Encyclopédie Wikimonde

Jour de l’Éternel

Aller à : navigation, rechercher

Le jour de l’Éternel (aussi appelé jour de vengeance ou jour de colère) est une expression utilisée par les Témoins de Jéhovah pour désigner une période de guerres, de révoltes, d'épidémies, de troubles anarchiques et d'autres drames.

Le jour de l’Éternel vu à la lumière de la raison

La Bible fait mention de ce jour comme d'un jour très particulier, théâtre de multiples événements[1]. De très nombreuses interprétations ont été données à cette expression au fil des âges, si bien qu'aujourd'hui, il est très difficile d'avoir une idée claire sur le sujet. Une interprétation de ce jour a été donnée par Charles Taze Russell, l'un des principaux dirigeants des Témoins de Jéhovah. Celui-ci expliqua dans sa très abondante littérature qu'il était impossible que tous les événements liés au jour de l’Éternel puissent tenir dans une période de vingt-heures[2]. En effet, la Bible mentionne que ce jour est parcouru de guerres, de révoltes, d'épidémies, de troubles anarchiques et d'autres drames encore. Partant de là, M. Russell établit que le jour de l'Éternel est à fortiori est une période de plusieurs années. Ses idées, très nouvelles à l'époque, reçurent un excellent accueil, et son journal hebdomadaire, traduit dans plus de douze langues, fut publié à plus de 22 millions d'exemplaires à travers le monde.[réf. nécessaire]

Le jour de l’Éternel et ses événements

Selon les écrits de M. Russell et de ceux de son successeur, Paul Samuel Léo Johnson, le jour de l’Éternel a déjà commencé[3]. Les détresses qui atteignent les hommes au cours de cette époque largement dépeinte dans la Bible sont graduelles. Les drames se multiplient et atteignent une intensité qui va en croissant, jusqu'à ce que, finalement, les systèmes politique, religieux et économique bâtis par les hommes s'effondrent, et ce, d'une manière toute naturelle. Les deux auteurs font remarquer à leurs lecteurs les signes précurseurs de ces événements, comme l'accroissement du mécontentement des masses populaires, principalement à cause de leurs maigres revenus, parfois situés sous le seuil de pauvreté. Ces masses, acculées au désespoir, s'en prendront alors à la classe des fortunés et renverseront l'ordre social existant, sans pour autant parvenir à en ériger un meilleur. La génération actuelle constate en effet, à la lumière de données statistiques, que l'écart se creuse entre les riches et les pauvres. Les riches deviennent plus riches, tandis que les pauvres deviennent plus pauvres. Ce fossé deviendra si important que finalement, il deviendra insupportable pour les plus pauvres qui se rebelleront d'une manière violente, causant beaucoup de ravages dans la société. Par ailleurs, la génération actuelle constate que les manifestations se multiplient à travers le monde, certaines nations se démocratisent et leurs citoyens ne sont plus assujettis par les monarques qui les dirigeaient autrefois. Les deux pasteurs américains soutiennent également dans leurs ouvrages que les hommes seront impuissants à régler leurs problèmes par eux-mêmes, et que leur désespoir sera finalement l'instant que Dieu choisira pour venir en aide à tous. Cette grande détresse, censée atteindre son apogée dans une anarchie à l'échelle mondiale, enseignera aux hommes une grande et précieuses leçon: celle que les plus grandes richesses de la terre ne peuvent réellement profiter qu'aux hommes dont le cœur est préparé à en faire un bon usage.[réf. nécessaire]

Esprit de révolte au jour de l’Éternel

L'élément déclencheur de la révolte des plus pauvres

M. Russell et son successeur écrivent que la tendance actuelle est à l'abaissement des salaires, que les ligues ouvrières tentent de maintenir suffisamment élevés, notamment par le biais des grèves qu'elles organisent. La tension ente la classe des plus aisés et celle des plus pauvres, acculés dans leur retranchement, est palpable, et il s'ensuivra inévitablement une révolte plus ou moins générale. Cette rébellion sèmera l'inquiétude parmi les capitalistes, qui retireront leur argent des entreprises manufacturières qu'ils financent, laissant celles-ci sans moyen de subsistance. Ce sera alors la panique dans le monde du travail, puisque des centaines de milliers d'hommes dépendant de leur salaire pour vivre se retrouveront sans gagne-pain, si bien que le monde se remplira de mendiants et de personnes que la nécessité incitera à braver toutes les lois.[réf. nécessaire]

Science, progrès et économie sociale

L'un des problèmes insolubles de notre époque est l'inadéquation entre les capacités de production que permettent les nouvelles technologies et la quantité de main d’œuvre humaine. Autrefois, écrit M. Russell, plusieurs hommes étaient nécessaires pour faire la récolte d'un champ de blé, et cela prenait plusieurs jours. Aujourd'hui, grâce aux machines, un seul homme peut accomplir le travail, et cela, en une seule journée. Certes, les nouvelles technologies ont produit de nouveaux métiers, qui requièrent de nouvelles compétences, mais celles-ci ne compensent point tout ce que les machines ont permis d'économiser en termes de main d’œuvre. La science a certes amené de remarquables progrès, elle a augmenté notre confort et nous a donné de vivre plus heureux. Mais elle a aussi amené avec elle l'insoluble problème du chômage. M. Johnson écrit que seule une économie sociale parfaitement dirigée, à la tête de laquelle se trouveraient de sages personnes, serait capable de résoudre cet épineux problème. Malheureusement, il soutient que la condition actuelle de l'homme ne lui permet pas d'espérer atteindre ce niveau de sagesse qui lui permettrait d'échapper à la grande détresse à venir.[réf. nécessaire]

Notes et références

  1. La Bible, Livre d'Esaïe, Chapitre 13, versets 6 à 16
  2. Études dans les Écritures: Le divin Plan des Âges, Charles Taze Russell, Chapitre 15, p. 327
  3. Études de l’Épiphanie dans les Écritures: La Carte du Plan de Dieu, Paul Samuel Léo Johnson, Chapitre 1

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).