Laurence Chirac

Aller à : navigation, rechercher

Laurence CHIRAC est née le 4 mars 1958 et souffre d’anorexie mentale depuis sa jeunesse.

Tous les médecins qui se sont succédés à son chevet ont diagnostiqué le caractère incurable de sa maladie,

ce caractère incurable concernant entre 10 % et 15 % des malades.

L’anorexie consiste en une restriction volontaire de l'alimentation avec un amaigrissement massif.

Il s'y associe souvent des vomissements provoqués qui peuvent entraîner une baisse du potassium sanguin d'où la possibilité de troubles du rythme cardiaque mortels. Ces vomissements sont souvent cachés et niés.

Ils sont souvent le fait de patientes qui ont des crises de boulimie alternant avec l'anorexie,

le pronostic de l'affection est dans ce cas plus mauvais.

Les troubles sanguins sont variés et reflètent l'état de dénutrition. L'hypokaliémie (baisse du potassium) est

dangereuse par ses risques cardiaques et résulte souvent, outre les vomissements, de la prise de laxatifs et(ou) de diurétiques.

Le cas de Laurence CHIRAC est particulièrement aiguë et nécessite de fréquentes transfusions avec toutes les complications

que celles-ci engendrent quant à la disponibilité d’échantillons sanguins.

A la fin des années 80, la famille CHIRAC cherche à sauver la fille aînée en trouvant une source d’approvisionnement illimitée d’échantillons sanguins.

Un homme d’affaire libanais, ami du couple Chirac depuis de nombreuses années propose alors ses services et

indique qu’il est en mesure de fournir à Laurence CHIRAC du sang neuf et sans limites.

Cet homme d’affaire est lié à certains réseaux mafieux turcs et en particulier, est l’ami personnel du parrain Abdallah Catli,

l’un des principaux trafiquants de drogue du pays, qui périra dans un accident de la circulation resté célèbre en Turquie,

le 3 novembre 1996 : une puissante Mercedes encastrée, sans raison explicable, dans un camion poids-lourd verra périr,

en même temps que lui dans le véhicule, Huseyin Kocadag,directeur adjoint de la police d’Istanbul (!) et Gonca Us,

maîtresse de Catli et ex-miss cinéma de Turquie. A cette occasion, les liens unissant la police corrompue et

l’establishment mafieux furent jetés à la face du public.

Avant sa mort, Catli, outre ses activités liées à la drogue, était le chef d’une bande armée nationaliste

proche des Loups Gris (parti turc d’extrême droite) ; dans ce cadre, il avait mené dans les années 70 et 80,

des opérations paramilitaires contre les kurdes du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) et les arméniens de l’ASALA

(Armée Secrète Arménienne pour la Libération de l’Arménie).

Ajoutons à cela que Catli avait mis sur pied un trafic international d’organes et de sang, les victimes de ses exactions étant

une source d’approvisionnement facile dans le cadre des actions militaires qu’il menait avec la complicité active de l’armée turque,

dans les provinces reculées de l’Anatolie orientale.

L’homme d’affaires libanais ami des Chirac, se charge donc de l’acheminement des échantillons sanguins fournis

par l’organisation de Catli et destinés à Laurence dans son avion privé jusqu’au début de l’année 91,

période à partir de laquelle se tarit la « source » en raison de la Guerre du Golfe et de ses conséquences sur le Kurdistan. Article publié sur Wikimonde Plus