Encyclopédie Wikimonde

LUITR

Aller à : navigation, rechercher
Logo de la LUITR en 2005

La Ligue universitaire d'improvisation de Trois-Rivières (LUITR) est la ligue d'improvisation théâtrale étudiante de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). La ligue a été fondée officiellement à l'automne 2005 par Simon Bellerose-Veilleux, un étudiant en Génie mécanique. La LUITR a pris forme suite à la disparition de la Ligue d'improvisation des gazous (LIG) qui oeuvrait sur le campus trifluvien quelques années auparavant. La LIG avait quant à elle été créée après la disparition de l'improvisation à l'université de Trois-Rivières une vingtaine d'années auparavant avec notamment comme joueur l'humoriste et comédien Mario Jean. La LUITR utilise les règlements de la Ligue nationale d'improvisation (LNI) et la formule inspirée du hockey créée par Robert Gravel avec deux périodes et un arbitre qui gère les thèmes et les durées des improvisations. Elle existe encore à ce jour et présente ses spectacles gratuitement les lundis soirs au café-bar étudiant de l'UQTR, la Chasse-Galerie.

La première année

En 2005, quatre nouvelles équipes, les Noirs, les Rouges, les Bleus et les Verts sont créées suite à un camp de recrutement et des représentations de matchs ont lieu au local 1012 Nérée-Beauchemin de l'université. Ceux-ci ont lieu les mercredis soirs et les équipes sont composées de 5 joueurs.

Les Bleus de la LUITR 2005-2006, équipe championne de la 1ère saison

Plusieurs joueurs sélectionnés lors du camp de recrutement n'ont aucune expérience en improvisation, mais viendront prêter main forte à la création de la ligue. Gabriel Raymond créera par exemple le logo alors que Félix Amyot deviendra photographe officiel et arbitre. Le premier match de l'histoire de la LUITR a eu lieu le 5 octobre 2005.[1] Bien que la présence du public n'est pas énorme, une douzaine de personnes par match, la première année de la LUITR met les bases de l'improvisation étudiante à l'UQTR qui seront améliorées dans les années suivantes.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.