Encyclopédie Wikimonde

Maria Cristina Mastrangeli

Aller à : navigation, rechercher

Maria Cristina Mastrangeli est une actrice italienne née le à Rome.

Aussi metteure en scène de théâtre, elle travaille essentiellement avec la compagnie française Octogone, laboratoire de création théâtrale[1].

Biographie

Enfance et débuts

Maria Cristina nait dans la famille de vignerons Silvestri, son grand-père est Alfredo le fondateur des Cantine Silvestri[2]. Sa mère Bianca est institutrice, mais aussi photographe, puis écrivaine[3] et une féministe très engagée dans le mouvement italien des années 70.

Dès son adolescence Maria Cristina s'intéresse au monde du spectacle. Au début des années 80 elle fait partie du groupe de danse Crazy Gang et participe à des nombreuses émissions de télévision, dont le programme Pop Corn produit par Renato Cecchetto pour Canale 5.

Elle est ainsi repérée en 1983, pour son premier rôle au cinéma dans le film Dance Music[4] de Vittorio de Sisti. Le film surfe sur le succès du hit américain Flashdance[5].

En 1984, Maria Cristina débute au théâtre dans une adaptation du Loup des steppes de Herman Hesse par le plasticien Renato Mambor[6].

Au même temps, Maria Cristina commence un cursus universitaire en histoire et critique du spectacle à la Sapienza de Rome, où elle suit les cours de Guido Aristarco, Ferruccio Marotti, Mario Verdone[7], Maurizio Grande[8], Peter Stein. Parallèlement elle entreprend sa formation professionnelle de comédienne au Studio Fersen di Arti Sceniche de Rome, puis se diplôme au Conservatoire régional du Latium et en réalisation à la Libera Università del Cinema, alors dirigée par Sofia Scandurra et Leon Viola.

Sa formation se complète auprès des membres de l’Actors Studio : de 1985 à 1990 au Duse International de Francesca de Sapio[9], puis auprès de Susan Strasberg et Geraldine Baron.

En 1986 Maria Cristina rencontre le réalisateur Nikita Mikhalkov, lors dans stage de jeu. Le réalisateur la rappelle pour intégrer, dans le rôle de la servante, le casting de la pièce "Partition inachevée pour piano mécanique"[10],[11] avec Marcello Mastroianni, produit par le Teatro di Roma. À la fin de la tournée, à Turin, l'actrice qui joue le rôle féminin principal, Delia Boccardo, doit subir une intervention bénigne, mais urgente. Maria Cristina la remplace lors des dernières représentations[12].

Années 90

Cet épisode, lui vaut d'enchainer les rôles principaux dans d'autres grandes productions du Teatro de Rome, tel que La Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mis en scène par Maurizio Scaparro[13] (1989) ou La Mandragore de Machiavel mis en scène par Roberto Guicciardini (1990).

Elle interprète Katherine Mansfield dans la pièce Qualcosa d'infantile écrite pour elle par Andrea Galeazzi et mise en scène par Mimmo Mongelli.

Maria Cristina continue aussi les incursions dans le cinéma des cinéastes de sa génération avec des rôles secondaires [14] ; mais aussi dans les films de genre avec Luigi Cozzi [15] et Ramiro Garcia Bogliano [16].

En 1996, elle est à son tour invitée à enseigner la méthode Strasberg à l’EICTV, École nationale de cinéma de Cuba.

À la fin de cette décennie Maria Cristina se pose en région parisienne. Elle termine ses études universitaires à la Sorbonne, Paris 3 en Cinéma et Audiovisuel.

Années 2000

À partir de 1998 elle commence sa collaboration avec Octogone, compagnie basée en France et dédiée aux œuvres contemporaines. Pour Octogone, Maria Cristina met en scène et parfois interprète des nombreuses pièces d'auteurs contemporains [17].

De 2004 à 2015 elle a été conseillère artistique de la biennale internationale de théâtre contemporain en Val-de-Marne, Les Théâtrales Charles Dullin[18].

Années 2010

Elle devient membre du comité italien de la Maison Antoine Vitez pour la traduction théâtrale et a reçu, avec Sylvia Bagli, l'aide à la traduction en français pour Vie d'Angelo Longoni[19].

En 2014 Maria Cristina est la voix italienne de la nouvelle campagne Chanel Où nait la beauté.

En 2015 elle interprète le monologue de Pier Paolo Pasolini Un petit poisson sous la direction de Gerardo Maffei au Théâtre de Belleville, Paris[20].

En 2017 Maria Cristina retourne à la Mostra de Venise en interprétant la mère d'Adriano Giannini dans Emma (il colore nascosto delle cose) de Silvio Soldini[21] et au Festival de Locarno pour le film du jeune réalisateur suisse Roman Hüben "Villa Ventura"[22] dans lequel elle incarne aussi la mère du protagoniste.

En 2018 Maria Cristina est membre du jury de la Mostra del Cinema de Tarente[23].

À la fin de la décennie Maria Cristina crée sa première conférence spectacle, au ton décalé où elle raconte l'engagement féministe hérité de sa mère Comment écrire une (auto)biographie à succès (accessoirement on causera féminisme)[24].

Vie privée

Maria Cristina a eu deux filles avec le comédien allemand Richard Sammel : Alma, née en 1993, et Jutta, née en 1995. Les deux sont actives dans le champ de l'art visuel.

Liens externes

Références

  1. « Maria Cristina Mastrangeli - Octogone », sur Octogone (consulté le 14 septembre 2020).
  2. (it) « Chi Siamo », sur cantinesilvestri.it, Cantine Silvestri 1929 (consulté le 14 septembre 2020).
  3. (it) « Bianca-silvestri : Libri dell'autore in vendita online », sur ibs.it (consulté le 14 septembre 2020).
  4. (EN) Dance Music, su Internet Movie Database, IMDb.com.
  5. (en) Dance Music, su AllMovie, All Media Network.
  6. https://flash---art.it/article/renato-mambor-raffaella-perna/ https://opac.sbn.it/opacsbn/opaclib?db=solr_iccu&nentries=1&select_db=solr_iccu&searchForm=opac%2Ficcu%2Ferror.jsp&resultForward=opac%2Ficcu%2Ffull.jsp&do_cmd=search_show_cmd&format=xml&rpnlabel=+Nomi+%3D+IT%5CICCU%5CBVEV%5C044168+&rpnquery=%2540attrset%2Bbib-1%2B%2B%2540attr%2B1%253D5032%2B%2540attr%2B4%253D1%2B%2522IT%255C%255CICCU%255C%255CBVEV%255C%255C044168%2522&totalResult=50&saveparams=false&fname=none&from=50
  7. https://www.betti.it/2019/06/17/10-anni-senza-mario-verdone/
  8. (it) « GRANDE, Maurizio in "Enciclopedia del Cinema" », sur treccani.it (consulté le 14 septembre 2020).
  9. http://www.duseinternational.com/
  10. « Partition inachevée pour un piano mécanique - Spectacle - 1987 », sur data.bnf.fr (consulté le 14 septembre 2020).
  11. Le Monde, « " Partition inachevée ", de Nikita Mikhalkov Mastroianni dans la " dolce datcha " », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le 14 septembre 2020).
  12. La_Stampa_domenica_21_febbraio_1988_anno_122_numero_41
  13. (es) Rosana Torres, « Maurizio Scaparro: "El poder sirve para exprimir a la ciencia y al arte" », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 14 septembre 2020).
  14. CINIT_1989
  15. https://www.dvdexotica.com/2017/01/kooky-cozzi-paganini-horror.html http://www.close-up.it/cinecult-intervista-a-maria-cristina-mastrangeli-anatomia-di-un-film-paganini-horror
  16. « Roman Porno Eiga », sur blogspot.com (consulté le 14 septembre 2020).
  17. « Parcours - Octogone », sur Octogone (consulté le 14 septembre 2020).
  18. http://www.daniel-chaize.com/culture/faim-de-theatre-418
  19. « Maison Antoine Vitez / Centre International de la Traduction Théâtrale », sur Maison Antoine Vitez (consulté le 14 septembre 2020).
  20. https://www.offi.fr/theatre/theatre-de-belleville-3230/petit-poisson-56016.html
  21. « Maria Cristina Mastrangeli - IMDb », sur imdb.com (consulté le 14 septembre 2020).
  22. « Villa Ventura », sur locarnofestival.ch (consulté le 14 septembre 2020).
  23. (it) « Parte oggi la Mostra del Cinema di Taranto », sur pugliapositiva.it (consulté le 14 septembre 2020).
  24. http://lelieudelautre.com/evenement/comment-ecrire-une-autobiographie-a-succes-accessoirement-on-causera-feminisme/

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).


Attention : la clé de tri par défaut « Mastrangeli » écrase la précédente clé « Mastrangeli, Maria Cristina ».