Encyclopédie Wikimonde

Jérôme Bourbon

Aller à : navigation, rechercher

Jérôme Bourbon (né en 1972) est un journaliste français d'extrême droite, catholique traditionaliste. Il est depuis 2010 le directeur de l'hebdomadaire Rivarol et de la revue mensuelle Écrits de Paris. Après des études de lettres, il collabore à partir de 1999 au journal Rivarol et à Écrits de Paris comme pigiste. En 2001, il devient membre du conseil de rédaction, puis en 2007 rédacteur en chef adjoint de Rivarol et en 2008 rédacteur en chef d'Écrits de Paris. Puis il succède en 2010 à Camille Galic à la tête du journal et de la revue.

En janvier 2005, une interview de Jean-Marie Le Pen par Jérôme Bourbon suscite un tollé médiatique en raison des propos qu'y tient le président du Front National sur l'occupation allemande en France qui n'aurait pas été « particulièrement inhumaine[1] ». Le 19 juin 2013, Jean-Marie Le Pen, Camille Galic (en tant que directeur de la publication) et Jérôme Bourbon sont définitivement condamnés pour contestation de crimes contre l'humanité, respectivement à 10 000, 5 000 et 2000 euros d'amende.

Sous la direction de Jérôme Bourbon, dès l'ouverture de la succession à la tête du Front national, le journal cesse de soutenir ce parti à cause de divergences avec la ligne politique de Marine Le Pen. Dans une interview du 15 octobre 2010 au site e-deo, Jérôme Bourbon déclare : « Je ne peux pas en conscience rester neutre entre une gourgandine sans foi ni loi, sans doctrine, sans idéal, sans colonne vertébrale, pur produit des media, qui a multiplié les purges depuis des années et dont l'entourage n'est composé que d'arrivistes sans scrupules, de juifs patentés et d'invertis notoires et un homme droit, humble, rassembleur, érudit, à la vie exemplaire, d'une exquise courtoisie, très apprécié dans toutes les composantes de la droite nationale et radicale, tant en France qu'à l'étranger, et aux convictions très solides. »[2],[3]. Cette saillie lui vaut de figurer dans le Petit dictionnaire des injures politiques[4]. Marine Le Pen l'attaque en justice pour injure publique et diffamation. Il est condamné à 800 euros d'amendes et 3000 euros de dommages et intérêts. Jean-Marie Le Pen le qualifie à l'occasion de cette affaire de « taliban hystérique[5] ».

Notes et références

  1. « Jean-Marie Le Pen définitivement condamné pour ses propos sur l'Occupation », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  2. « « Juifs patentés et invertis notoires » : la nouvelle tournure de la campagne interne au FN », Droites extrêmes, blog du Monde,‎ (lire en ligne)
  3. (Jérôme Bourbon désignait évidemmment, par « un homme droit... », Bruno Gollnisch, concurrent de Marine Le Pen lors de la succession du président du Front national).
  4. Petit dictionnaire des injures politiques, L'Editeur, Erreur Lua dans Module:Outils à la ligne 73 : attempt to index local 'frame' (a nil value). (ISBN 978-2-36201-045-3) 
  5. « Jean-Marie Le Pen traite le directeur de Rivarol de « taliban hystérique » », news.fr.msn.com,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).