Encyclopédie Wikimonde

Mathieu Burnel

Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Affaire de Tarnac » redirige ici. Pour les autres significations, voir Tarnac.

Mathieu Burnel (né le 22 octobre 1981 à Rouen) est un militant d'extrême gauche français.

Biographie

Mathieu Burnel a grandi à Canteleu, près de Rouen.

En 2008, il est mis en examen pour « direction d'une association de malfaiteurs et dégradations en relation avec une entreprise terroriste » avec huit autres personnes, dont Julien Coupat, dans l'affaire de Tarnac[1]. Burnel apparaît la même année dans un documentaire de Mediapart sur l'affaire[2]. En 2012, il dénonce les accusations qui lui sont faites sur France Info[3].

En , il intervient dans l'émission Ce soir (ou jamais !) pour dénoncer l'orchestration de la mort de Rémi Fraisse, pour s'être opposé à la construction du barrage de Sivens[4]. Cette prise de parole radicale dans un magazine culturel télévisé, intervenant avant plusieurs rassemblements prévus en hommage à Rémi Fraisse, a été commentée et relayée par les médias traditionnels[5],[6],[7] et les médias sociaux[8].

Son nom est associé au webzine Lundi matin[9], fondé fin 2014. En 2014, il participe[10] également, en décembre, au Chaos Communication Congress, à Hambourg, en donnant une conférence relative à un chapitre d'À nos amis intitulé "Fuck off Google". Il intervient également, en juin 2015, lors du cycle de conférences Pas Sage en Seine[11], avec d'autres co-inculpés de l'affaire Tarnac.

Bibliographie

Écrits attribués

D'autres écrits lui ont été attribués sans preuve formelle :[réf. nécessaire]

Appel, 2003
Ce texte est anonyme. Le Point évoque de possibles parallèles idéologiques entre ce livre et L'Insurrection qui vient (voir ci-dessous)[12]. La quatrième de couverture de L'insurrection qui vient est un extrait de la proposition I de Appel. De même, certaines phrases mises en exergue de paragraphes de L'insurrection qui vient sont issues de cet opuscule. Il en est également annoncé une traduction en langue italienne dans la postface datée de de l'essai Théorie du Bloom, paru aux éditions La Fabrique (p. 151).
L'insurrection qui vient, La Fabrique, 2007 (ISBN 2-913372-62-7).
Ce livre, rédigé par un « comité invisible », est attribué par la police à Julien Coupat[13]. Cependant, selon l'éditeur et ami de Julien Coupat, Éric Hazan, « Julien n'a jamais fait partie du comité d'auteurs, qui m'a demandé un anonymat que je respecte. Le pointer ainsi du doigt est une pure construction policière participant à l'intoxication générale de l'opinion publique »[14].
Avant le déclenchement de l'affaire, le livre s'était vendu à 8 000 exemplaires[15].
Le 9 avril 2009, Hazan a été entendu par la sous-direction de l'anti-terrorisme de la police judiciaire qui souhaite pouvoir établir que Coupat est bien l'auteur de ce texte[16].

Sur l'affaire de Tarnac

Notes et références

  1. F.G., L.D et P.B, Julien Coupat est sorti de prison, 28 mai 2009
  2. Tarnac, Opération Taïga (2/4), vidéo, 11 minutes 40
  3. "Pour nous, il n'y a plus d'affaire de Tarnac" (Mathieu Burnel, mis en examen dans ce dossier), 12 novembre 2012
  4. Un membre du “groupe de Tarnac” réagit à la mort de Rémi Fraisse, 1 novembre 2014
  5. Aude Lancelin, De Tarnac à Sivens : l'insurrection revient, 8 novembre 2014
  6. Le "groupe de Tarnac" refait parler de lui et d'insurrection, 1 novembre 2014
  7. Le Yéti, Crise de civilisation : la question de la violence, 10 novembre 2014
  8. Alabergerie, Le point charnière, 2 novembre 2014
  9. Informations WHOIS du site qui indiquent que Mathieu Burnel est le propriétaire du nom de domaine http://www.lundi.am
  10. The Invisible Committee Returns with "Fuck Off Google"
  11. Hacker veut dire se rendre ingouvernable
  12. Le petit livre beige des saboteurs de la SNCF (http://www.lepoint.fr/actualites/2008-11-20/robert-broussard-rachida-dati-edouard-balladur-philippe-massoni/914/2/1094/0/), 20 novembre 2008. Selon l'article, « le petit livre beige de 2005[pas clair] ne figure pas parmi les documents saisis »
  13. « […] Tel qu'il est mentionné au sein du pamphlet intitulé L'Insurrection qui vient signé du "comité invisible", nom du groupe constitué autour de Julien Coupat », in Rapport de la Sous-Direction Anti-Terroriste de la Direction Nationale de la Police Judiciaire au Procureur de Paris (http://www.mediapart.fr/files/PV-TGV.pdf)
  14. Christophe Cornevin, [http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/19/01016-20081119ARTFIG00711-sncfl-etrange-itineraire-du-saboteur-presume-.php SNCF : l'étrange itinéraire du saboteur présumé], 19 novembre 2008
  15. Éric Hazan précise : « Avant cette affaire, on en avait vendu 8 000. Entre nos mains, une vente pareille c'est bien. Maintenant je ne sais pas où on est en. Ça n'a pas doublé, mais enfin on en a vendu pas mal depuis cette affaire, ça c'est sûr ! Depuis le début nous en sommes à deux réimpressions », in Olivier Bailly, L'Insurrection qui vient est en avance sur l'horaire (http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=48647), 12 décembre 2008
  16. Augustin Scalbert, Affaire Coupat : un éditeur entendu par l'antiterrorisme (http://www.rue89.com/2009/04/09/affaire-coupat-un-editeur-entendu-par-lantiterrorisme), 9 avril 2009
  17. Site du livre (http://magasin-general.fr/).

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).