La Fille du docteur Baudoin

Aller à la navigation Aller à la recherche

La Fille du Docteur Baudoin
Auteur Marie-Aude Murail
Pays Drapeau de la France France
Genre Chronique sociale
Éditeur L'Ecole des loisirs
Collection Medium
Date de parution 2006

La Fille du docteur Baudoin est un livre de Marie-Aude Murail sorti en 2006.

Résumé

Le livre La fille du docteur Baudoin de Marie-Aude Murail traite de la problématique des grossesses involontaires de jeunes adolescentes. Violaine est la fille du docteur Jean Baudoin, un généraliste quinquagénaire, qui passe la plupart de sa vie d'une part dans son cabinet médical et d'autre part avec sa famille. Avec sa femme Stéphanie, qui dirige un laboratoire d'analyses médicales, il a trois enfants: Cerise, Paul-Louis et Violaine. Quelques semaines après avoir couché avec Dominique, un garçon dont Violaine n'est pas amoureuse, elle se découvre enceinte, à sa grande stupeur. Comme elle n'ose pas avouer cette terrible nouvelle à ses parents, elle décide alors de se confier à sa meilleure amie: Adélaide. Violaine suit les conseils de sa copine et se rend au Centre de planification familiale, où elle rencontre par hasard le jeune associé et souffre-douleur de son père, docteur Vianney Chasseloup, qui y travaille de temps en temps et qui s'occupe d'elle. Violaine doit y retourner plusieurs fois pour son traitement et pendant ce temps, une relation qui transgresse un rapport habituel entre un médecin et son patient se développe. En outre, le docteur Chasseloup sauve la vie de Violaine, en l'opérant à la suite d'une hémorragie. La relation entre Vianney et le père de Violaine s'améliore lorsque Vianney sauve ce dernier après un infarctus. Finalement, Violaine et Vianney tombent amoureux, Stéphanie et Jean sont satisfaits et acceptent leur liaison.

Personnages

Violaine

Dans son livre l'auteur Marie-Aude Murail décrit Violaine Baudoin comme une jeune fille très indécise, âgée de dix–sept ans, qui habite avec sa famille à Paris. Sa famille comprend son père: le médecin généraliste Jean Baudoin, âgé de cinquante ans, sa mère, Stéphanie, qui travaille dans le laboratoire Sol, son frère Paul-Louis, âgé de quinze ans et sa sœur Cerise, âgée de huit ans. Violaine vient d'entrer en terminale S et veut faire du journalisme. Elle a un copain Dominique, appelé Domi, avec lequel elle sort depuis deux mois et qui est dans le même lycée. Le nom Violaine coïncide bien avec son physique, étant donné qu'elle a les yeux bleus-violets, des cheveux très bruns, une peau très blanche et qu'elle est très jolie "malgré une silhouette parfois un peu amorphe". Elle plaît beaucoup, ce qui lui vaut malheureusement une mauvaise réputation. Violaine a un grave problème: elle est enceinte. Au début, elle croyait vite résoudre ce problème en avalant une simple pilule prescrite par son père, mais elle se rend vite compte du contraire. Elle n'arrive pas à prendre une décision: Doit-elle avorter oui ou non? L'auteur caractérise la fille du docteur Baudoin, Violaine, comme une jeune fille naïve, timide, sensible, réservée, sérieuse et anxieuse. Enfin, avorter, faire tuer son bébé, est quand même une décision difficile à prendre. Elle a du mal à s'imaginer l'avenir avec un bébé. Elle se sent naïve et bête et elle a honte de sa situation. Finalement elle prend la décision d'avorter.

Jean Baudoin

A plus de cinquante ans, le docteur Jean Baudoin partage sa clientèle avec le docteur Chasseloup dans le cabinet médical qu'il a fondé lui-même. En tant que docteur souvent admiré, il n'aime pas perdre de temps avec ses patients auxquels il distribue des médicaments à la pelle. L'autre genre de patients plus ennuyeux qu'il considère moins intéressants, il les refile à son confrère Chasseloup. Mais Jean est un homme qui savoure les bons moments de la vie, qui sont souvent courts, comme quand à la fin de sa journée de travail, il prend l'ascenseur qui le conduit directement au 5e, l'étage de son appartement luxueux. L'autre moment de pur bonheur est lorsqu'il remonte chaque matin la rue du Château-des-Rentiers pour au bout de celle-ci retrouver son cabinet où sa secrétaire Josie lui dit « comment se présente l'enfant ». L'expression qui lui est propre pour parler de ses consultations à venir[1]. Pourtant, le docteur Baudoin est assez épuisé par sa vie professionnelle. En plus, il fait comprendre aux lecteurs qu'il n'éprouve plus aucun sentiment de réussite en ce qui concerne son travail. Il décrit même à une reprise sa vie tel une « benne à ordures » [2]. « Je consomme, je jette, je consomme, je jette », c'est à cela qu'il résume le parcours de sa propre vie[2]. Plusieurs fois au cours du livre, il évoque également une sensation suspecte d'un malheur qui allait bientôt lui arriver. C'est probablement pour cette raison qu'il a souvent des sauts d'humeur radicaux. Il dégage d'ailleurs une grande partie de sa colère contre Vianney Chasseloup, même si bien au fond de lui, le docteur Baudoin sait que son associé est « une bonne pâte de bon garçon » [3]. Même si on a l'impression que le docteur Baudoin n'est pas très préoccupé un peu de ses patients, il peut être très touché par le sort de certains d'entre eux, comme Mme Bonnard qui décide de se faire avorter alors qu'elle a un cancer. Il s'avère qu'il est aussi très préoccupé par sa famille. Il veut être là pour les aider à traverser toute sortes de moments de difficultés, comme le jour où il laisse un petit mot à sa fille Violaine qui a RV pour son IVG : «N'hésite pas à m'appeler. Je ferai tout pour toi. Papa.». Plusieurs fois, il pense même à la mammographie que sa femme Stéphanie doit faire, ce qui montre son inquiétude envers la santé de ses proches.

Stéphanie

Stéphanie est la femme du docteur Baudoin et mère de trois enfants ; Violaine, Paul-Louis et Cerise. Elle travaille dans le laboratoire Sol et elle a dix ans de moins que son mari. L'auteur du livre décrit Stéphanie comme une mère comme toutes les autres. Elle est d'un côté très aimable. Cela veut dire qu'elle s'occupe très bien de sa famille. D'un autre côté elle peut être énervante. De plus, le lecteur découvre que Stéphanie a aussi avorté. Ce qui fait que cette dernière comprend très bien la situation difficile de sa fille.

Vianney Chasseloup

Vianney Chasseloup est médecin généraliste et c'est l'associé du Dr.Baudoin. D'après les propos d'Adélaïde et de Violaine il a apparemment « une bonne tête [4]». À travers quelques passages du livre on apprend qu'il est grand et qu'il a un long nez. Surtout ses yeux seraient fascinants : « Le docteur Chasseloup avait des yeux magnifiques, très sombres, très allongés, des yeux à la fois tristes et souriants. »[5]. Il y a un mystère Chasseloup comme le dit Anni, qui travaille souvent avec lui. Dans son comportement on peut observer des traits de caractère qui témoignent de son enfance difficile. Il se rappelle souvent son enfance où le grand-père le rendait coupable du départ de sa mère. Après la mort de sa mère, son grand-père, qui était boucher, l'a élevé. « Dix années d'enfance martyre marquent un visage et une âme. Dix années à se croire coupable d'être né, dix années à vomir ces nourritures obscènes que le forçait à avaler pépère Boudin » [6]. Tout ce passé compliqué fait qu'il n'a pas assez d'estime de soi, qu'il manque de confiance en lui, cela se reflète aussi dans l'exercice de son métier : souvent, il se laisse faire sans réagir. Le Dr Baudoin est persuadé que le Dr Chasseloup n'est pas aussi compétent que lui et se permet de lui refiler les patients dont il ne veut plus s'occuper. Et pourtant Vianney Chasseloup est un excellent médecin. Il n'est pas seulement quelqu'un qui ne prescrit pas de médicaments sans avoir vraiment examiné le patient, mais en plus il est bon psychologue car il écoute les patients et se prend du temps pour eux. L'auteur décrit Vianney comme quelqu'un de timide, de réservé mais qui en réalité aime aider les autres et cela dans une humeur constante et agréable. Il a aussi un chat nommé Poubelle.

Adélaïde

Adélaïde Beaulieu de Lassalle est la meilleure amie de Violaine. Elles se connaissent depuis le CP. Adélaïde, âgée de dix-huit ans est la sœur aînée de Sixte, le meilleur ami du frère de Violaine. Comme Violaine ne peut pas se confier à ses parents, elle se confie à sa copine. Adélaïde essaye de l'aider et de l'accompagner dans toutes ses démarches. Des deux filles, c'est elle qui garde le sang froid dans les situations difficiles. Avec sa bonne humeur, elle encourage Violaine dans sa situation compliquée. Les deux filles partagent tout et font tout ensemble. Elles rient souvent et se téléphonent presque tous les jours, même si elles sont dans la même classe. Adélaïde remarque tout de suite quand Violaine se sent mal. Violaine est rassurée par la présence d'Adélaïde, ce qu'on voit dans le chapitre 15 où Violaine visite Chasseloup pour lui remercier de lui avoir sauvé la vie. La fille tient Violaine au courant de ce qui se passe à l'école. C'est Adélaïde qui essaye toujours de prendre la responsabilité sur elle. On le remarque au fait qu'elle prend toujours les rendez-vous chez le médecin à son nom. Souvent la jeune fille prend la parole à la place de Violaine, surtout si celle-ci est mal à l'aise devant un médecin par exemple.

Cerise et Paul-Louis

Paul-Louis est le petit frère de Violaine. Il a quinze ans et aime les fêtes et les vêtements de marques. Il se fait des soucis pour sa sœur et veut la protéger. Il va même jusqu'à se bagarrer contre ceux qui parlent mal d'elle. Son meilleur ami s'appelle Sixte Beaulieu de Lassalle, il partage avec lui sa passion pour les marques chères. Sixte est le frère d'Adélaïde, la meilleure copine de Violaine. Quand il avait trois ans, on l'appelait Pilou.

Cerise est la petite sœur de Violaine et de Paul-Louis, elle a huit ans et est un peu sensible. Sa passion est de jouer sur Kochonland, un jeu de simulation sur Internet, où elle possède une petite famille de cochons. La relation entre Cerise et sa sœur Violaine est bonne. Elles s'entendent bien et Cerise essaye d'aider sa sœur quand elle va mal.

Les autres personnages

Patients et patientes

Madame Rambuteau: L'auteur caractérise Madame Rambuteau par une vieille dame très mince qui se rend régulièrement chez le médecin pour se plaindre « de deux ou trois symptômes différents, sans aucun lien possible entre eux »[7] . Après plusieurs bilans, le docteur Chasseloup suppose que la peine de Madame Rambuteau a pour raison des problèmes psychiques, parce qu'elle n'a plus de contact avec sa fille. Après une rencontre avec sa fille, elle est frustrée, car elle n'aime pas le nouveau copain de sa fille et donc les deux ne se rapprochent pas vraiment.

Monsieur Bernard: Au début de l'histoire, cet homme obèse est un patient du docteur Baudoin. Mais au cours du roman, il change de docteur et se fait traiter par le docteur Chasseloup. Malgré tout, il ne se rend pas compte qu'il doit faire quelque chose pour sa santé. Il ne fait pas le régime ordonné par le docteur, ce qui entraîne un infarctus.

Madame Bernard: Cette dame est la femme de Monsieur Bernard et la mère du petit Samuel. Au début de l'histoire, docteur Baudoin les traite, mais après ils deviennent des patients du docteur Chasseloup.

Madame Clayeux: Cette dame est une patiente du docteur Baudoin, mais au cours de l'histoire, elle devient une patiente du docteur Chasseloup.

Monsieur Lespelette: Cet homme est un patient du docteur Baudoin, mais au cours de l'histoire, il devient un patient du docteur Chasseloup. Monsieur Lespelette n'a pas de grave maladie, son plus grand problème est sa chef. Cette femme le terrorise tout le temps et le rend fou. C'est pourquoi Monsieur Lespelette doit aller voir un psychiatre, le professeur Michel Drumont.

Monsieur Lepoilu: Cet homme est un patient du docteur Nina Broyard.

Madame Swan: Cette dame est une patiente du docteur Baudoin et elle a une petite fille qui s'appelle Magali Swan.

Magali Swan: Cette jeune fille est la fille de Madame Swan. C'est une patiente du docteur Baudoin, parce qu'elle souffre de la THADA.

Monsieur Bonpié: Cet homme est un patient du docteur Baudoin. C'est un homme plutôt gaillard qui a une soixantaine d'années et qui, depuis quelques semaines, a une petite copine. Pour stimuler sa vie sexuelle, le docteur Baudoin lui prescrit du viagra. Après ce traitement, il devient un patient du docteur Chasseloup.

Madame Agnès Bonnard: L'auteur décrit Madame Bonnard comme la jeune mère d'une fille, Bérénice, et d'un garçon, Hadrien. Depuis une dizaine d'années, elle est une patiente du docteur Baudoin, mais, au cours de l'histoire, elle devient une patiente du docteur Chasseloup. Malheureusement, cette dame fine et distinguée souffre d'un cancer du sein tout en étant enceinte.

Héléna Sanchez: Cette fille est, comme sa mère Emilia Sanchez, une patiente du docteur Baudoin. Elle a 16 ans et elle est enceinte. Mais elle ne prend pas la même décision que Violaine Baudoin, parce qu'elle veut garder son bébé. Mais contrairement au destin de Violaine, le petit copain d'Héléna est très fier d'être un futur papa. Les deux sont très amoureux et ils se réjouissent de leur bébé.

Emilia Sanchez: L'auteur dresse en quelques mots le portrait de Madame Emilia Sanchez. C'est la mère d'Héléna Sanchez. Elle est enceinte comme sa fille, mais elle ne veut pas garder son bébé, parce qu'elle est « trop vieille »[8] ; sa fille au contraire veut garder son bébé.

Madame Bergeron: C'est la femme de Monsieur Bergeron. Elle a une quarantaine d'années et elle est la mère du petit Samuel, qui est un patient du docteur Chasseloup.

Monsieur Bergeron: Cet homme est le mari de Madame Bergeron et le père de Samuel, patient du docteur Chasseloup.

Samuel Bergeron: L'auteur dépeint le fils de Monsieur et Madame Bergeron comme un patient du docteur Chasseloup qui n'a en fait pas de vraie maladie, mais qui pleure tout le temps pour attirer l'attention des autres et cela inquiète ses parents.

Copains et copines

Dominique: C'est le petit copain de Violaine Baudoin et le père de son bébé. En notant qu'il n'essaie pas vraiment de persuader Violaine de garder leur bébé ou de la soutenir pendant ses conflits de conscience et en se fondant sur sa lettre qu'il écrit à Violaine, on pourrait entrevoir qu'il n'est pas vraiment déçu de ne pas devenir père à son âge et de rester avec Violaine. En effet, s'il était vraiment amoureux de Violaine, il essayerait tout pour la persuader de garder leur bébé. Mais il ne fait rien du tout et accepte la décision de Violaine.

Sixte Beaulieu de Lassalle: Ce garçon est le frère d'Adélaïde, la meilleure copine de Violaine et il est également un très bon copain de Paul-Louis, fils du docteur Baudoin et frère de Violaine. La famille Beaulieu de Lassalle habite un beau quartier, ce qui laisse prévoir qu'il est un garçon plutôt riche.

Madame Beaulieu de Lasalle: C'est la mère de Sixte et d'Adélaïde. Elle habite avec sa famille un beau quartier ; on pourrait donc dire qu'ils sont plutôt riches.

Agathe: Cette fille est une si bonne copine de Cerise, fille du docteur Baudoin, qu'elle part même avec les Baudoin à Deauville.

Médecins

Josie Mollette: Cette dame est la secrétaire fidèle du cabinet médicale où travaillent le docteur Baudoin et le docteur Chasseloup. Elle y travaille depuis vingt ans.

Professeur Michel Drumont: Ce psychiatre reconnu est un très bon copain du docteur Chasseloup.

Docteur Nina Broyard: Cette dame travaille comme doctoresse et prépare Violaine, la fille du docteur Baudoin, pour son IVG.

Murielle: Cette dame travaille dans les laboratoires Ferrier et collabore parfois avec le docteur Baudoin.

Annie: C'est la conseillère conjugale du Centre de planification familiale. Elle aime son travail et ses confrères, mais elle aime le docteur Chasseloup le plus ; les deux sont de très bons copains. Cette jolie dame a été mariée et elle a même un fils.

Docteur Carole Dubois: C'est une femme médecin qui travaille au Centre de planification familiale. Elle y parle à Violaine Baudoin au sujet de l'IVG. Cette dame était mariée, divorcée et puis remariée.

Marjorie: C'est une jolie infirmière guadeloupéenne qui travaille au Centre de planification familiale. Selon Adélaïde, c'est une femme « désagréable »[9] . Elle est mariée et elle a une petite fille.

Luce: Cette dame est l'aide-soignante du Centre de planification familiale. Elle « adresse à tout le monde un sourire machinal »[9] .

Virginie: C'est la fille de salle du Centre de planification familiale qui vient de se fiancer.

La relation entre Violaine et son bébé

Violaine, la fille du docteur Baudouin, est enceinte d'un garçon qu'elle n'aime pas. Elle doit décider si elle veut avorter ou garder son bébé. Comme son rêve est de devenir journaliste et de réussir son bac, elle pense d'abord à son avenir et décide donc d‘avorter. Elle croit pouvoir avorter en avalant simplement une pilule, mais elle n’imaginait pas que c'est beaucoup plus compliqué. Au début, elle est clouée au lit parce que la grossesse la rend très malade et à ce moment-là elle ne réalise pas encore ce qui lui arrive. Elle doit se rendre plusieurs fois à l'hôpital et au planning familial pour des consultations. Elle a besoin de ce temps pour réaliser qu'elle a la vie d'un être humain dans son ventre. Elle commence à douter de la décision à prendre : « Elle était enceinte, elle allait devoir avorter. Non, elle ne voulait pas.» (p. 38) En plus elle est sûre que c'est un garçon et elle a aussi déjà un nom pour le bébé. Elle l'appellera Vianney. Elle déteste ce qui lui arrive. « Elle hurlait intérieurement : en plus, à dix-sept ans, non ! Non, mais si. C'était impossible mais c'était là. » (p. 61) Elle se sent coupable de ce qui s'est passé entre elle et son ex-petit ami Dominique. D'une certaine façon elle aime son bébé mais elle déteste le sentiment d'avoir un bébé de quelqu'un qu'elle n'aime pas. C'est finalement pour cette raison qu'elle décide de faire une IVG. "Peu à peu, Violaine, se calma puis fit entendre son irrévocable décision: -Je vais faire une IVG" (p. 142) Quand elle se rend à l'hôpital, elle a du mal à avaler la pilule, car elle sait tout de même qu'elle tue son bébé en avalant ce médicament. « Hou, ça passe pas facilement, fit-elle en portant sa main à sa gorge. » (p. 187) Enfin, elle est certaine d'avoir pris la bonne décision et elle est sûre d'avoir plus tard des enfants, mais ce sera alors d'un homme qu'elle aimera aussi. "Elle posa les mains sur son ventre et se promit de planter un arbre au jardin de son père." (p. 205)

Le sujet de l'IVG dans l'oeuvre La fille du docteur Baudoin

Violaine se décide dans le livre pour la méthode médicamenteuse pour avorter. Violaine visite le docteur Vianney pour confirmer la demande d'interruption de grossesse. Après cette confirmation, elle doit avaler trois comprimés de Mifegyne© en présence du médecin. Puis, Violaine peut rentrer à la maison. Les saignements utérins commencent un ou deux jours plus tard. Heureusement Violaine n'a pas dû vomir, parce que dans ce cas, elle aurait dû revenir à l'hôpital. Dans les heures qui suivent la prise de Myfegyne©, Violaine ressent des douleurs semblables à celles des règles et quelques saignements apparaissent. Après deux jours, donc le neuvième jour de la grossesse, Violaine revient au centre prescripteur où elle aurait dû rester au repos pendant quelques heures pour expulser l'œuf. Mais des complications surviennent avec lesquelles Violaine ne comptait pas : Elle fait une hémorragie qui l'a met en danger de mort. Par conséquent, le Dr Chasseloup doit l'opérer en urgence. Tout se passe bien et Violaine s'en sort finalement indemne.

L'importance du serment d'Hippocrate dans le livre

Le serment d'Hippocrate est un serment traditionnel prêté généralement par les médecins avant d'exercer leur profession. Vianney Chasseloup, en entrant dans la profession, a prêté également ce serment, qui est d'une grande importance pour lui. Tous les matins il commence la journée en lisant un extrait du serment d'Hippocrate, ce qui témoigne de sa conscience professionnelle. Au premier chapitre le lecteur peut lire : <<Chaque matin, Chasseloup se permet une ou deux minutes d'une médiation parfois parasitée par les petits soucis du métier. Il lit cette phrase qu'il connaît par cœur : En présence des maîtres de cette école, de mes chers condisciples et devant l'effigie d'Hippocrate, je promets et je jure... (C'est qui déjà ce matin en première heure ?..) d'être fidèle aux Lois de l'Honneur... (Putain, c'est madame Rambuteau...) et de la Probité dans l'exercice de la Médicine. >> (p. 44) Il n'est pas inintéressant de remarquer qu'à la fin du livre Vianney ne respecte pas vraiment le serment qu'il a prêté avant d'entrer dans sa profession. En effet, Vianney Chasseloup se lie avec Violaine, sa patiente, pourtant mineure[10]. Tous les extraits lus du serment par Vianney Chasseloup ont une relation avec ce qui se passe dans le chapitre. Ainsi, lorsque Vianney apprend que Violaine est enceinte, ce dernier relit le passage du serment qui parle du secret professionnel : <<Admis dans l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui s'y passe. Ma langue taira les secrets qui me seront confiés. >> Il est en effet entre deux chaises : D'un côté Dr. Baudoin est son chef et de l'autre côté il est le père de Violaine. Il risque donc de perdre son travail s'il ne met pas ce dernier au courant de la grossesse de sa fille. La relecture du serment d'Hippocrate permet à Vianney de se rappeler qu'il doit se comporter d'une façon professionnelle.

Dr. Knock de Jules Romains et La fille du docteur Baudoin

Les auteurs respectifs des livres La fille du docteur Baudoin et Dr. Knock retracent les personnages comme suit.

Dr. Parpalaid est un personnage qui a des parallèles avec Chasseloup: En effet, ni l'un, ni l'autre ne prescrit des médicaments. Mais il y a aussi des parallèles avec le Dr. Baudoin, qui lui aussi a été remplacé par un nouveau médecin plus jeune. Dr. Knock a comme Baudoin des points de vue incongrus pour un médecin. Ils sont cupides, retors est faux de caractère. Ils inventent des maladies, pour que les "clients" reviennent et ils ne compatissent pas avec les patients. Tous les deux sont prétentieux et présomptueux. Il y a une atmosphère oppressante entre les médecins et les clients. Chasseloup, l'assistant de Dr. Baudoin a aussi quelques parallèles avec Dr. Knock, ils donnent des traitements gratuits et ils se prennent le temps pour s'occuper des patients.

Notes et références

  1. Ibid.,p.24
  2. 2,0 et 2,1 Ibid.,p.236
  3. Ibid.,p.164
  4. Ibid., p.156
  5. Ibid., p.48 par Voilaine
  6. Ibid., p.172
  7. Ibid., p.45-46
  8. Ibid., p.166
  9. 9,0 et 9,1 Ibid., p.195
  10. voir l'article de Wikipédia sur le serment d'Hippocrate : « Au moment d'être admis à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la littérature française
  • Portail des années 2000