Michel Conrad

Aller à la navigation Aller à la recherche
Michel Conrad (30 octobre 2014)

Michel Conrad est un écrivain et poète français, né le 16 janvier 1948 à Ludwigshafen, en Allemagne.

Biographie

Michel Conrad, né le 16 janvier 1948, à Ludwigshafen (Allemagne), d'un père français, Eugène Conrad (1914-1995) et d'une mère polonaise, Danuta Kozminska (1922-2012), vint habiter dans la région de Nancy (Meurthe-et-Moselle, France), dans les années cinquante. Après des études secondaires au Lycée Henri Poincaré de Nancy (1959-1966), il entreprit des études universitaires à la Faculté des Lettres de Nancy, puis à la Faculté des Lettres de Besançon, où il obtint la Licence es Lettres Modernes d'Enseignement (1972). Il enseigna les lettres de 1973 à 1991, puis devint, en 1991, Personnel de Direction de l'Education Nationale, fonction qu'il occupa, dans différents établissements scolaires, jusqu'en août 2010. Retraité de l'Education Nationale depuis le 1° Septembre 2010, il s'est retiré dans un petit village des Vosges, pour écrire. (Mise à jour : le 30 avril 2012).

Œuvre

Michel Conrad est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes : L'Entrée dans le paysage (1975), Dialogue sans espoir (1975), Le Soir dans les jardins (1976), L'Amour adoration (1980) et Un fleuve de lumière (1982).

Bernard Lorraine écrit de lui : « Pour Michel Conrad, auteur de sept recueils dont L'Amour-adoration, 1980 ; La solitude de l'aube, 1981 ; Un fleuve de lumière, 1982, "le poète est un architecte des solitudes" qui ouvre une fenêtre sur l'espace intérieur et fait signe de le suivre. Les quatre catégories stendhaliennes de l'amour lui semblant trop sommaires pour rendre compte d'un sentiment aux infinies richesses, il en propose une supplémentaire : l'amour-adoration :
Ainsi l'amour, en nous, longtemps brûle en secret,
Dans l'ombre il s'insinue par maint détour étrange
Puis dévaste la vie ainsi qu'un feu de grange.
Et cette passion torrentielle est coulée d'un fleuve de lumière où la femme et l'homme sont destinés à nager ensemble sous le signe des éléments liquides :
Nous avons déchiré les rideaux de la nuit
Nous avons déchiffré la profondeur des sources
Remué la mémoire ancienne des étangs
Fait brûler le regret cette très vieille souche. »[1]

Notes et références

  1. Bernard Lorraine, Panorama de la poésie en Lorraine, Éditions Serpenoise, 1999, p.  571-572.

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).