Encyclopédie Wikimonde

Le Signe du Triomphe

Aller à : navigation, rechercher

Le Signe du Triomphe est un spectacle vivant présenté depuis 2011 au parc à thèmes français du Puy du Fou. Il est joué dans une arène construite en 2000[1] et qui s'inspire à la fois du Colisée et du Circus Maximus de Rome[2].

Le Signe du Triomphe
Ancien(s) nom(s) Les Gladiateurs
Localisation
Parc Puy du Fou
Lieu Les Epesses, Drapeau de la France France
Coordonnées Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 768 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Ouverture
Données techniques
Coût 10 millions 
Nombre de places 6 500 place(s)
Durée du tour 37 minutes

Historique

Ce spectacle remplace Les Gladiateurs, joué dans cette même arène depuis 2001.

Synopsis

Le spectacle se déroule au IIIème siècle après J-C, au début du règne de l'empereur Dioclétien. Le gouverneur annonce que la légion de l'Alouette a arrêté des gaulois chrétiens, et demande qui parmi eux a tracé le signe du poisson sur le sol de l'arène. C'est Damien, le centurion gaulois de cette légion, qui annonce avoir fait cet acte pour protester contre les violences et les jeux sanguinaires des Romains. Il dit également être épris de Soline, une prisonnière gauloise chrétienne. Le gouverneur l'accuse alors de traîtrise, et le condamne aux épreuves des jeux. Après avoir vaincu les gladiateurs puis gagné la course de char, Damien demande à recevoir la couronne de laurier. Mais le gouverneur refuse et décide de lui faire affronter l'épreuve des fauves avec les prisonniers gaulois. Toutefois, le dresseur s'avère être un complice de Damien, et ce dernier finit par s'insurger en accusant le gouverneur d'être le vrai traître. Il fait libérer les prisonniers et condamne le gouverneur.

Autour du spectacle

Durant le spectacle, l'arène se recouvre d'une reproduction du velum qui recouvrait le Colisée de Rome[3]. La création de ce toit de toile a été réalisé suite au travail de René Chambon[4], ingénieur des Arts et Métiers[5],[6],[7],[8],[9],[10].

Le spectacle présente notamment une course de chars, réalisée par neuf auriges[11].

Il montre également des fauves, dressés par Thierry Le Portier et Monique Angeon[12].

L'histoire du spectacle s'inspire librement de faits historiques réels : la légion de l'Alouette a bien existé, elle fut la première à autoriser des Gaulois au sein d'une légion[13]. Comme le précise le spectacle, elle a établit un camp au Mont des Alouettes, ce qui a donné ce nom à la légion. Le spectacle reprend également les principes des jeux du cirque tels qu'ils existaient à l'époque gallo-romaine (la parade, la course de chars, le combat de gladiateurs...). La révolte de Damien face à la violence des Romains s'inspire de l'indignation du poète Juvénal, et reprend certains de ses vers[14],[15].

L'arène du spectacle a également servi à d'autres événements, comme la présentation des équipes du Tour de France en 2011 et le tournages divers clips, courts-métrages et émissions [16],[17],[18],[19].

Notes et références

  1. https://www.lemoniteur.fr/article/vendee-une-arene-romaine-au-puy-du-fou.295039
  2. https://www.lemoniteur.fr/article/vendee-une-ruine-gallo-romaine-toute-neuve.47844
  3. https://www.usinenouvelle.com/article/le-velum-romain-du-puy-du-fou-a-l-ere-de-l-informatique.N178775
  4. https://congres.arts-et-metiers.fr/page/article/id/681
  5. « Le Puy du Fou réinvente le velum, fidèle à la Rome antique mais en version high-tech », sur Les Echos, (consulté le )
  6. « Toulouse. Un ingénieur toulousain lève le mystère du Colisée », sur ladepeche.fr (consulté le )
  7. « Méthode romaine, technique puyfolaise », Le Point,‎ , p. 75
  8. https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cholet-49300/mazieres-en-mauges-ils-ont-cree-le-velum-du-stadium-du-puy-du-fou-435037
  9. https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/sous-l-ombre-du-velum-romain_21351
  10. https://www.ffbatiment.fr/federation-francaise-du-batiment/laffb/mediatheque/batimetiers.html?ID_ARTICLE=1451
  11. « Quand le char s'élance », Le Point : Hors série,‎ , p. 72-73
  12. « L'homme qui murmure à l'oreille des fauves », sur LEFIGARO (consulté le )
  13. « Suétone, César, 24 », sur bcs.fltr.ucl.ac.be (consulté le )
  14. « Les Jeux du Cirque »
  15. « Juvénal, Satire Χ, traduction de J. Lacroix. », sur remacle.org (consulté le )
  16. « https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/tour-de-france-au-puy-du-fou-la-presentation-des-equipes-sannonce-spectaculaire-487832 »
  17. « Vendée : Florent Pagny dévoile son nouveau clip tourné au Puy du Fou », sur actu.fr (consulté le )
  18. « 40 ans du Puy du Fou (M6) - David Ginola : " Mes adversaires me tapaient vraiment dessus !" », sur www.programme-television.org (consulté le )
  19. « Jeux paralympiques : regardez le portrait "Incassable" de Gwladys Lemoussu », sur Franceinfo, (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).