Johanna Maislinger

Aller à la navigation Aller à la recherche
Johanna Maislinger
une illustration sous licence libre serait bienvenue

Johanna Maislinger, née le 23 octobre 1985, est une aviatrice et ingénieure autrichienne, employée par le transporteur de fret allemand AeroLogic. Depuis 2010, elle pilote des cargos Boeing 777-200F, initialement en tant que premier officier supérieur puis en tant que capitaine depuis 2019. Elle a acquis une plus grande notoriété dans les médias en 2018-2020 lorsqu'elle a révélé qu'elle avait obtenu le soutien financier et logistique nécessaire pour aller dans l'espace, en tant que touriste de l'espace, probablement en 2021, à bord d'un Soyouz, vol qu'elle n'effectue finalement pas.

Jeunesse et carrière

Maislinger a grandi dans la petite ville de Bad Goisern, en Haute-Autriche. Sa famille possède une importante entreprise de restauration et d'hôtellerie, basée à Bad Goisern et dans la ville voisine de Bad Ischl. En 2004, elle a été acceptée pour fréquenter l'école de pilotage du groupe Lufthansa pour se former en tant qu’aviatrice, pilote professionnelle. Après avoir obtenu son diplôme en 2006, elle rejoint Austrian Airlines en tant que première officier et pilote des Boeing 737 et des Airbus A320 sur des liaisons court-courriers à travers l'Europe. Elle a également complété un baccalauréat en génie technologique[1].

En 2009, elle postule avec succès pour rejoindre le tout nouveau transporteur de fret AeroLogic, et elle commence à piloter leur Boeing 777-200F sur des services long-courriers depuis Leipzig et Francfort, vers l'Asie et les États-Unis. Maislinger sert d'abord comme première officier supérieure, avant d'être promue capitaine de relève, en 2011, alors qu'elle n'a que 25 ans, et capitaine à part entière en 2019[2].

En 2013, elle commence des études à temps partiel à l'Université Louis-et-Maximilien de Munich, faculté de médecine, pour un doctorat en médecine, un cours qui dure généralement six ans, lorsqu'il est étudié à temps plein. Le but principal de ces études est de lui permettre à leur issue de postuler à l'Agence spatiale européenne en tant qu'astronaute. On s'attend à ce que l'ESA entame son prochain cycle de recrutement d'astronautes au début de 2021[3], effectivement ouvert en mars 2021 sans que l'on sache si elle y a postulé.

Projet d'astronaute allemande

En mars 2016, l'agence de recrutement aérospatiale allemande HESpace a lancé une campagne privée intitulée « Die Astronautin (en) »[4] qui a pour objectif de trouver et de faire voler une astronaute allemande avant 2020. Les organisateurs espéraient trouver des sponsors commerciaux et privés, qui financeraient un vol sur un vaisseau spatial russe ou américain. Maislinger est l'une des 400 candidates, qui sont réduits à deux finalistes, sur la base d'un processus de sélection supervisé par l'Agence spatiale allemande DLR. Bien qu'elle soit autrichienne, elle a vécu, travaillé et étudié en Allemagne pendant de nombreuses années et espère obtenir la nationalité allemande avant que les deux finalistes ne soient choisis[5] (finalement Insa Thiele-Eich et Nicola Baumann[6]). Cependant, avant que sa nationalité ne devienne un problème majeur, Maislinger est éliminée, après avoir atteint le stade des 30 derniers candidats[7].

Projet de tourisme spatial

En avril 2017, après avoir quitté le projet « Die Astronautin », elle a révélé, via ses comptes sur les réseaux sociaux, qu'elle avait été invitée à participer à un autre projet de « femme dans l'espace », qui la verrait envoyée dans l'espace sur un vaisseau spatial Soyouz en 2019. La transaction devait être facilitée par la société américaine Space Adventures. Son sponsor principal serait un riche bienfaiteur inconnu, basé à Berlin. Parmi les autres supporters, ou sponsors, liés au projet figuraient la société autrichienne Red Bull et leur société associée Red Bull TV[5]. En l'occurrence, le seul siège de Soyouz disponible, en 2019, a été vendu au gouvernement des Émirats arabes unis[8].

Plus tard, en février 2019, Space Adventures a annoncé un nouveau vol de tourisme spatial[9] qui utiliserait la mission Soyouz MS-20 en décembre 2021 ; le nom de Maislinger a été immédiatement lié au projet. Dans une correspondance privée avec l'auteur et chercheur du vol spatial, Tony Quine, Space Adventures a confirmé que Maislinger était un client, qui était en lice pour le vol spatial Soyouz MS-20[5],[10].

En novembre 2020, la publication en ligne respectée The Space Review (en) a révélé que les responsables de Space Adventures avaient confirmé, officieusement, que Maislinger serait lancée dans l'espace à bord Soyouz MS-20 en décembre 2021, avec un cosmonaute expérimenté, Alexandre Missourkine, et une Japonaise anonyme[11]. Cela aurait été la première fois que deux femmes sont lancées, ensemble, sur un Soyouz, ou tout autre vaisseau spatial russe. Cependant, finalement, les places à bord de ce vol sont achetées par Yūsaku Maezawa pour lui-même et son assistant Yozo Hirano.

En juillet 2021, le bureau de Space Adventures à Moscou a changé son histoire et a déclaré que Maislinger n'avait jamais eu accès aux fonds qu'elle avait réclamés et qu'ils ne l'avaient jamais traitée comme une candidate sérieuse[12]. On ne sait pas pourquoi Maislinger, une professionnelle respectée, a permis aux médias et à Internet, à la spéculation et au cirque de se développer autour d'elle, sur une période de près de quatre ans.

Le seul Autrichien précédent à voler dans l'espace était l'ingénieur Franz Viehböck qui a participé au projet AustroMir 91, lancé par le Soyouz TM-13 en 1991[13].

Vie personnelle

En dehors de sa vie professionnelle et de ses études, Maislinger se considère comme une spécialiste polyvalente des sports extrêmes. Elle détient des qualifications de voltige et de pilote d'hydravion, se livrant également à l'alpinisme, à l'escalade, au parachutisme, au ski de fond et à l'équitation[1].

Notes et références

Notes

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Johanna Maislinger » (voir la liste des auteurs).

Références

  1. 1,0 et 1,1 (en) Tony Quine, « German female astronauts », British Interplanetary Society, vol. 59, no 2,‎ , p. 52–53 (lire en ligne, consulté le )
  2. (en) « Spins and More ».
  3. (en) « EAC Frequently Asked Questions », sur esa.int (consulté le ).
  4. (en) « Die Astronautin Project ».
  5. 5,0 5,1 et 5,2 (en) Tony Quine, « Could this pilot be Europe's next Woman in Space? », sur Space Sleuthing, .
  6. (en) Robert Z. Pearlman, « Astronaut's Daughter, Pilot Selected to Train to be Germany's First Woman in Space », .
  7. (en) Tony Quine, « Orbital space tourism set for rebirth in 2021 », sur The Space Review (en), .
  8. (en) Joachim Becker, « Soyuz MS-15 », SpaceFacts, (consulté le ).
  9. (en) « Roscosmos signs new contract on flight of two space tourists to ISS », sur TASS, .
  10. (en) « Soyouz MS-20 - Baïkonour 31/6 - décembre 2021 », sur NASAspaceflight.com (en), .
  11. Tony Quine, « Russia looks for actress to steal Tom Cruise space movie thunder », The Space Review (en), (consulté le ).
  12. (en) « Mystery of Missing 'Space Tourists' explained », (consulté le ).
  13. (en) Joachim Becker, « Soyuz TM-13 », SpaceFacts, (consulté le ).

Voir aussi

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’astronautique
  • Portail de l'Autriche
  • Portail du XXIe siècle