Encyclopédie Wikimonde

Joël Deumier

Aller à : navigation, rechercher

Joël Deumier, né le 29 mars 1987 à Castelnaudary (Aude)[réf. nécessaire], est un militant engagé pour l'égalité des droits des personnes LGBT et contre les discriminations.

Avocat de profession, Joël Deumier est président de l'association SOS homophobie de 2017 à 2019[1],[2].

Persécution des homosexuels en Tchétchénie

Lors d'un rassemblement inter-associatif à propos de la persécution des homosexuels en Tchétchénie lancé à l'initiative de SOS homophobie, Amnesty International et l'Inter-LGBT devant l'ambassade de Russie à Paris, Joël Deumier demande au journaliste de Libération « l’ouverture d’une enquête internationale » et que « la France et l’Europe fassent pression sur Moscou pour arrêter ces exactions ». Il dénonce le silence des pouvoirs publics devant le massacre des homosexuels en Tchétchénie en citant Louis Aragon : « Le silence a le poids des larmes[3] ».

Dénonciation d'un canular homophobe de Cyril Hanouna

Le , SOS homophobie dénonce et condamne un canular qu'il juge homophobe réalisé par l'animateur Cyril Hanouna dans l'émission Touche pas à mon poste et pour lequel SOS homophobie saisit le Conseil supérieur de l'audiovisuel[4]. Invité dans cette émission, Joël Deumier y explique les raisons pour lesquelles le canular de Cyril Hanouna contribue à entretenir les stéréotypes à l'origine de l'homophobie et rappelle à l'animateur qu'il a une responsabilité particulière notamment auprès des jeunes alors que l'homophobie et la transphobie persistent en France et génère des violences[5].

Vague d'agressions LGBTphobes en France et grande mobilisation contre les LGBTphobies

A l'automne 2018, alors que la France connaît une vague sans précédent d'agressions homophobes et transphobes[6], en tant que porte parole de SOS homophobie, Joël Deumier dénonce l'inaction du Gouvernement et le « silence coupable au plus haut niveau de l'Etat » à la suite de l'agression d'Arnaud Gagnou dont le visage tuméfié illustre la réalité de l'homophobie en France[7]. SOS homophobie et l'Inter-LGBT appellent à une grande manifestation contre les LGBTphobies qui rassemble près de 4000 personnes à Paris, place de la République[8]. Joël Deumier appelle à une « prise de conscience collective » et demande au gouvernement de prendre des mesures concrètes pour lutter contre l’homophobie et la transphobie[9]. Plusieurs dizaines de manifestations ont lieu partout en France pour dire non aux violences homophobes et transphobes[10],[11],[12],[13].

Emmanuel Macron déclare que les violences homophobes sont « indignes de la France » et annonce des « mesures concrètes »[14]. La Garde des Sceaux Nicole Belloubet, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa et le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner se rendent au siège de SOS homophobie[15]. A la suite de cette visite, Joël Deumier déclare : « 1=Les mots du président de la République et le déplacement de trois ministres sont le signe d'un engagement fort, mais nous attendons des mesures comme une formation initiale obligatoire des policiers, des gendarmes, des magistrats et des enseignants sur les LGBTphobies, une campagne nationale pour endiguer cette vague de haine et des moyens pour les associations qui luttent contre ces violences[15] ».

Soulignant l'indifférence des pouvoirs publics à l'égard des violences LGBTphobes, il demande à ce que « toutes les paroles LGBTphobes, qu'elles viennent du « Pape, de la Manif pour tous ou de Marcel Campion », soient « systématiquement » condamnées par le gouvernement[16] ».

Engagement en faveur de la PMA

SOS homophobie milite en faveur de l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA)[17].

Afin ne pas revivre le déferlement de haine homophobe[18] qui s'est produit en 2012 au moment des débats sur le mariage pour tous, Joël Deumier décide de faire de la PMA une des priorités de l'association SOS homophobie[Pas dans la source]. Elle lance sa campagne en faveur de la PMA C'est quoi, un bon parent ?[19] dont le film, réalisé par l'agence TBWA, diffusé sur les réseaux sociaux, interroge sur ce qui définit un bon parent. Un twist final montre que les deux parents sont des femmes et qu’être un bon parent ne relève ni du genre ni de l’orientation sexuelle, mais de la volonté de fonder une famille épanouie[20]. Le film reçoit le prix Argent au Grand Prix des Stratégies de communication 2019, organisé par Stratégies[21].

Attribution du Tolerantia Awards 2018 à Christiane Taubira par SOS homophobie

En , alors que SOS homophobie organise la cérémonie annuelle des Tolerantia Awards, Prix européen de lutte contre l'homophobie, SOS homophobie remet un prix à Christiane Taubira pour son engagement en faveur de l’égalité des droits et du vote de la loi relative au mariage pour tous[22],[23]. Lors de la cérémonie[Pas dans la source], le président de SOS homophobie Joël Deumier rappelle que le mariage pour tous est une loi historique mais insuffisante, et qu'il faut aller plus loin en ouvrant l'accès à la PMA[23].

Engagement politique

Joël Deumier quitte la présidence de SOS homophobie en 2019[24].

En 2019, Joël Deumier s'engage en politique auprès d'Anne Hidalgo[25][source insuffisante].

Références

  1. Hornet Networks, « Joël Deumier, réélu à la tête de SOS homophobie:« « Pédé » reste la première insulte prononcée dans les cours de récréation. » », sur Hornet, (consulté le )
  2. « Castelnaudary. Joël Deumier, le nouveau président de SOS homophobie », sur ladepeche.fr (consulté le )
  3. Florian Bardou, « Contre «l’homophobie d’Etat» en Tchétchénie : «Tout silence est complice» », sur Libération.fr, (consulté le )
  4. « SOS Homophobie écrit au CSA après qu'Hanouna a piégé un homosexuel en direct dans TPMP », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  5. « Les larmes aux yeux, Hanouna revient sur les accusations d'homophobie dans TPMP », sur Le Huffington Post, (consulté le )
  6. Virginie Ballet, «2018 a été une année noire pour les personnes LGBT», sur Libération.fr, (consulté le )
  7. « SOS Homophobie "tire la sonnette d'alarme" après une nouvelle agression LGBTphobe », sur TÊTU, (consulté le )
  8. « « On ne se taira plus » : des centaines de personnes réunies à Paris contre l’homophobie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Manifestation contre l’homophobie à Paris : il faut "une prise de conscience collective", assure le président de SOS Homophobie », sur Franceinfo, (consulté le )
  10. « Lille. Une manifestation pour lutter contre la transphobie mardi 20 novembre », sur actu.fr (consulté le )
  11. « Toulouse. Des centaines de personnes dans la rue, pour s'indigner contre les violences homophobes », sur actu.fr (consulté le )
  12. « Nantes : des affiches placardées pour dénoncer l'homophobie et la transphobie », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le )
  13. « Rassemblement samedi contre les agressions visant les personnes LGBTI », sur Rue89 Strasbourg, (consulté le )
  14. « Macron juge les violences homophobes "indignes de la France" », sur Europe 1 (consulté le )
  15. 15,0 et 15,1 « Lutte contre l'homophobie: le gouvernement mobilisé », sur LEFIGARO (consulté le )
  16. https://www.france24.com/fr/20181021-manifestation-paris-contre-agressions-homophobes-lgbt
  17. RMC, « « La PMA est un enjeu de santé publique », affirme le président de SOS Homophobie sur RMC », RMC (consulté le )
  18. Le Point magazine, « SOS Homophobie appelle à un "débat rationnel et apaisé" sur la PMA », sur Le Point, (consulté le )
  19. « VIDEO. "C'est quoi être un bon parent ?" : SOS Homophobie lance une campagne en faveur de la PMA pour toutes les femmes », sur Franceinfo, (consulté le )
  20. « TBWA\Corporate pour SOS Homophobie – « #BonsParents » », sur Stratégies, (consulté le )
  21. « 6 récompenses au Grand Prix des Stratégies de communication 2019 | TBWA\Corporate », sur TBWA\Corporate, (consulté le )
  22. « Récompensée, Christiane Taubira chante Aznavour et livre un discours émouvant », sur KOMITID, (consulté le )
  23. 23,0 et 23,1 « SOS Homophobie remet un prix à Christiane Taubira : "On rappellera que le mariage pour tous est historique, mais insuffisant" », sur TÊTU, (consulté le )
  24. « Joël Deumier : "Pourquoi je quitte la co-présidence de SOS Homophobie" », sur TÊTU, (consulté le )
  25. « Joël Deumier, ex-président de SOS Homophobie : "Pourquoi je m'engage en politique" », sur TÊTU, (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).