure instaure le 22 juin 1955 dans chaque département ministériel une commission devant traiter des problématiques jeunesse qui le concerne, en associant autant que faire se peut les jeunes eux-mêmes. L’association des jeunes aux décisions publiques qui les concernent commence.

1997
À la suite de nombreuses rencontres locales (près de 1700) initiées par le ministère de la jeunesse et des sports, qui ont impliqué près de cent mille jeunes, une rencontre nationale est organisée les 29 et 30 novembre 1997, à l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire (INJEP) de Marly-le-Roi, dans les Yvelines, avec 300 jeunes et en présence de plusieurs ministres, dont le Premier ministre. Cette rencontre nationale débouche sur un ensemble de propositions de mesures (une soixantaine) en faveur des jeunes, que le Gouvernement s’engage à mettre en œuvre. Parmi ces mesures, figure la mise en place des Conseils de la Jeunesse, tant au niveau national que départemental.

1998
Le 31 janvier 1998, sont créés officiellement le Conseil Permanent de la Jeunesse et les Conseils Départementaux de la Jeunesse chargés de suivre la mise en œuvre des mesures décidées à Marly-le-Roi, de continuer le dialogue avec les institutions, et d’être associées aux projets gouvernementaux concernant les jeunes. L’ensemble des Conseils de la Jeunesse concerne près de 3000 jeunes, de tous horizons (associatif, syndical, politique), sur l’ensemble du territoire. Les 12 et 13 décembre 1998, une première réunion nationale des Conseils de la Jeunesse est organisée à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

1999
Une deuxième réunion nationale des Conseils de la Jeunesse est organisée les 4 et 5 décembre 1999, dans les locaux de l’Université Paris II Panthéon Assas. Après presque deux ans de fonctionnement des Conseils, un premier bilan commence à se dessiner : grandes diversités de fonctionnement entre les conseils, échecs et réussites, une reconnaissance interministérielle naissante, et surtout un foisonnement d’initiatives tant locales que nationales. Les Conseils de la Jeunesse ne se limitent plus à une démarche d’association des jeunes aux décisions qui les concernent mais deviennent une réelle force de proposition et de prise d’initiative directe des jeunes. La rencontre nationale jette également les bases d’un renouvellement des membres de Conseils de la Jeunesse intervenant dans le courant de l’année 2000.

2000
Du 18 au 25 mars 2000 se déroule un « Festival de la Citoyenneté ». Près de 1000 projets ont été recensés au niveau départemental et au niveau national, illustrant la capacité des jeunes à monter des projets et à dialoguer avec les institutions. En mai 2000, la seconde génération des conseils se met en place : conseils départementaux dans chaque département, et au plan national le Conseil de la jeunesse. Le Premier ministre décide de consacrer les conseils comme le lieu institutionnel d’échanges entre les jeunes et le Gouvernement. Le 12 mai 2000, il rencontre, avec 11 de ses ministres, le nouveau Conseil de la jeunesse à la grande halle de la Villette.

2001
La loi n°2001-624 du 17 juillet 2001 (article 12) portant diverses dispositions d’ordre économique et social, dite loi DDOSEC, assure la pérennité du conseil national de la jeunesse. Le 13 octobre 2001, à la Maison de la Radio, à Paris, le Premier ministre, accompagné de nombreux membres du gouvernement, rencontre à nouveau le conseil national de la jeunesse, pour faire le point sur l’impact des politiques gouvernementales sur les jeunes, ainsi que sur le devenir des propositions formulées par les jeunes.

2002
Les conseils de la jeunesse sont renouvelés une seconde fois. Le décret n°2002-708 du 30 avril 2002 et l’arrêté ministériel du 3 mai 2002 achèvent la reconnaissance par les textes des conseils de la jeunesse, en offrant notamment une assise juridique véritable aux conseils départementaux de la jeunesse, tout en assouplissant les modes de recrutement et de désignation de leurs membres.

2003
Le conseil national de la jeunesse travaille à la rédaction de son premier rapport d’activité, déposé sur les bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat, réfléchit à son organisation et prépare la publication de ses études sur l’image des jeunes dans les médias. Les conseils de la jeunesse contribuent activement et de manière remarquée au grand débat national sur l’avenir de l’École, ainsi qu’aux assises de la sécurité routière.

2004
Le printemps 2004 voit s’opérer le troisième renouvellement des conseils national et départementaux de la jeunesse. Le 12 mai 2004, le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative reçoit des mains du secrétariat du CNJ la déclaration finale élaborée lors de la Conférence européenne des jeunes d’avril 2004, qui réunit des propositions visant à favoriser "l'engagement et les activités volontaires des jeunes dans une Europe élargie". Du 24 au 27 juin 2004, l’université d’été du CNJ jette sous la présidence de Jean-François Lamour les bases des travaux du CNJ et de son organisation pour les deux années à venir. Le 29 septembre 2004, le règlement intérieur du conseil national de la jeunesse est fixé.

2005
Le 22 janvier 2005 est inauguré le nouveau site internet des conseils de la jeunesse, entièrement interactif et géré sous la responsabilité des jeunes membres du CNJ et des CDJ. Le 24 janvier 2005 entre en fonction la déléguée nationale auprès des conseils, dont la mission est d’assurer la médiation entre les jeunes des conseils de la jeunesse, les administrations, les institutions et les responsables politiques. Les universités d’hiver du CNJ, qui se sont déroulés du 3 au 6 février 2005 sur le site de Voiron (Grenoble) du CREPS Rhône-Alpes, lancent un « groupe de travail sur l’avenir des CDJ ». Ce dernier a pour mission de faire le bilan de sept années d’existence des CDJ et de proposer au ministre les adaptations utiles en vue d’un fonctionnement optimal et d’une efficacité reconnue de ces instances de participation des jeunes.

L’université d’été du CNJ s’est tenue du 25 au 28 juin 2005 au CREPS de Dinard. Ce fut l’occasion pour le groupe de travail sur « l’avenir des CDJ » qui avait été mis en place lors de l’université d’hiver à Voiron, a remis ses conclusions. Le ministère va étudier comment intégrer ces dernières dans le nouveau conseil départemental de la jeunesse, des sports et de la vie associative (CDJSVA).

2006
Un nouveau groupe de travail a été mis en place, qui a réfléchi à la réforme du statut et de la présidence du CNJ. Ce groupe de travail composé de membres volontaires a rendu ses conclusions lors l'université d’hiver du CNJ, qui s'est déroulé du 26 au 29 janvier 2006 à Paris. Les décisions finales relatives à une réforme du CNJ devraient être votées par une assemblée extraordinaire du CNJ en mai 2006.

Les membres du conseil national de la jeunesse seront renouvelés dans leur ensemble cet été 2006 pour un mandat qui courra jusqu'à l'été 2008.

Le décret n°2006-665 du 7 juin 2006 relatif à la réduction du nombre et à la simplification de la composition de diverses commissions administratives fait état de l'apparition des Conseils Départementaux de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative (CDJSVA).

Voir aussi

Articles connexes

Travaux scientifiques sur les conseils de jeunes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).