Hyperterrorisme

Aller à la navigation Aller à la recherche
Ground Zero, là où la veille s'élevaient les tours jumelles : à la mi-journée du 11 septembre 2001, les véhicules des premiers secours ont été détruits par la chute des édifices, et des feux se déclarent dans les alentours.

Hyperterrorisme est un néologisme désignant un type de terrorisme se caractérisant à la fois par un objectif de destructions massives, et par une maîtrise technologique rendant réalisables des destructions à grande échelle[1].

Définition du concept

Ce terme est surtout employé dans les médias depuis les attentats du 11 septembre 2001, après lesquels ont été déclenchés, en réponse, une réaction d'ampleur géopolitique désignée sous le nom de guerre contre le terrorisme.

Depuis lors, les autorités du renseignement affirment craindre de voir une arme de destruction massive, par exemple une bombe sale, employée à des fins terroristes dans des centres urbains, ou encore un avion gros porteur civil détourné sur une centrale nucléaire ou un complexe industriel chimique.

Critiques

Le concept d'hyperterrorisme a cependant été critiqué.

Il désignerait davantage des actes terroristes aux résultats importants, qu'un terrorisme utilisant des moyens considérables, et échoue à caractériser la multitude d'actes très divers perpétrés dans le cadre du terrorisme islamique. En outre, alors que certains États seraient directement menacés, d'autres pourraient instrumentaliser cette menace pour des raisons de politique interne[2].

Voir aussi

Notes et références

  1. Heisbourg F. Hyperterrorisme : la nouvelle guerre. Paris:Odile Jacob;2001.
  2. Courmont B. Note de l'Institut de relations internationales et stratégiques, automne 2005.[1]

Liens internes

Article publié sur Wikimonde Plus